Les Conservatoire et Jardin botaniques de Genève et les membres du " Projet Flore Corse " participent à des degrés divers aux actions de conservation, de protection et de gestion de la flore corse. Ces actions sont généralement menée en Corse par des acteurs directement liés à la gestion du patrimoine naturel de l'île. Ces acteurs sont nombreux et agissent à des niveaux politiques différents. Parmi eux, le comité scientifique du Projet Flore Corse a établi des liens privilégiés et soutient tout particulièrement les actions menées par l'AGENC (Agence pour la Gestion des Espaces Naturels de Corse actuellement transformé en Conservatoire du littoral), par le Conservatoire Botanique National Méditerranéen de Porquerolles, par le Conservatoire botanique de Corse récemment créé et agréé par le ministère .

Les échanges de données, les expertises, les confrontations entre les scientifiques du Projet Flore Corse et les gestionnaires de terrain ont donné une dynamique et une synergie des efforts qui permettent à la Corse une gestion des espaces naturels particulièrement réussie.

Parmi les actions entreprises sous la conduite de l'AGENC, citons celles menées par le Parc Naturel Régional de Corse et par l'Office de l'Environnement de la Corse avec des crédits européens et nationaux:

- les 12 habitats prioritaires de la directive européenne présents en Corse: 1) lagunes, 2) dunes à genévriers, 3) forêts dunales à pins, 4) mares temporaires, 5) pozzines, 6) tourbières, 7) sources encroûtantes, 8) forêts de pin laricio, 9) bois de genévrier thurifère, 10) bois d'if, 11) pelouses calcicoles à orchidées, 12) forêts alluviales;

 

Les "pozzines", pelouses humides d'altitude




- les 5 espèces végétales prioritaires de cette même directive " Habitats ": Aconitum corsicum, Anchusa crispa, Herniaria latifolia subsp. latifolia, Naufraga balearica et Silene velutina.

- A ces deux aspects ont été intégrés les espèces phares (22 espèces), et les espèces particulièrement intéressantes car liées à des habitats prioritaires (Botrychium simplex, Buxbaumia viridis, Kosteletzkya pentacarpos, Linaria flava subsp. sardoa, Liparis loeselii et Rouya polygama), et d'espèces clé de voûte (Juniperus oxycedrus subsp. macrocarpa, J. phoenicea, J. thurifera, Pinus pinea, P. pinaster, et P. nigra subsp. laricio).

Dans le cadre de ce programme, des restaurations de sites, des renforcement de populations menacées, des opérations de réintroduction d'espèces particulièrement en danger ont été menées. Par ailleurs le réseau des réserves et des maîtrises foncières s'est agrandi, des maîtrises d'usage ont été mise en place, des actions de protection et de gestion ont été développées.

Parmi les autres travaux des membres du Projet Flore Corse liés à la protection, citons:

Conservation ex situ

Pour la Corse, c'est le Conservatoire Botanique National de Porquerolles qui est en charge de la Conservation ex situ. Il a mis en place une banque de semences particulièrement importante, des protocoles de test de viabilité de ces semences et de germination et de suivi des cultures.

Les Conservatoire et Jardin botaniques de Genève qui ont mis en place une banque de semence pour les espèces suisses prévoient de l'élargir aux plantes corses dans le cadre du Projet Flore Corse et de façon à éviter les risques d'un seul lieu de stockage. Les CJB cultivent également dans leurs rocailles plusieurs espèces endémiques et rares de Corse.

Education environnementale

Dans le cadre de son effort d'éducation à l'environnement, les Conservatoire et Jardin botaniques de Genève ont remanié totalement le massif des plantes corses sous la responsabilité de MM. R. Braito (responsable des rocailles) et D. Jeanmonod (conservateur responsable du Projet Flore Corse). On y verra de très nombreuses endémiques de la Flore Corse accompagnées de panneaux explicatifs sur la flore de cette île.



© Conservatoire & Jardin botaniques
de la Ville de Genève