Monographia Aquifoliacearum
Bandeau CJB Retour à l'accueil

Logo CJB Conservatoire et Jardin botaniques de la Ville de Genève
Monographia Aquifoliacearum - Loizeau Pierre-André & Gabrielle Barriera


impression


Aquifoliacées néotropicales

Loizeau P.-A. & G. Barriera


Ilex polita Steyerm.

Type biologique, organes végétatifs.— Arbre ou arbuste, sempervirent, 1.5–4 m de haut. Jeunes rameaux glabres. Rameaux de plus d'une année lisses ou sillonnés, grisâtres, glabres. Lenticelles sur les rameaux de l'année absentes ou peu visibles. Distance interfoliaire 0.5–3 cm. Stipules caduques, deltoïdes, 0.5 mm de long. Pétiole glabre, frippé ou cannelé (base du pétiole comme un col roulé, un bourrelet qui s'étale sur la branche), 4–10 mm de long. Limbe elliptique (voire légèrement obovale), oblong (1:2), 4–7.5(–11) X, 1.8–4.5(–8) cm, coriace, glabre sur la face inférieure. Base aiguë ou obtuse ou arrondie. Apex arrondi ou obtus, mucroné. Apex rétus ou sans prolongement ou acuminé. Acumen de 0.1–0.2 cm de long. Marge révolutée, entière. Nervure principale sur la face supérieure imprimée ou plane, glabre. Nervure principale sur la face inférieure proéminente, glabre. Nervures secondaires bien visibles dessous ou peu visibles dessous, 5–9 paires. Nervures tertiaires peu visibles ou invisibles dessous. Ponctuations absentes sur la face inférieure du limbe.

Inflorescences.— Thyrse, proliférante.

Fleurs mâles.— Les axes des thyrses sont uniques à l'aisselle d'une feuille. Ils mesurent 1–3 cm de long. Cymes d'ordre 2–3. Pédoncules glabres ou pubescents (poils très courts). Pédoncules d'ordre 1 longs de 5–6 mm. Préfeuilles de l'ordre 1 à 6–7 dixième de la base. Pédoncules de l'ordre 2 longs de m 1.5–2 mm. Préfeuilles de l'ordre 2 à 2–5 dixième de la base. Pédoncules de l'ordre 3 longs de 1 mm. Préfeuilles de l'ordre 3 à 0–1 dixième de la base. Premières préfeuilles opposées, deltoïdes, glabres, 0.5–0.7 mm de long, à marge entière. Fleurs 4–5 -mères, blanches. Calice glabre ou pubescent; 1.5–2 mm de diamètre, à marge ciliée ou dentée. Corolle 1–1.5 mm de long, pétales soudés sur, sur 10–30 % de leur longueur. Apex des pétales à marge entière (év. perlée). Étamines à l'anthèse égales aux pétales. Ovaire rudimentaire subglobuleux ou aplati ou subpyriforme, glabre.

Fleurs femelles.— Les axes des thyrses sont uniques à l'aisselle d'une feuille (parfois doubles?). Ils mesurent 0.5–10 cm de long. Cymes d'ordre 1. Pédoncules glabres ou pubescents. Pédoncules de l'ordre 1 longs de 3–6 mm. Préfeuilles de l'ordre 1 à 3–4 dixième de la base. Bractées linéaires-triangulaires, glabres ou pubescentes, 0.5 mm de long, à marge entière ou ciliée ou dentée. Premières préfeuilles opposées, linéaires-triangulaires, pubescentes, 0.5 mm de long, à marge ciliée ou dentée. Fleurs 4 -mères, blanches. Calice glabre (quelques rares poils); à marge ciliée ou dentée, 3–4 mm de diamètre. Corolle 2–3 mm de long, pétales soudés sur, sur 20–30 % de leur longueur. Apex des pétales à marge entière (év. perlée). Staminodes sagittées, glabres. Ovaire sphérique, glabre, stigmate mammiforme ou capité, stigmate glabre.

Fruits.— Fruit vert, sphérique, 5–6 mm de diamètre, 5–6 mm de long.

Distribution, écologie.— Amérique du Sud, Vénézuéla (Bolívar: Bassin du Río Caroní, incluant Amaray-tepui, Ayuántepui, Río Icabarú, and Río Paragua, Cerro Guaiquinima), 300–1200(–2200) m, Forêts semi-décidues à sempervirentes, savanes arbustives, forêts basses au sommet des tepuis et des escarpements. Savannes à Stegolepis avec des patchs arborescents.

Floraison.— Février ou mars.

Illustrations.— • Planche Davidse 22679 U. • Feuilles Davidse 22679 U. • Feuilles Davidse 22679 U. • Planche Davidse 22679 MO. • Etiquette Davidse 22679 MO. • Feuilles Davidse 22679 MO. • Infrutescence Davidse 22679 MO. • Planche Liesner 20114 MO. • Etiquettes Liesner 20114 MO. • Feuilles Liesner 20114 MO.


Merci de citer cette référence ainsi: ‘Loizeau, P.-A. & G. Barriera (2007). Aquifoliaceae néotropicales: Descriptions, Illustrations, Identification, et Recherche d'Information. Version: 1er mars 2007. http://www.ville-ge.ch/cjb/.
Loizeau (1994) et Loizeau & Spichiger (1992) devraient aussi être cités (voir Bibliographie).