Bandeau CJB Retour à l'accueil Retour à l'accueil
EXPLORER CONSERVER RECHERCHER TRANSMETTRE PROTÉGER
Les Musées de Genève
 MUSÉE
PRATIQUE
SAVOIR
FRANÇAIS | ENGLISH  

Suivez nous sur Facebook !

interroGE - la réponse est humaine

Fil rss des CJB

Horaires
Adresses & accès
Services
Contacts
Accès rapide
Activités scientifiques Enseignements
Publications
Bibliothèque
Bases de données
A.-P. de Candolle: une passion, un Jardin
séparation

Le livre: A.-P. de Candolle:
une passion, un Jardin

séparation

Court métrage "La Ville célèbre les deux cents ans des CJBG".
Durée: 3'08 minutes

séparation

Exposition

séparation
Le Jardin, 200 ans de passion
Exposition
séparation
Exposition
Cabinet de curiosités
séparation
Distinction cantonale du développement durable
Distinction cantonale du développement durable
séparation
Sentiers culturels :
la botanique
séparation
La Feuille Verte
La Feuille verte
dernier n° disponible ici.
séparation
Actuellement en fleur au Jardin
Actuellement en fleur au Jardin
séparation
focus podcast Podcast
Vidéos
Vidéos
ombrage

Conservatoire et Jardin botaniques de la Ville de Genève


AccueilActivités scientifiquesProjets
Etude de la structure génétique des silènes des groupes italica et mollissima
impression
séparation

Etude de la structure génétique des silènes des groupes italica et mollissima

Différenciation de l'espèce Silene patula et scenario de colonisation en Afrique du Nord

s. amurensisloupe   s. patulaloupe

Intervenants: Yamama Naciri, Daniel Jeanmonod

Le genre Silene (Caryophyllaceae), est surtout connu par le silène commun ou "taquet" au gros calice enflé fréquemment rencontré dans nos régions. Cependant, les silènes sont surtout fréquents en Méditerranée, un de leur centre de diversification et de spéciation. A l'intérieur de ce genre, les espèces vivaces du groupe italica ont fait l'objet d'une monographie détaillée entre 1981 et 1985 (Jeamnonod et Mascherpa, 1982 ; Jeanmonod, 1984a ; 1984b ; 1985). Cette étude, basée sur des méthodes classiques de biosystématique, a montré l'expansion et la diversification de ce groupe à partir d'espèces souches européennes (S. italica) ayant traversé la Mer Méditerranée durant son assèchement au Messinien (- 5 millions d'années). L'étude morphologique comparative suggérait, pour l'Afrique du Nord, le modèle suivant: une migration depuis la Tunisie vers l'ouest (Algérie puis Maroc) le long des 2 chaînes plus ou moins parallèles: d'une part l'Atlas saharien au sud et d'autre part les montagnes côtières au nord. Chacune de ces voies avait permis la différenciation d'un taxon : S. patula ssp. amurensis au sud et S. patula ssp. patula au nord. Au Maroc, ces deux voies de migration se seraient rencontrées, en provoquant des phénomènes d'introgression. A partir du Maroc, la migration se serait poursuivie vers le nord dans la Péninsule ibérique en passant le détroit de Gibraltar (S. mellifera, S. longicila, S. coutinhoi et S. fernandezii). Dans cette hypothèse, les Pyrénées auraient constitué une véritable barrière physique. Nous avons cherché à confirmer ces hypothèses à l'aide de marqueurs chloroplastiques, en utilisant pour cela les échantillons d'herbiers collectés il y a 20 ans par D. Jeanmonod en Algérie et au Maroc. Les résultats montrent qu'il y a une forte différenciation géographique des populations, mais peu de variabilité intrapopulation, et que la différentiation génétique entre les deux taxons n’est pas soutenue (Cavat et al., 2001; Naciri et al., 2010).

