• Journée internationale des femmes
  • événement

    La Journée internationale des femmes du 8 mars est l'occasion de dénoncer les atteintes aux droits des femmes mais aussi de promouvoir des modèles de femmes loin des clichés et de reconnaître leurs contributions dans tous les domaines de la société. La Ville de Genève organise chaque année des actions autour de cette date.

    www.semaine-egalite.ch

  • Campagne "égalité, la Ville affiche sa volonté"
  • événement

    Depuis 2008, une campagne visant à promouvoir l'égalité entre femmes et hommes et à déconstruire les stéréotypes de genre est présentée chaque année autour du 14 juin, une date importante pour l'égalité entre femmes et hommes en Suisse.

    www.ville-geneve.ch/...

  • Journée Futur en tous genres
  • événement

    La Ville de Genève participe chaque année à la Journée «Futur en tous genres», qui permet aux filles et aux garçons d'élargir leurs horizons professionnels et de réfléchir à leur avenir, sans préjugés ni stéréotypes.

    www.futurentousgenres.ch

La campagne de sensibilisation
«ça veut dire non!»

«Dans des cas de relations sexuelles, vous DEVEZ être capable de faire la différence entre une fille consentante, dans le désir et l’envie. Et une fille qui ne réagit pas, quitte son corps dès le début de l’enfer et tente de s’évader à travers ses pensées pour supporter l’insupportable».

C’est avec ces quelques mots que les jeunes femmes à l’origine de cette campagne, collégiennes au moment de sa réalisation, ont souhaité adresser un double message: aux (jeunes) femmes, pour les encourager à réaffirmer leur droit à disposer de leur corps ; et aux (jeunes) hommes, pour les responsabiliser, provoquer la réflexion et remettre au centre des discussions la notion de consentement, trop souvent omises. Soutenues par la Fédération des Associations de Parents d’Elèves du Post-obligatoire (FAPPO), elles ont souhaité également épauler les victimes de viol.

La promotion de l’égalité entre femmes et hommes passe par la lutte contre les violences sexuelles et sexistes à l’égard des femmes. Aujourd’hui, à Genève ou en Suisse, malgré les lois qui consacrent le principe d’égalité, les représentations des femmes et des hommes restent encore très stéréotypées et les manifestations de sexisme, sous toutes leurs formes, très fréquentes.

La notion de consentement

Des institutions et associations genevoises se sont associées pour mener une campagne de sensibilisation qui lutte contre les violences sexuelles et sexistes. Ensemble, elles souhaitent rappeler et réaffirmer une série de fondamentaux:

  • Les violences sexuelles consistent à obliger une personne à subir, à accomplir ou à être confrontée à des actes d’ordre sexuel sans son libre consentement. Selon la loi, il s’agit d’un délit ou d’un crime.
  • «Non» signifie toujours «non». Ce «non» peut prendre des formes diverses et survenir à tout moment.
  • L’absence d’un «non» verbal ne signifie pas pour autant que la personne ait donné son consentement. Par exemple, on ne consent pas lorsque l’on cède à des menaces et des pressions, ou qu’on accepte parce que l’auteur nous fait vivre dans la crainte.
  • Le consentement n’est pas valable lorsqu’on a moins de 16 ans, que l’auteur exploite une situation qui nous rend dépendante de lui (par exemple notre médecin, notre psychologue, notre professeur ou notre prêtre), que l’auteur profite d’un état de faiblesse passager ou permanent (grande détresse, handicap physique ou mental) ou encore que l’on est sous l’emprise de l’alcool, de médicaments ou de la drogue.
  • Les violences sexuelles sont la plupart du temps commises par une personne connue de la victime ((ex-)partenaire, parent, proche, voisin, collègue, etc.).
  • La responsabilité d’un viol ou de violences sexuelles incombe toujours à son auteur et non à sa victime, peu importe les circonstances.
  • Il est de la responsabilité de chacun-e de s’assurer que sa ou son partenaire est consentant-e.

Voici la notion de consentement expliquée en 3 minutes, dans cette vidéo réalisé par Rachel Brian et Emmeline May pour la Thames Valley Police.

ça veut dire non