PTERIDOPHYTA
(Equisetophyta + Polypodiophyta)

nouveau traitement par B. Medjahdi

Description :

Les spores sont situées dans des sacs sporifères portant le nom de sporanges. Certaines Ptéridophytes ont une seule sorte de spores et, par conséquent, de sporanges. D’autres, ont deux sortes de spores: des microspores et des macrospores. Il s’ensuit l’existence de microsporanges et de macrosporanges.

Les sporanges sont diversement groupés en sores et diversement situés. On distinguera les cas suivants :

1° : Sporanges situés à la base des pétioles, sur les rhizomes, entre les racines. Ils sont enfermés dans des fructifications spéciales appelées sporocarpes qui ont une forme ovoïde du globuleuse (ex. : Marsileaceae, fig. 35; Salviniaceae, fig. 38).

2° : Appareil à sporanges en épis terminaux (Ophioglossaceae, fig. 1; Equisetaceae, fig. 43).

3° : Sporanges disposés en panicule sur des feuilles partiellement transformées (Osmundaceae, fig. 3).

4° : Sporanges venant sur des frondes ou feuilles, spécialisées ou non, appelées sporophylles (ou feuilles fertiles) et se situant : soit à la face inférieure de ces feuilles, soit sur leurs marges, soit à leur base. Les sporophylles sont de une ou de deux sortes : microsporophylles et macrosporophylles quand il y a deux sortes de sporanges (microsporanges et macrosporanges). Tel est le cas chez les Isoetaceae, (fig. 40). Enfin, quand les sporanges viennent sur les marges ou sur la face inférieure des feuilles, ils se constituent en amas (sores) qui peuvent être : soit nus, soit recouverts par une pellicule membraneuse (indusie), soit simplement protégés par le rebord replié de la feuille. Tel est le cas des Filicales (ex Polypodiaceae s. l. - fig. diverses). Les feuilles de la plupart des Ptéridophytes portent le nom de frondes et, le plus souvent, elles sont enroulées en crosse dans leur jeunesse.

CLÉ DES FAMILLES

1 Feuilles réduites à des gaines plus ou moins dentées disposées aux nœuds de la tige et des rameaux qui sont sillonnés et striés en long. Appareil sporangifère en épis. Sporanges placés à la face inférieure d’écailles en forme de clous (clypéoles) verticillées par 4-9 sur plusieurs rangées superposées pour constituer un épi terminal et cylindracé (fig.  43) ………………………… Equisetaceae

—  Feuilles non réduites à des gaines dentées …………………… 2

2   Feuilles disposées sur 4 rangs : deux latéraux à grandes feuilles et deux dorsaux à petites feuilles. Sporanges de 2 sortes mais situés, axillairement, sur les mêmes rameaux fertiles qui sont peu distincts. Plantes à aspect de mousses (fig. 42) ………………… Sellaginellaceae

—  Feuilles non disposées sur 4 rangs ………………… 3

3  Plantes constituées par un rhizome bulbiforme portant, à son sommet, une touffe de feuilles graminiformes dont les bases sont dilatées. Feuilles les plus externes (macrosporophylles) portant, dans la dilatation basale, une fosse avec un macrosporange. Au-dessus de la fosse il y a une fossette avec une ligule. Feuilles les plus internes (microsporophylles) portant, de même, un microsporange. Le reste de la touffe est à feuilles stériles (fig. 4)  ………………………… Isoetaceae

—  Feuilles soit non graminiformes, soit graminiformes, mais alors sans la disposition ci-dessus ………………………… 4

4  Feuilles graminiformes isolées naissant d’un rhizome rampant, ou feuilles quadrifoliolées isolées. Microsporanges et macrosporanges tous deux enfermés dans des sporocarpes d’une seule sorte, ovoïdes, et situés à la base des feuilles (fig. 35 et 37) ………………………… Marsileaceae

—  Feuilles ni graminiformes ni quadrifoliolées ........................  5

5  Tige aquatique avec deux rangées de feuilles (d’environ 1 cm) disposées en surface et une troisième rangée de feuilles disposées en-dessous et constituées par des lanières portant des poils absorbants. Microspo­ranges et macrosporanges enfermés dans des sporocarpes différents (fig. 38) …………………………  Salviniaceae

—  Feuilles non comme ci-dessus. Pas de sporocarpes, sporanges portés à la face inférieure ou bordure d'un limbe foliaire ………………… 6

6  Feuilles biformes. Les unes (stériles et au nombre maximum de 3) lancéolées; les autres fertiles divisées en 2 parties, l’une à limbe lancéolé, l’autre linéaire et terminée par un épi distique constitué par des sporanges sessiles et soudés entre eux (fig. 1)  …………………Ophioglossaceae

—  Feuilles non comme ci-dessus. Sporanges disposés par sores ………………… 7

7  Feuilles fertiles comportant deux parties: une inférieure stérile, à segments bipinnatiséqués et une fertile (supérieure) à segments rapprochés en panicule terminale couverte, sur toute la surface, de sores arrondis (fig. 3)  ………………… Osmundaceae

—  Feuilles fertiles non à deux parties. Sores marginaux ou dorsaux (fig. 30 et fig. 13)  ………………… Polypodiophyta




(FOUGERES s. str.)

OPHIOGLOSSACEAE

Ophioglossum L. (Ophioglosse)

Feuilles non enroulées en crosse dans leur jeunesse. Tige courte rampante et souterraine, portant 1-3 feuilles stériles engainant une feuille fertile réduite au pédoncule terminée par un épi de sporanges distiques et s’ouvrant par deux valves.

1 Plante ne dépassant pas 10 cm environ; à 1-3 feuilles stériles lancéolées linéaires ou lancéolées, pétiolées. Terrains sablonneux. R: Tell. | Atl-Médit.| (fig.).

1. — O. lusitanicum L.

O. lusitanicum L.
Petite plante vivace de h. 2-8 cm à rhizome court grêle, portant 1(2) fles. stériles et 1(2) frondes à parties stérile et fertile sur un pétiole commun long hypogé. Limbe stérile entier, ferme, vert jaunâtre, oblong-lancéolé, étroit, de 10-50 × 2-10 mm, sub-aigu. Grappe fertile simple à pédoncule naissant à la base du limbe stérile au niveau du sol ; épi sporangifère simple, court, étroit et apiculé au sommet ≥ le limbe stérile. Sporanges de part et d’autre de l’axe et insérés à celui-ci, connivents par leur base, s’ouvrant par 2 valves, d’abord jaunâtres puis devenant brun foncé à maturité; spores subglobuleuses finement réticulées de 30-40 µm. Nombre chromosomique élevé (2n = 250-280).
Écologie: pelouses sablonneuses, dayas, litières humides des forêts sublittorales et des moyennes montagnes siliceuses, sporadique (rare). ; R : Tell (assez répandu Tell algéro-constantinois, plus rare Tell oranais) ; Maroc : AR (côte atlantique, Moyen-Atlas) ; Tunisie : RR (Kroumirie). Can Mau Mar Alg Tun

toto
Ophioglossum lusitanicum, Ifry
Photo: Medjahdi

— Plante pouvant atteindre 35 cm env.; généralement à une seule feuille stérile, ovale ou oblongue.  Lieux humides. RRR: A1: Mitidja. | Cir·cumbor| Can Mar Alg

2. — O. vulgatum L.

