• Journée internationale des femmes
  • événement

    La Journée internationale des femmes du 8 mars est l'occasion de dénoncer les atteintes aux droits des femmes mais aussi de promouvoir des modèles de femmes loin des clichés et de reconnaître leurs contributions dans tous les domaines de la société. La Ville de Genève organise chaque année des actions autour de cette date.

    www.semaine-egalite.ch

  • Campagne "égalité, la Ville affiche sa volonté"
  • événement

    Depuis 2008, une campagne visant à promouvoir l'égalité entre femmes et hommes et à déconstruire les stéréotypes de genre est présentée chaque année autour du 14 juin, une date importante pour l'égalité entre femmes et hommes en Suisse.

    www.ville-geneve.ch/...

  • Journée Futur en tous genres
  • événement

    La Ville de Genève participe chaque année à la Journée «Futur en tous genres», qui permet aux filles et aux garçons d'élargir leurs horizons professionnels et de réfléchir à leur avenir, sans préjugés ni stéréotypes.

    www.futurentousgenres.ch

Les violences faites aux femmes

Face à la banalisation des violences sexistes et sexuelles, non seulement dans l’espace public, mais aussi dans la sphère privée, il est plus que nécessaire de mener une politique de promotion de l’égalité en mettant un accent particulier sur la thématique du sexisme et des violences de genre.

Sexisme ordinaire, blagues douteuses, dévalorisation systématique, insultes, harcèlement, coups, viols… les violences faites aux femmes prennent des formes multiples et sont encore aujourd’hui trop souvent banalisées et minimisées. Ancrées dans des structures sociales sexistes, elles sont présentes dans tous les espaces de la vie des femmes : à la maison, mais également dans la rue, lors d’activités sportives ou de loisirs, au travail, en politique, ou encore dans les médias. Pour certaines d’entre-elles, les violences vécues ne sont pas seulement sexistes, mais également racistes, lesbophobes ou encore transphobes. Selon des statistiques onusiennes, une femme sur trois dans le monde est ainsi victime de violence physique ou sexuelle au cours de sa vie.

L’élimination de ces violences, sous toutes leurs formes, constitue un enjeu fondamental dans la promotion de l’égalité entre femmes et hommes. Pour lutter efficacement contre ces violences et agir à tous les niveaux, la mobilisation et la coopération de nombreux acteurs institutionnels et associatifs est nécessaire. C’est pourquoi, la Ville de Genève travaille en étroite collaboration avec les associations féminines et féministes et les institutions genevoises. La mobilisation de ces différentes structures permet de proposer des lieux d’hébergement et un accompagnement des victimes de violences, de dénoncer continuellement leur banalisation, d’intervenir auprès de différents publics, de favoriser les prises de conscience et de rappeler les droits et les responsabilités de chacun-e.

Aujourd’hui, la Ville de Genève s’engage activement contre le sexisme et les violences faites aux femmes, notamment en diffusant la campagne de sensibilisation «Ca veut dire non !» et en soutenant des projets de sensibilisation et de prévention des violences menés par des associations genevoises (We can dance it, Parlement des Jeunes Genevois, Viol-Secours, Slutwalk,…). Chaque année, la date du 25 novembre, Journée internationale contre l’élimination des violences à l’égard des femmes, constitue une occasion privilégiée pour mobiliser le grand public sur ces questions.

En 1999, l’ONU a en effet proclamée le 25 novembre Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Cette journée a pour objectif d’alerter l’opinion publique sur les violences faites aux femmes et leurs conséquences et de mobiliser le public, la société civile, les institutions et les responsables politiques. L’ONU définit les violences faites aux femmes comme « tous les actes de violence dirigés contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée » (Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes, résolution 48/104 de l’Assemblée générale du 20 décembre 1993).

Au niveau international, plusieurs traités et conventions ont été élaborées dans le but de prévenir les violences de genre à travers le monde. On peut notamment citer la CEDEF – la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discriminations à l’égard des femmes, ou encore la Convention du Conseil d’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, aussi appelé Convention d’Istanbul..Ces dernières ont été respectivement ratifiées par la Suisse en 1997 et 2017, soulignant la volonté du pays à s’investir en matière d’égalité entre femmes et hommes. L’engagement de la Suisse sur un plan international constitue un pas important vers une meilleure coordination et plus d’efficacité dans la lutte contre les violences de genre.

ça veut dire non