Les espèces du groupe Mollissima: ancêtre commun ou adaptation convergente ?

hifacensisloupe   hicesiaeloupe

Nous nous intéressons par ailleurs au groupe mollissima qui contient 7 espèces (S. mollissima, S. andryalifolia, S. auriculifolia, S. hifacensis, S. tomentosa, S. hicesiae, S. velutina), toutes de morphologie et d’écologie similaires et dont la distribution est restreinte, pour la majorité d’entre elles, à des zones géographiques réduites et très distantes les unes des autres, sur les côtes rocheuses de l’Ouest méditerranéen (Jeanmonod, 1984c). La question est de savoir si ces 7 espèces sont issues d’une même espèce ancêtre qui se serait fragmentée lors de la crise Messinienne, où si elles résultent de spéciation parallèles et indépendantes, à partir d’espèces proches géographiquement, du fait de l’adaptation aux conditions particulières de falaise et d’exposition au sel (Naciri et al., 2008; 2010)

Collaboration: Fanny Cavat (assistante scientifique, Ecole d'ingénieur de Lullier) ; Prof. Honor C. Prentice (Université de Lund, Suède.)

Financement: Fondation Claraz (2000-2001) et Conservatoire et Jardin Botaniques.

Lien: Herbiers

Publications:

JEANMONOD D. (1984a). Silene italica aggr., aperçu pour la Méditerranée centrale et occidentale. In: Greuter, W. & T. Raus (ed.) Med-Checklist Notulae 9. Willdenowia 14: 37-54.
JEANMONOD D. (1984b). Révision de la section Siphonomorpha Otth du genre Silene L. (Caryophyllaceae) en Méditerranée occidentale. III: Agrégat italica et espèces affines. Candollea 39: 549-639.
JEANMONOD D. (1984c). Révision de la section Siphonomorpha Otth du genre Silene L. (Caryophyllaceae) en Méditerranée occidentale II: Le goupe du S. mollissima. Candollea 39: 195-259.
JEANMONOD D. (1985). Révision de la section Siphonomorpha Otth du genre Silene L. (Caryophyllaceae) en Méditerranée occidentale. V: Synthèse. Candollea 40: 35-56.
JEANMONOD D., MASCHERPA J.-M. (1982). Révision de la section Siphonomorpha Otth du genre Silene L. (Caryophyllaceae) en Méditerranée occidentale. Candollea 37: 485-495.
NACIRI Y., CAVAT F. & JEANMONOD D. (2010). A test of colonisation pattern in Silene patula using chloroplastic markers. Plant Systematics and Evolution, 54: 922-932.

Communications scientifiques:

NACIRI Y. CAVAT F., PRENTICE H., TROIA A., HUGOT L., BURGARELLA C. & JEANMONOD D. (2008). The mollissima group of Silene in the Western Mediterranean basin: a common ancestor or morphological convergence? Silene: from populations to genes. 4-9 May 2008, Monte Verita, Ascona, Switzerland.

Posters:

CAVAT F., NACIRI-GRAVEN Y. & JEANMONOD D. (2001). A test of colonisation pattern in Silene patula using chloroplastic markers. Eighth Congress of the European Society for Evolutionary Biology. 20-25 August 2001. Aarhus, Denmark. Pp 263 (abstract).
CAVAT F., NACIRI-GRAVEN Y. & JEANMONOD D. (2001). A test of colonisation pattern in Silene patula using chloroplastic markers. OPTIMA, September 2001. Palerme. Italy.
DU PASQUIER P.E., NACIRI Y. & D. JEANMONOD (2013) Taxonomic and phylogeographic study of the Silene italica group (Caryophyllaceae) in the Eastern Mediterranean basin. OPTIMA, September 2013, Palermo, Italy.
NACIRI Y., PRENTICE H. C., TROIA A., HUGOT L., BURGARELLA C., JEANMONOD D. (2010). Ancestrality or morphological convergence in the mollissima and italica groups of Silene in the Western Mediterranean Basin. OPTIMA, March 2010, Antalya, Turkey.

Vulgarisation scientifique:

NACIRI-GRAVEN Y. & JEANMONOD D. (2003). Migration et différenciation de l’espèce Silene patula en Afrique du Nord. Feuille Verte, 33: 18-19