O. vulgatum L.
Plante vivace de h. 15-30(40) cm à rhizome court grêle, portant 1(2) frondes à parties stérile et fertile sur un pétiole commun long et au-dessus du sol ; limbe stérile entier, ferme, vert jaunâtre, ovale-lancéolé, large, de 40-100 × 15-40 mm, sub-obtus à nervures finement réticulées ; grappe fertile simple à pédoncule naissant à la base du limbe stérile ; épi sporangifère simple, étroit, apiculé au sommet ≥ le limbe stérile ; sporanges de part et d’autre de l’axe et insérés à celui-ci, connivents par leur base, s’ouvrant par 2 valves, d’abord jaunâtres, brun foncé à maturité ; spores subglobuleuses réticulées -tuberculées de 35-45 µm. Nombre chromosomique élevé (2n = 480-520).
Ecologie : pelouses humides, pozzines, dayas des moyennes montagnes, sur calcaire, dolomies, grés, basaltes ; sporadique (rare). — RRR : A1, Mitidja [non revu !] ; Maroc : AR montagnes (Rif, Moyen-Atlas, Grand-Atlas).


O. polyphyllum A. Braun
Petite plante vivace de 3-8 cm de haut, à rhizome court oblique ramifié, surmonté d’un manchon fibreux des débris des anciennes feuilles, portant 1-2 fles. stériles et 2-3 frondes à parties stérile et fertile sur un pétiole commun hors sol ; partie stérile à limbe entier ferme de 15-25 mm, vert jaunâtre, oblong-lancéolé. Grappe fertile à pédoncule naissant à la base du limbe stérile ; épi sporangifère simple, étroit, apiculé au sommet ≤ le limbe stérile. Sporanges de part et d’autre de l’axe et insérés à celui-ci, connivents par leur base, s’ouvrant par 2 valves ; spores subglobuleuses de 40-60 µm.
Ecologie: sables et rochers gréseux temporairement humides des collines sublittorales des régions arides océaniques ; très rare et sporadique — RR: Maroc pré-saharien (vallées du Noun et du Draâ) et Tunisie pré-saharienne (Bou Hedma: Afrique tropicale et australe, Îles du Cap Vert, Arabie, Inde.  Can Mar Tun Lib (T) Egy

 Botrychium  Sw. (Botryche)

B. lunaria (L.) Sw.
Plante vivace de h. (5)10-15 cm à rhizome court vertical à pétiole commun pour la partie stérile et la fertile ; fronde stérile à limbe pennatiséqué ferme, vert jaunâtre, à 3-7 paires de pinnules opposées sessiles, semi-lunaires, subbentières ou crénelées ; grappe fertile à pédoncule naissant à la base et ≥ limbe stérile, 2-3 fois ramifiée ; rameaux portant les sporanges de part et d’autre de l’axe, ceux-ci d’abord jaunâtres puis devenant brun foncé à maturité. Espèce diploïde 2n = 90.
Ecologie: pâturages humides, pozzines, nardaies des montagnes siliceuses ou décalcifiées bien arrosées (assez rare). Maroc : Grand-Atlas, Rif — Circumboréale, Australie, Patagonie  Mad Mar



DAVALLIACEAE

Davallia Sm.

D. canariensis (L.) Sm.
Plante vivace à rhizome rampant, radicant, paléacé, superficiel ou épiphyte ; frondes persistantes ou reviviscentes isolées, espacées sur le rhizome, de L. 10-40 cm à pétiole ≤ le limbe; celui-ci coriace et glabre, triangulaire, 3-4 fois pennatiséqué; pennes alternes, les inf. longuement pétiolulées; à 6-10 paires de pinnules pennatifides lancéolées aiguës, les divisions fertiles élargies - obtuses. Sores marginaux au sommet de la face inf. des divisions fertiles, protégés par une indusie en forme de petite coupe fixée au limbe et s’ouvrant au sommet. Spores ovoïdes de 35-45 × 32 µm à périspore verruqueux. Espèce diploïde 2n = 80. Mad Can Mar 



OSMUNDACEAE

Osmunda L.

Plante à grandes feuilles (0,50-2 m) glabres et subcoriaces; à pétiole large et cannelé. Segments foliaires presque opposés. Fronde d'un vert gai — Forêts humides — Kl-2-3. — | Subcosm. — Fougère royale, Osmonde « Ferach bent es soltan » (fig.). Mad Mar Alg Tun

3.  — O. regalis L.

 


POLYPODIOPHYTA (Fougères s.str.)

Plantes très rarement annuelles. Tiges souterraines à rhizome court ou traçant, plus ou moins allongé. Pas de tiges aériennes dans notre dition. Feuilles enroulées en crosse dans leur jeunesse, éparses ou naissant au sommet du rhizome. Pétiole souvent muni, au moins intérieurement, d’écailles ou de paillettes qui, parfois, envahissent le limbe. Groupes de sporanges (sores) de formes variées, nus ou recouverts par une indusie qui, le plus souvent, est déformée ou détruite à maturité. On aura donc soin, lors des déterminations, d'examiner de jeunes fructifications si l’indusie entre en jeu.

Remarque : afin de faciliter les identifications en période défavorable nous donnons, en plus de la clé générale des genres, une clé uniquement basée sur les caractères végétatifs.

CLÉ GÉNÉRALE DES GENRES

1  Sporanges groupés en sores disposés sur la marge des feuilles ........... 2

—  Sporanges groupés en sores disposés sur le dos des feuilles .............. 6

2  Sores linéaires, disposés en une ligne marginale continue ou interrompue, sans indusie, plus ou moins protégés par la marge révolutée de la feuille et complètement cachés par des poils tecteurs (fig. 26) …………………………  Notholaena

— Sores non cachés par des poils, insérés dans la marge qui leur constitue comme une sorte d’indusie ou solitaires à l’extrémité des nervures ………………………… 3

3  Sores disposés en ligne continue. Plantes généralement puissantes, à feuilles atteignant et dépassant 1 m, 1-2-3 pinnatiséquées ………………………… 4

—  Sores disposés en ligne interrompue ou solitaires. Feuilles ne dépassant pas 30 cm de long ………………………… 5

4  Sores protégés uniquement par la marge révolutée de la feuille. Feuilles à segments primaires entiers (à l’exception parfois des inférieurs divisés en 2 lanières) …………………………  Pteris

—  Sores protégés, à la fois, par la marge révolutée de la feuille et par une indusie intérieure étroite. Feuilles à segments primaires 2-pinnatiséqués …………………………  Pteridium

5  Feuilles à rachis capillaire et flexueux; délicates et non frisées. Plante des lieux humides ………………………… Adiantum

—  Feuilles à rachis raide et ferme; un peu épaisses et frisées. Plantes des lieux secs (fentes des rochers) ………………………… Cheilanthes

6  Plante annuelle ou bisannuelle, de 5-20 cm, très délicate; à souche très petite. Sores d’abord épars puis confluents et couvrant toute la surface inférieure des lobes. Indusie absente ……………………… Gymnogramma

—  Plantes vivaces, rhizomateuses ………………………........................…  7

7  Feuilles entières, sagittées ou cordées à la base ………………………… 8

—  Feuilles toujours plus ou moins découpées ……………………….......…  9

8  Pétiole lisse. Indusie simple, s’ouvrant par son bord interne. (A. hemionitis) ...... Asplenium p.p.

—  Pétiole écailleux. Indusie s’ouvrant en long par le milieu et se repliant comme en deux valves ………………………… Phyllitis

9  Face inférieure de la feuille couverte de squames brunâtres et brillantes. Sores allongés et épars; disposés sur les nervures et plus ou moins voilés par les squames, à indusie rudimentaire. Feuilles simplement pinnatipartites, à lobes entiers, ovales et alternes (fig. 12) (A. ceterach) …………………………  Asplenium p. p.

