Monographia Aquifoliacearum
Bandeau CJB Retour à l'accueil

Logo CJB Conservatoire et Jardin botaniques de la Ville de Genève
Monographia Aquifoliacearum - Loizeau Pierre-André & Gabrielle Barriera


impression


Aquifoliacées néotropicales

Loizeau P.-A. & G. Barriera


Ilex amboroica in litt. Loes.

Type biologique, organes végétatifs.— Arbuste, sempervirent. Jeunes rameaux glabres ou pubescents. Rameaux de plus d'une année rugueux, glabres ou poilus, avec quelques rares poils. Lenticelles sur les rameaux de l'année absentes ou peu visibles (probablement). Distance interfoliaire 0.5–2.1 cm. Stipules persistantes, deltoïdes, 1 mm de long. Pétiole glabre (probablement), 5–8 mm de long. Limbe ovale à elliptique, oblong (1:2), 4.7–9 X, 1.5–2.8 cm, papyracé ou coriace, glabre sur la face inférieure (probablement). Base cunée à obtuse. Apex obtus, sans mucron. Apex acuminé. Marge crénelée ou dentée. Nervure principale sur la face supérieure imprimée. Nervure principale sur la face inférieure proéminente. Nervures secondaires bien visibles dessous, 8–10 paires. Nervures tertiaires bien visibles dessous. Ponctuations présentes sur la face inférieure du limbe.

Inflorescences.— Dichasium solitaire à l'aisselle des feuilles.

Fleurs mâles.— Cymes d'ordre 2–3. Pédoncules pubescents. Pédoncules d'ordre 1 longs de 11–16 mm. Préfeuilles de l'ordre 2 à 0–1 dixième de la base. Bractées deltoïdes, 1 mm de long. Premières préfeuilles 0.5–1 mm de long (plus petit que 1 mm dans le texte de LOESENER 1909). Fleurs 4 -mères, blanches. Calice 2 mm de diamètre. Corolle 2 mm de long, pétales soudés sur, sur 20–25 % de leur longueur. Étamines à l'anthèse égales aux pétales. Ovaire rudimentaire subglobuleux ou aplati, glabre.

Distribution, écologie.— Amérique du Sud, Bolivie, 1300–1400 m.

Illustrations.— • Planche Herzog 312 Z m (LT).


Merci de citer cette référence ainsi: ‘Loizeau, P.-A. & G. Barriera (2007). Aquifoliaceae néotropicales: Descriptions, Illustrations, Identification, et Recherche d'Information. Version: 1er mars 2007. http://www.ville-ge.ch/cjb/.
Loizeau (1994) et Loizeau & Spichiger (1992) devraient aussi être cités (voir Bibliographie).