—  Plantes ne présentant pas ces caractères ………………………… 10

10  Rhizome court, cespiteux, couvert d’écailles noires à marge glanduleuse. Pétiole avec de longs poils blanchâtres accompagnés de poils glanduleux et, vers la base, de grosses glandes sessiles. Sores linéaires. Plante minuscule 2-8 cm ............................. Pleurosorus

—  Pétiole non comme ci-dessus. Autres caractères non réunis .................. 11

11  Sores non indusiés, arrondis ………………………… 12

—  Sores indusiés (l’indusie pouvant être caduque, prendre soin d’examiner des fructifications à des stades divers) …………………………13

12  Pétiole articulé à la base avec le rhizome. Feuilles simplement pinnatipartites, à segments entiers ou dentés. Sores très gros 2-4 mm (fig. 34) ………………………… Polypodium

—  Pétiole non articulé avec le rhizome. Feuilles 2-3 pinnatiséquées. Sores petits 1 mm (D. disjuncta) …………………………..  Dryopteris p.p.

13  Feuilles à la fois minces, molles, fragiles et à sores arrondis (isolés ou confluents mais non disposés régulièrement). Feuilles 1-2 pinnatiséquées. Petite plante de 10-50 cm, glabre  ………………………….. Cystopteris

—  Feuilles fermes. Sores linéaires, elliptiques ou oblongs (parfois arrondis mais ils sont alors disposés sur 2 rangs à peu près réguliers de part et d’autre de la nervure médiane de la pinnule) …………………………..................14

14  Feuilles simplement pinnatiséquées, dimorphes (fig. 19a et b). Feuilles fertiles (au centre de la touffe) à segments linéaires; feuilles stériles (au pourtour) à segments oblongs et souvent confluents. Sores linéaires, disposés de part et d’autre de la nervure médiane en 2 lignes parallèles à cette nervure et finissant par la recouvrir …………………………...... Blechnum

—  Feuilles 2-3 pennées (au moins à la base) ………………………… 15

15  Feuilles pinnatiséquées, à segments lancéolés-acuminés et pinnatifides (fig .20a). Segments supérieurs de la feuille confluents. Pinnules (divisions ultimes de la feuille) triangulaires-falciformes et finement serrulées (fig. 20). Très grandes feuilles pouvant atteindre 2 m. Sores linéaires-oblongs, disposés de part et d’autre de la nervure de la pinnule et parallèlement à elle …………………………............  Woodwardia

—  Conditions ci-dessus non réunies …………………………..  16

16  Sores disposés en 2 rangées à peu près régulières de part et d’autrede la nervure médiane de la pinnule, généralement arrondis …………………………... Dryopteris p.p.

—  Sores disposés sur les nervures secondaires de la pinnule et toujours plus ou moins obliques par rapport à la nervure médiane; linéaires ou réniformes …………………………. 17

17  Rhizome à écailles lisses. Sores ± réniformes ………………………… Athyrium

—  Rhizome à écailles réticulées et alvéolées. Sores linéaires. Petites plantes n’atteignant pas 0,30 m de hauteur .......................... Asplenium p.p.

CLE BASEE SUR LES CARACTERES VÉGÉTATIFS

1  Feuilles indivises, auriculées ou sagittées à la base …………………… 2

—  Feuilles divisées …………………………....... 3

2  Pétiole lisse (A.hemionitis) .................. Asplenium p. p.

—  Pétiole écailleux ………………………….. Phyllitis

3  Feuilles pinnatipartites ou 1-pinnatiséquées (à l’exception parfois du sommet) ............. 4

—  Feuilles 2-3 pennées (au moins à la base) …………………………..  8

4  Face inférieure de la feuille couverte de squamules brunâtres et brillantes. Feuilles à lobes entiers, ovales ou alternes (A.ceterach) ………………………… Asplenium p. p.

—  Pas de squamules comme ci-dessus …………………………  5

5  Feuilles dimorphes. Feuilles fertiles (au centre de la touffe) à segments linéaires; feuilles stériles (au pourtour) à segments oblongs très serrés et souvent confluents .........  Blechnum

—  Feuilles non comme ci-dessus …………………………  6

6  Petiole articulé à la base avec le rhizome ……………… Polypodium

—  Pétiole non articulé à la base avec le rhizome ………………………… 7

7 Segments foliaires linéaires-lancéolés ………………………… Pteris

—  Segments foliaires non linéaires-lancéolés …………  Asplenium p.p.

8  Lobes foliaires en forme d’éventail et disposant d’un pétiolule capillaire... Adiantum

—  Feuilles non comme ci-dessus …………………………  9

9  Feuilles 3-pennées (au moins dans les segments inférieurs). Rachis jamais écailleux …………10

—  Feuilles 2-pennées ou 3-pennées, mais dans ce dernier cas, rachis ± écailleux……. 15

10  Segments foliaires à lobes entiers ou crénelés …………………………........ 11

—  Segments foliaires à lobes dentés ou inciso-lobulés …………………  12

11  Feuilles à pétiole gros et robuste, de 0,50-1,50 m…………………………..... Eupteris

—  Feuilles à pétiole mince, ne dépassant pas 0,50 m. (O. disjuncta) ……... Dryopteris

12  Plante annuelle ou bisannuelle, de 5-20 cm, très délicate, à souche très petite …………………………………… Gymnogramma

—  Plantes vivaces, rhizomateuses ………………………… 13

13  Rhizome portant des écailles filiformes et brun noir …………………………. Asplenium p. p.

—  Rhizome à écailles larges et d’un brun ferrugineux …………………… 14

14  Pétiole très écailleux à la base. Périmètre du limbe atténué aux deux extrémités. Feuilles fermes ………………………….. Athyrium

—  Pétiole peu ou pas écailleux à la base. Périmètre du limbe plus large à la base qu’au sommet. Feuilles molles, minces et fragiles …………………………  Cystopteris

15  Pétiole présentant : des poils longs et blanchâtres, des poils glandu­leux et, à la base, des glandes sessiles. Plante minuscule 2-8 cm …………………………................. Pleurosorus

—  Caractères ci-dessus non réunis …………………………...  16

16  Pétiole et rachis foliaires complètement nus …………………………  Dryopteris p. p.

—  Pétiole (et parfois rachis) écailleux …………………………  17

17  Feuilles à face inférieure couverte d’écailles blanchâtres ou roussâtres ou avec les deux faces couvertes de poils laineux donnant à la fronde un aspect grisâtre ...........  Notholaena

—  Feuilles non comme ci-dessus …………………………  18

18  Petites plantes n’atteignant pas 20 cm; poilues ou non sur la face inférieure des feuilles ………… Cheilanthes

—  Plantes nettement plus puissantes ………………………… 19

19  Feuilles pinnatiséquées à segments lancéolés-acuminés et pinnatifides. Segments supérieurs de la feuille confluents. Pinnules triangulaires- falciformes, finement serrulées. Très grandes feuilles pouvant atteindre 2 m …………………………...Woodwardia

— Caractères ci-dessus non réunis …………………………  Dryopteris p.p.

Cystopteris Bernh.

1- Limbe présentant des pinnules divisées en lanières étroites et allongées, à bords parallèles entre eux et parallèles à la nervure ; nervures (au moins un grand nombre d'entre elles) se terminant dans des échancrures ou des replats à l'extrémité des lobes ……..…………… C. alpina
 1’ - Limbe à divisions beaucoup plus larges ………………………… 2

2 – Spores à surface irrégulièrement ridée ………………………… C. dickieana
 2’ –Spores épineuses …………………………………………… 3

3 Spores couvertes de courtes épines coniques  ………………… C. fragilis
 3’ spores avec des épines irrégulières, à extrémité bifurquée …………… C. viridula

Plante fragile, de 10-50 cm. Souche écailleuse et roussâtre, horizontale. Feuilles 1-2 pinnatiséquées, vertes, à nervures saillantes. Sores épars puis confluents. Lieux humides des montagnes. — K1-2-3, C1, A2, AS3. — Cosm. I — (C. fragilis Bernh.).  Mad Can Mar Alg Tun

4.  — C. filix-fragilis (L.) Borb.  incl. inC. fragilis (L.) Bernh.

a) Fronde peut atteindre jusqu'à 45 cm; feuille avec peu ou pas de poils glanduleux sur les marges ………………………….   subsp. fragilis

Cystoptpteris fragilis, Hafir
Photo: Medjahdi

- Fronde ne dépasse  pas  25 cm; feuille glanduleuse avec de nombreux poils sur les marge ………………………… subsp. huteri (Milde) Prada & Salvo

subsp. huteri (Milde) Prada & Salvo (Afr. N. ?) Mar(?)

C. viridula (Desv.) Desv.
Rhizome court, épais,  couvert de quelques paillettes lancéolées. Fronde fasciculés longues, 20-40 cm, vert foncé ; limbe bipennées, largement oblongs; pinnules pennatifides, avec une marge dentelée ; nervures atteignent le bord des derniers segments ; rachis parfois poilus glanduleux ; pinnules oblongues, à lobules ± émarginées. Indusie  fréquemment glanduleuses attachées aux nervures par la base.   Ecologie : Plutôt silicicole, se rencontre dans les cavités de rochers, très souvent frais et humides, parfois suintants. Mad Can Mar Alg


C. alpina (Lam.) Desv.
Frondes de 15-25cm de long, très molles; Pétioles brun claire, plus foncé vers la base ; rachis parfois poilus glanduleux ; Limbe 3-pinnés, ovoïde-lancéolé, pinnules à lobules ± émarginées, au moins en partie. Sores discrètes; indusie ovale lancéolée, glabre, avec des extrémités souvent libres.
Ecologie : plante montagnard, que l'on rencontre surtout en altitude (à partir de 1500 m), dans les fissures de rochers  ou des pierriers humides, persque exclusivement calcaire.  Mar

Maire (1952) la site, comme fréquente dans Ies hautes montagnes  en  Algérie au  Djurdjura et dans l'Atlas blidéens  et au  Maroc dans le Rif, Moyen Atlas et  le Grand Atlas. 

C. dickieana R. Sim
Rhizome brun claire court, rampant,  couvert par quelque paillettes  lancéolées.  Frondes peut atteindre jusqu'à 35 cm, à pétioles généralement plus courte que le limbe, brun claire, avec quelques paillettes à la base; feuille 2-pennées, lancéolées à ovales-lancéolées ; pinnules lobées à pennatifides, souvent avec une marge dentée. Sores suborbiculaires inserées sur les nervures. Indusie attachées au nervures par la base  non glanduleuse.
Ecologie : plutôt silicicole, se recontre dans les cavites de roches, très souvent frais et humides, parfois suintants. Mar

Cette espèce est très proche de C.fragilis, mais elle se distingue par des pinnules souvent plus larges et plus arrondies, généralement peu dentées; ne s'en distingue toutefois réellement que par l'ornementation des spores, constituée de rides ou crêtes irrégulières.

Dryopteris Adans.

1-Rachis de la fronde non écailleux (le pétiole peut parfois être écailleux) …………………..... 2
 1’-Rachis de la fronde écailleux …………… 4

2- Pétiole écailleux à la base, plus long que le limbe. Pas d’indusie …………… D. disjuncta
 2’- Pétiole non écailleux, plus court que le limbe ou l’égalant dans les feuilles fertiles. Indusie présente dans les jeunes fructifications. Limbe à périmètre atténué aux deux extrémités ...... 3

3- Feuilles adultes glabres (les jeunes feuilles sont légèrement poilues et glanduleuses), Pinnules minces, à nervures bien visibles par transparence …………… D. thelypteris
 3’- Feuilles densément poilues-glanduleuses en-dessous. Pinnules coriaces, à nervures peu visibles par transparence ……… D. gongyloides

4- Pinnules à dents subspinuleuses (terminées par une soie) …………………… D. aculeata
 4’-Pinnules obtuses ou aiguës, mais non spinuleuses. Indusie réniforme, fixée par un pli rayonnant du centre à la circonférence, s’ouvrant par les côtés libres ………………………….  5

5 - Feuilles fortement glanduleuses sur les axes, le limbe et la surface des indusies…………… 6
 5’- Feuilles non ou peu glanduleuses, pinnules pour la plupart soudées aux axes par toute leur largeur ou presque, et à sommet généralement arrondi ou tronqué …………… D. affinis

6- Feuilles d'un vert foncé; largeur maximale vers le milieu du limbe …………… D. villarii
 6’- Feuilles d'un vert clair; largeur maximale au niveau des pennes basales (limbe triangulaire) ………………………… 7

7 - Feuilles très glanduleuses sur les 2 faces du limbe; plante tétraploïde, à stomates de plus de 50 1-m de longueur ……………… D. submontana
 7’ – feuilles à glands souvents assez clairesemées en particulier sur la face superieure du limbe …………… 8

8- Feuilles bipinnatiséquées sur toute leur longueur. Pinnules à dents obtuses …………… D. filix-mas 
 8'- Feuilles tripinnatiséquées (au moins dans les segements inférieurs). Pinnules à dents aiguës. Indusie glanduleuse …………… D. pallida

1  Rachis de la fronde non écailleux (le pétiole peut parfois être écailleux …………… 2

—  Rachis de la fronde écailleux ………………………… 4

2  Pétiole écailleux à la base, plus long que le limbe. Pas d’indusie. — Feuilles molles et délicates; limbe à contour nettement triangulaire. Petite plante ne dépassant pas 0,50 m — Fissures des rochers — RRR : K2 : Tababor — ssp. calcarea (Sm.) Roug — I Circumbor. — (= Polypodium Dryopteris L. — P. Phegopteris L.). Alg

5.  — D. disjuncta (Rupr.) Mort.  incl. in Gymnocarpium robertianum (Hoffm.) Newm.

— Pétiole non écailleux, plus court que le limbe ou l’égalant dans les feuilles fertiles. Indusie présente dans les jeunes fructifications. Limbe à périmètre atténué aux deux extrémités ...............  3

3  Feuilles adultes glabres (les jeunes feuilles sont légèrement poilues et glanduleuses). Pinnules minces, à nervures bien visibles par transparence — Marais et bois humides — RR : K3 : Plaine des Senhadja — |Subcosm.| — (= Polystichum Thelypteris Roth — Nephrodium Thelypteris Sw.) (fig.). Mar Alg

6. — D. Thelypteris (L.) A. Gray  incl. in Thelypteris palustris Schott

 

 —  Feuilles densément poilues-glanduleuses en-dessous (dans notre dition). Pinnules coriaces, à nervures peu visibles par transparence. Indusie couverte de poils denses. RR : K3 : La Calle (bords du lac Tonga — ssp. propinqua (R. Br.) Christ. | Trop. I — « Maas s». — (= Nephrodium unitum L. ssp calleuse Trab.; Polypodium unitum Desf., non L.). Mar(?) Alg(?)

7. — D. gongyloides (Schk.) O.K.  incl. in Cyclosorus interruptus (Willd.) H. Itô

4  Pinnules à dents subspinuleuses (terminées par une soie). Indusie orbiculaire, stipitée et fixée par son centre; libre tout auteur et s’ou­vrant par la circonférence (fig.). Polymorphe — Forêts, broussailles, fentes des rochers — R : K1-2-3, A2, 03 : Mts de Tlemcen Macar- Euras. — (= Polypodium aculeatum L., Polystichum aculeatum (L.) Roth.). Mad Can Mar Alg

8.  — D. aculeata (L.) O.K. ≡ Polystichum aculeatum (L.) Roth

—  Pinnules obtuses ou aiguës, mais non spinuleuses. Indusie réniforme, fixée par un pli rayonnant du centre à la circonférence, s’ouvrant par les côtés libres …………………………............  5

5  Feuilles bipinnatiséquées sur toute leur longueur. Pinnules à dents obtuses. Indusie non glanduleuse (dans notre dition) — Lieux humides — RR : K1, AS3 — | Subcosm. I — (= Polypodium Filix-mas L., Polystichum Filix-mas (L.) Roth.). Mar Alg Tun

9. — D. filix-mas (L.) Schott.

—  Feuilles tripinnatiséquées (au moins dans les segments inférieurs). Pinnules à dents aiguës. Indusie glanduleuse (fig. a). Lieux ombragés ou humides — AR : K1 : Djurjura, A2 : Atl. de Blida, Chiflta — I Oroméd. | — (= Nephrodium rigidum (Hoffm.) Desv.; Polystichum rigidum D.C.). Mar Alg Tun

10. — D. Villarsii (Bello) H. Woynar [ pl. sp.] Incl in D. pallida (Bory) Maire & Petitm. subsp. pallida

D. submontana (Fraser-Jenk. & Jermy) Fraser-Jenk.
Gros rhizome court couvert de paillettes uniformes ou avec des marges glanduleuses. Fronde fasciculées de 10 à 65 cm de haut, non persistante en hiver, pétiole plus court (1/3 à 2/3 de la longeur du limbe) que le limbe, glanduleux et écailleux avec des écailles ovoïdes-lancéolé jaunâtre. Limbe 2-pinnées parfois 3-pinnées avec 25 paires de pennes triangulaires lancéolées. Sores orbiculaires ; indusies gris verdâtre, glanduleuses.
Ecologie: Plante se développant dans les fentes des roches calcaires, généralement à découvert, mais bénéficiant souvent d'ombrage. K1 Versant septentrional du Djebel Tamgout, Rochers du sommet de la crête du Dj. Heidzer (Djurdjura)  Alg
source  http://coldb.mnhn.fr/catalognumber/mnhn/p/p00312396


D. affinis (Lowe) Fraser-Jenk.
 Plante de 20 (30-120 cm) avec des frondes persistantes l’hiver. Pinnules à bords parallèles, entières ou dentées vers le sommet, ± rectangulaires. Limbe 1-2 pinnatiséquées avec 35 paires de pinnes, lancéolées, opposées, les basales presque aussi longues ou plus que les centrales  Pétiole densément  couverts de paillettes dans toute sa longueur. Rachis couvert de paillettes la plupart filiformes. Sores orbiculaires. Indusie à marge révolutée non glanduleuse.

 a) Pennes avec pinnules symétriques, pinnules avec quelques dents acérées dans la zones apicale…………………………. subsp. affinis Mad Can Mar(?)
- Pennes basale avec pinnnules asymétriques; pinnules lobé, à lobes rectangulaires ...................... subsp. borreri Mar


Polystichum Roth

1-Limbe une seule fois divisé; pennes à bordure seulement dentée ..................... P. lonchitis
 
1’- Limbe au moins 2 fois divisé, les pennes présentant des pinnules plus ou moins individualisées ……………………………………… P. setiferum

P. setiferum (Forssk.) T. Moore ex Woyn. 
Feuilles de 40-80 cm, en touffes persistante ; limbe peu coriace, très peu réduit à la base ; pinnules toutes pétiolulées à marge serrulée spinuleuse et présentant une petite oreillette caractéristique à lur base; Sores au sommet des nervures secondaires des pinnules. Spores cristulées-réticulées.
Ecologie: Plante des milieux humides ombragés, fréquentes les vallons et les avins encaissés, des bords de ruisseaux. Préfère les sols neutres ou à acidité modérée; en moyenne montagne. Mar Alg Tun

toto
Polystichum setiferum, Rif
Photo: Mombrial

P. lonchitis (L.) Roth
 Feuilles de 10-40 cm, en touffes persistante ; limbe glabre, rigide, une seule fois divisé, étroit et se réduisant progressivement à la base; pétioles très cours densément paléacé. Limbe 1 penné portant 40 paires de pennes, pennes linéaires-lancéolees, fortement dentées sur leur bordure et portant une oreillette à leur base du côté supérieur. Indusie dentée.
Ecologie: Essentiellement montagnard (l'étage supraforestier), dans un large éventail de milieux: base de blocs rocheux, éboulis, fissures, fréquemment à découvert mais aussi sur le sol rocailleux des forêts.  Mar

Asplenium L.

   1 - Limbe entier ; trilobé, trifolié, palmé ou 1-2 fois bifurqué ……………………………… 2
1’ - Limbe constitué d'une série (plus de 2 paires) de pennes bien individualisées, régulièrement échelonnées le long d'un rachis distinct ………………………… 4

2- Limbe divisé en lanières étroites et allongées, bifurquées; plante des rochers siliceux, principalement montagnarde ………………………… A. septentrionale
2’- Plante ne présentant pas ces caractères morphologiques et écologiques …………… 3

3 - Limbe de petite taille (guère plus de 1,5 cm de longueur), simple, trilobé ou trifolié, non en cœur à la base; plante des montagnes calcaires ………………………… A. seelosii
3’ - Limbe beaucoup plus grand (une dizaine de cm ou plus), simple, trilobé ou palmé, en coeur à la base ………………………… A. hemionitis

4 – Indusie nulle ou rudimentaire. Pétiole et pinnules (face inférieure) garnis d'écailles monostrates réticulées. Pinnules confluentes à la base, en forme de triangle curviligne subéquilatéral ………………………… A. ceterarch
4’-Pétiole et pinnules non comme ci-dessus. Autres caractères non réunis …………… 5
5- Feuilles portant de très nombreux petits poils glanduleux, sur les 2 faces du limbe ainsi que sur le rachis (loupe!). Rachis brun vers la base du limbe et vert au sommet ; pennes inférieures un peu plus petites que les moyennes ………………………… A. petrarchae

5’ - Limbe non ou à peine glanduleux, en particulier sur sa face supérieure …………… 6
6- Pennes à contour flabelliforme (1,2-3 cm de long), irrégulièrement découpées en mode dichotome, nervation plusieurs fois dichotome; divisions ultimes linéaires ± larges, irrégulièrement dentées au sommet. Face inf. du limbe, rachis et pétiole présentant des paillettes à apex filiformes …………………………………………… A. aethiopicum
6’- Caractères ci-dessus non réunis …………… 7

7 - Limbe 1 seule fois complètement divisé (pennes entières, seulement dentées au bord) …………… 8
7’ - Limbe au moins 2 fois divisé (pennes découpées, avec pinnules bien individualisées) …………… 10

8 - Rachis entièrement brun-luisant ………………A. trichomanes
8’ - Rachis partiellement ou totalement vert en face supérieure …… 9

9- Pennes de 1,5 à 4 cm de longueur; limbe épais et assez coriace; plante des rochers maritimes ………………………… A. marinum
9’ - Pennes plus petites; pétiolulées ; limbe plus fin et plus fragile; Rachis entièrement vert (le pétiole par contre peut être brun sur une grande partie de sa longueur) ………………… A. viride

10 - Limbe triangulaire dans son contour général, les pennes basales étant les plus grandes …………………………… 11
10’ - Limbe ovale-allongé dans son contour général, les pennes moyennes étant les plus grandes ………………………… 13

11 - Pétiole vert sur les 2 faces sur plus de la moitié de sa longueur; limbe largement triangulaire, souvent presque aussi large que long ; plante ne dépassant guère une dizaine de cm, fréquente sur les rochers calcaires et les vieux murs ……………… A. ruta-muraria
11’- Pétiole brun sur plus de la moitié de sa longueur, au moins en face inférieure; limbe plus étroitement triangulaire ou plus grand ………12

12-Feuilles largement triangulaires: extrémité des pennes allongée et étroite (pennes caudées) : divisions ultimes également assez allongées et étroites: plante diploïde, à petites spores (longueur moyenne, périspore exclue : 27-33 µm) ………………………… A. onopteris
12’ - Feuilles plus étroitement triangulaires; pennes et pinnules plus trapues; plante tétraploïde, à spores plus grandes (longueur moyenne, périspore exclue: 33-42µm) ……… A. adiantum-nigrum

13- Longueur des pennes régulièrement décroissante vers le bas de la feuille, les pennes basales devenant très réduites; rachis vert sur toute sa longueur; pinnules à larges dents triangulaires, très marquées et mucronées ………………………… A. fontanum
13’ - Plante ne réunissant pas l'ensemble de ces caractères …….14

14- Pinnules à dents nombreuses, étroites et aiguës, séparées par des sinus profonds ; plante des substrats non calcaires ……… A obovatum subsp. billotii
14’ - Pinnules à dents beaucoup plus larges, courtes, séparées par des sinus larges et peu profonds; ou dents à peine marquées ………………… 15

15- Pinnules arrondies, à dents non ou peu marquées ; plante diploïde des rochers proches du littoral ………………… A. obovatum subsp. obovatum
15’- Pinnules distinctement dentées; plante tétraploïde plus continentale ……… A. foreziense

 1 Feuilles entières, de 8-35 cm, cordées et auriculées à la base, à 3-5 nervures primaires palmées (fig.). Rhizome à squames noirâtres — Lieux humides ombragés — RR : A1 : Bouzaréa. O1 Monts des Trara I Ibéro-mar.; Macar. Mad Can Mar Alg

11.  — A. hemionitis L.

Asplenium heminoites Oued Honaine
Photo: Medjahdi

—  Feuilles divisées ………………… 2

2  Feuilles simplement pinnatipartites ou pinnatiséquées ………………… 3

—  Feuilles 2-3 pinnatiséquées (au moins à la base) …………………  6

3 Plante couverte en-dessous d’écailles brillantes, puis roussâtres sous lesquelles sont ± dissimulés les sores (fig.)* Indusie absente. Feuilles pinnatifides à lobes alternes, courts, entiers ou crénelés. Plante de 20 cm au max. — Murs et rochers — C : Tell, AS — I Euras. temp. I — Doradille. (= Ceterach officinarum Lamk.).

12. — A. ceterach L.

subsp. bivalens (D.E. Mey.) Greuter & Burdet  Mar(?) Alg(?)

subsp. ceterach Mar Alg Tun Lib Egy

Ceterach officinarum, Oued Honaine
Photo: Medjahdi

—  Pas d’écailles brillantes ou roussâtres sous la feuille ……………  4

4  Feuilles à segments ovales ou orbiculaires glabres; finement crénelées-dentées. Pétiole et rachis ailés sur le côté. Pinnules disposées en alternance. Sores linéaires, confluents à la fin (fig.). Plante de 5-30 cm — Rochers, murs ombragés — C : Tell, AS — I Cosm. temp. sub- arct. — Capillaire de muraille, Polytric « Tamart ».

13. — A. trichomanes L.

a- Fronde jusqu’à 15 cm, pennes lancéolées à oblongues-lancéolées, symétrique, avec une marge incisée-crénelée ………………… subsp. pachyrachis (Christ) Lovis & Reichst. Mar

— Fronde jusqu’à 25 cm à somment aigu progressivement estompées; Pennes suborbiculaires à oblongues-rectangulaire, asymétrique, avec une marge entière, parfois denté-crénelée; penne apicale beaucoup plus petite que l'autre ........... subsp. quadrivalens D.E. Mey.  Mad Can Mar Alg Tun

 
Asplenium trichomans, el Ourti
Photo:_Medjahdi

—  Feuilles à segments soit pennatilobés, soit en trapèze à base symétrique …………… 5

5  Plante pubescente-glanduleuse (fig.), fragile. Feuilles à segments de 1 cm au plus, pennatilobés et opposés. Sores linéaires, à la fin con­fluents. Plante modeste, de 5-15 cm — Rochers — R : K1-2, Cl, A2, 01 (Ténès) 03 (Saïda) — | W. MeU |. Mar Alg Tun

14. — A. petrarchae (Guérin) DC. subsp. petrarchae

—  Plante glabre et peu fragile. Feuilles à segments de 2-4 cm sur 1 cm; en trapèze à base asymétrique, le plus souvent opposés. Sores linéaires, obliques sur deux rangs et toujours distincts (fig.). Plante de 6-35 cm — Rochers littoraux ou sublittoraux — RR : K3 : La Calle — , Atl . Mad Can Mar Alg Tun

15. — A. marinum L.

6  Pétiole nettement plus court que le limbe. Feuilles bipinnatiséquées (fig.), en touffes denses. Sores elliptiques, à la fin confluents. Indusie à marge entière. Plante de 10-40 cm — Rochers, souches humides — AR : K1-2-3, Cl, A2, 01 (Iles Habibas) — | Atl W. Méd. | — (= A. lanceolatum Huds.).

16. — A. obovatum Viv

a- Pinnules à dents nombreuses, étroites et aiguës, séparées par des sinus profonds …………… subsp. billotii (F.W. Schultz) O. Bolòs, Vigo, Masalles & Ninot Mar Alg Tun


—  Pinnules arrondies obovales, à dents non ou peu marquées; obtuse …………… subsp. obovatum Can Mar Alg Tun

Asplenium obovatum subsp obovatum, Honiane
Photo: Medjahdi

—  Pétiole aussi long ou plus long que le limbe. Sores linéaires, confluents …………… 7

7  Feuilles luisantes à contour ± lancéolé-ové, de 10-50 cm, 2-4 pinnatiséquées. Pétiole brun noir. Indusie à bord entier (fig.) — Lieux ombragés — C : Tell, AS1-3 — Subcosm. I — Capillaire noire, « Ber-chenoussane », « Zeieta ».  Can Mar Alg Tun

17. — A. adiantum-nigrum L.

—  Feuilles mates, de contour triangulaire, de 2-10 cm, 1-2 pinnatiséquées (suivant l’endroit de la feuille) (fig.). Pétiole entièrement vert, ou noir à la base. Indusie à bord cilié ou crénelé — Fissures des rochers — Tell, H2, AS1, AS3 — I Circumbor. | — Rue de muraille. Mar Alg

18. — A. ruta-muraria L. subsp. ruta-muraria

A. onopteris L.
Feuilles persistantes longues de 10 à 40 cm, à long pétiole et limbe triangulaire, assez coriace et luisant largement atténué au sommet, à 10-25 pennes de chaque côté, subopposées. Rhizome, court, rampant couvert de paillettes, de couleur brun ou noire, étroitement lancéolées, filiformes au sommet. Sores oblongue-linéaire ; Spores réticulée, verruqueux.
Ecologie: Se rencontre principalement dans les sous-bois des forêts, mais s’installe sur roches siliceuses; pousse en général à basse altitude, mais peut atteindre 1 000 m. Mad Can Mar Alg Tun

Asplenium onopteris, Hafir
Photo: Medjahdi
Asplenium onopteris, Rif
Photo: Monbrial

A. foreziense Le Grand
Feuilles de 6-16 cm de longueur, en touffes généralement bien fournies. Pétioles, brun rougeâtre, plus court que le limbe; limbe 2 pennées, vert luisant, oblongues-lancéolées, plus ou moins coriace, relativement étroit et légèrement réduit à la base. Pennes de 16 à 15 paires les basales subégales ou un peu plus courtes que les moyennes Sores inséré aux alentours des bordures, Rhizome recouvert vers le hauts par des paillettes brunes.
Ecologie :  Plante calcifuge, recherchant les fissures des roches siliceuses  Alg: Djebel Gouffi Sahel de Collo et Col de Fedoules (Jijel) Mar : Rif chez les Beni Hadifa Mont Outka. Mar Alg

A. aethiopicum (Burm.f.) Bech. subsp. aethiopicum
Pétiole et limbe glabres ou pourvus de quelques paillettes ou poils épars. Pennes ovales à étroitement lancéolées à contour flabelliforme (1,2-3 cm de long), apex aigu, irrégulièrement dentées au sommet ; nervation plusieurs fois dichotome ; Face inf. du limbe, rachis et pétiole présentant des paillettes à apex filiformes ; Rhizome rampant ou ascendant, brun sombre a noirâtre, entier ou avec qlq excroissances ressemblant à des cheveux. Sores linaires, plusieurs par lobes
Mar : GR -AA (env. d'Anezi : j. Imzi, quartzite, 500 m (BENABID& CUZIN, 1997) 

A. fontanum (L.) Bernh.Mar
 Feuilles en touffes assez fournies, de 10-15 (30) cm de longueur, allongées et étroites, à pétiole égalent le limbe ou plus court, bien caractérisées par la décroissance régulière de la longueur des pennes à la base du limbe ; rachis vert, glabre ou parfois avec quelques poils glanduleux. Les pennes inférieures devenant très petites, et par la silhouette des pinnules, à dents largement triangulaires et très écartées. 2-3 sores par pinnule, oblongs, submarginaux. Rhizome robuste, couvert de paillettes lancéolées à apex filiforme.
Ecologie : Rochers des moy. et hautes montagnes. Exclusivement calcicole dans les anfractuosités abritées de parois rocheuses, le plus souvent sous des surplombs ou sur des faces non directement ensoleillées. Mar : HA oriental (Rhat ; Mgoun et Aïoui, 2600-3500 m).

A. seelosii Leyb. subsp. glabrum (Litard. & Maire) Rothm.
 Petite plante, en touffes souvent peu dense, 3-5 (10) cm ;  pétiole plus grand que le limbe canaliculé, excurvé, long et vert sauf à la base (brun-rouge). Limbe très velues glanduleuses, coriace, d'un vert foncé; trilobé, avec chaque partie grossièrement dentée ou incisée dans sa partie supérieure, parfois redivisée sur les feuilles particulièrement bien développées. Sores confluents couvrant toute la face inférieure; indusie à marge plus ou moins érodée. La plante est représentée dans l'Afrique du Nord par la sous-espèce: ssp. glabrum  Les feuilles glabres à limbe ordinairement simple, denté ou lacinié ; par l'indusie à marge entière; par les spores lâchement cristulées-réticulées.
Ecologie : Fissures des rochers calcaires dolomitiques des hautes montagnes, très rare. M. Piton de Lalla Oum el Bent dans le Moyen Atlas. Mar

A. septentrionale (L.) Hoffm. subsp. septentrionale
 Plante en touffes souvent très fournies,  feuilles de 2-12 cm de longueur,  pétiole 2-3 fois plus long que le limbe, droit, vert sauf à la base brun rouge, portant quelques poiles courts. Limbe, coriace, glabre, une ou deux fois bifurqué, formé de 2 à 4 segments très étroits et allongés, dentés ou incisés à leur extrémité ; sores linéaires allongés, confluents, recouvrant toute la face inférieure. Indusie à marge entière.
Ecologie
: Plante héliophile, qui affectionne les anfractuosités de rochers siliceux secs et escarpés, des moyennes et hautes montagnes (1900-3000 m.) - M. Rif au Mont Tidighin, Moyen Atlas: rochers basaltiques des avens du plateau au-dessus d'Azrou, Grand Atlas: Reraya! (LIT.). Alg ? [a été indiqué vaguement en Algérie par LUERSSEN] Mad Can Mar

A. viride Huds.
Feuilles en touffes, ne dépassent pas 20 cm  (de 10-15 cm de longueur) disparaissent l’hiver, à pétiole court, vert, brun-pourpre seulement à la base, canaliculé sur sa face ventrale, limbe long et étroit, une seule fois divisé ; pennes nettement pétiolulées, souvent fortement crénelées; rachis, non ailé, vert sur toute sa longueur. 
Ecologie: Infractuosités abritées de rochers frais et assez humides des hautes montagnes calcaires et siliceuses, 2800-3600 m, Maroc: Grand Atlas  et Moyen Atlas. Mar

Blechnum L.

Plante glabre à souche gazonnante. Feuilles coriaces à pétiole plus court que le limbe et écailleux; dimorphes, les fertiles à segments linéaires, les stériles à segments oblongs et souvent confluents. Sores linéaires, disposés de part et d’autre de la nervure médiane qu’ils finissent par recouvrir. Indu­sie s’ouvrant vers l’intérieur — Ravins humides, bords des ruisseaux — RR : K1 : Akfadou — | Circumbor. Mad Mar Alg Tun

19.  — B. spicant (L.) Roth

Woodwardia Sm.

Plante de 0,30-2 m. Rhizome écailleux. Feuilles 1-2 pinnatiséquées, à segments lancéolés-acuminés. Pinnules triangulaires-falciformes et finement serrulées; à nervures anastomosées. Sores oblongs ou linéaires, rangés en deux séries de part et d’autre de la nervure dans des dépressions — Ravins humides et ombragés — RR : K3 : Edough — | Macar. Termobor. I — (fig.). Mad Can Alg

20.  — W. radicans (L.) Sm.

Pleurosorus Fée

Plante minuscule (moins de 10 cm), à rhizome court, cespiteux et couvert d’écailles noires à marge glanduleuse. Pétiole à longs poils blancs avec des poils glanduleux et de grosses glandes sessiles (fig.). Sores linéaires, confluents. Pas d’indusie — Fissures ombreuses des rochers calcaires — RR : 03 : Gorges de Deglen à Ghar-Rouban — I Ibér. mar. Mar Alg

21.  — P. Pozoi (Lag.) Diels ≡ Asplenium hispanicum (Coss.) Greuter & Burdet

Phyllitis Hill

1 Feuilles cordées à la base, à oreillettes arrondies et convergentes; 4-6 fois plus longues que larges. Pétiole et rachis écailleux. Sores inégaux, linéaires, les plus longs atteignant 3 cm, obliques par rapport à la nervure médiane. Plante de 20-60 cm (parfois même 90 cm). Rochers humides ombragés. AC : Tell constantinois. RR : A2 : Chiffa, O. el Kebir — Circumbor. | — Scolopendre, Langue de cerf, « Lecan el Khil », « L. el Ayel » — (= Scolopendrium vulgare Sm., S. officinale Sm.).  Mad Mar Alg Tun Lib

22. — P. Scolopendrium (L.) Newm.  ≡ Asplenium scolopendrium L.

— Feuilles adultes =t sagittées, à oreillettes divariquées (feuilles jeunes cordées), seulement 2-3 fois aussi longues que larges. Pétiole et rachis parsemés d’écailles. Sores inégaux, oblongs (et non linéaires), les plus longs ne dépassant guère 13 mm, obliques. Plante de 30 cm au max. — Rochers humides et ombragés — AR : K1-2-3, Al, 03 : Ghar- Rouban — Circum-méd. — (= Scolopendrium Hemionitis Lag.). Mar Alg Tun Lib

23. — P. Hemionitis (Lag.) O.K.  incl. in Asplenium sagittatum (DC.) Bange

Athyrium Roth

Plante atteignant 1 m. Feuilles en touffe formant entonnoir, bipinnatiséquées (fig.). Pétiole écailleux, à squames brunes. Sores oblongs ou ovales, situés de part et d’autre de la nervure médiane et la touchant presque. Indusie persistante, oblongue, à bord frangé — Forêts humides, bords des ruisseaux — AR : K1 : Akfadou, K2-3, A2 : Atlas de Blida — Circumbor. Fougère femelle, « Fersiou ». Mad Can Mar Alg Tun

24.  — A. filix-femina (L.) Roth

Gymnogramma Desv.

Petite plante de 5-20 cm, annuelle et très fragile. Feuilles presque entièrement glabres, à limbe très polymorphe. Sores épars, linéaires-oblongs, confluents à la fin et occupant presque toute la surface du lobe (fig.). Indusie absente — Fissures des rochers — C. dans le Tell — I Cosm. subtrop. (= Grammitis leptophylla Sw., Anogramme leptophylla (L.) Link.). Mad Can Mar Alg Tun Lib Egy

25.  — G. leptophylla (L.) Desv. ≡ Anogramma leptophylla (L.) Link

Anogramma leptophylla
Photo:Medjahdi
Fronge_Anogramma leptophylla
Photo:Medjahdi

Notholaena R. Br.

1  Souche non rampante. Pétiole bien plus court que le limbe, à paillettes et à poils filiformes. Plante entièrement velue-lai ne use (au moins en-dessous). Feuilles de 5-25 cm, en touffes denses, 1-3 pinnatiséquées. Sporanges nus, disposés sur la marge (fig.), masqués par la pilosité Fissures des rochers — AC : Tell, Atlas saharien — I Paléo-subtrop. I — (= Nothochlaena lanuginosa (Desf.) Desv., Gymnogramma lanuginosa (Desf.) A. Br.).

26.  — N. Vellea (Ait.) V. Br.  ≡ Cosentinia vellea (Ait.) Tod.

 - spore (53) 57-66 (75) µm 

subsp. vellea Mad Can Mar Alg Tun Lib Egy

- spore (42) 51-57 (60) µm

subsp. bivalens (Reichst.) Rivas-Mart.&Salvo Mad Can Mar(?)

— Souche rampante. Pétiole égalant au moins le limbe, avec paillettes mais sans poils filiformes. Plante velue-laineuse en-dessous. Feuilles de 10-40 cm, 2-pinnatiséquées. Sporanges nus, disposés sur la marge. Fissures des rochers. RRR : A2 : Gorges de l’Oued-el-Kebir (n’a pas été retrouvé) — Paléo- subtrop. j. Mar Alg

27.  — N. marantae (L.) R. Br. subsp. marantae

Cheilanthes Sw.

Clés du genre d'aprés Prelli (2001)

1- Face inférieure des feuilles garnie de longs poils, masquant entièrement ou presque le limbe ……………… 2
1’ - Face inférieure des feuilles glabre ou à poils courts et épars, laissant voir parfaitement le limbe ……………………………………………… 3
2- Poils de couleur rougeâtre et fixés sur le limbe …… C. hispanica
2’ - Poils de couleur blanchâtre et correspondant à la bordure des pseudo-indusies …… C. persica
3 - Face inférieure du limbe parsemée de poils glanduleux courts, brunâtres ou rougeâtres…………… C. tinaei
3’- Face inférieure du limbe parfaitement glabre ………………………… 4
4- Pseudo-indusies à bordure frangée  ……………… C. acrostica
4’- Pseudo-indusies à bordure entière ou seulement denticulé …………… 5
5 - Pseudo-indusies étroites (0,2-0,4 mm) et très fragmentées, formant de petites unités qui ne sont guère plus longues que larges ………………………………………… C. pteridioides
5’- Pseudo-indusies plus larges (au moins 0,5 mm) et moins fragmentées, formant des tronçons nettement plus longs que larges ………………………………………………… C. guanchica

Pétiole noir, peu écailleux. Fronde à limbe triangulaire, à face infé­rieure couverte de poils ferrugineux. Sores +- arrondis, disposés à l’extrémité des nervures et ± recouverts par la marge foliaire. Fente des rochers siliceux. — RR : 03 : Ghar-Rouban — | Ibéro-Mar. Mar Alg

28. — C. hispanica Metten

C. hispanica Metten
Plante vivace en touffes, développe des frondes en fin d’hiver. Feuilles de 10-15 cm de longueur ; limbe bipennatiséqué, allongé, non triangulaire, à face inférieure entièrement glabre (quelques écailles sur les axes, mais pas de poils glanduleux sur le limbe), pétiole paléacé, brunrougeâtre. Espèce surtout bien caractérisée par les pseudo-indusies membraneuses qui recouvrent les sores, bien différenciées et fragmentées en nombreuses petites unités dont la bordure est entière ou grossièrement crénelée.
Ecologie: Espèce des basses altitudes, vivant dans les anfractuosités de rochers siliceux, parfois basaltiques ; en milieux secs et ensoleillés ou peu ombragé Mad Can Mar Alg Lib(T)

29. — C. pteridioides (Reich.) Christ.

Cheilanthes acrostica(Balb.) Tod.
Plante en touffes, feuilles de 10- 15 cm de longueur; pétiole brun, écailleux jusqu’à la base; limbe 2-3 pennatiséqué allongé, glabre sur sa face inférieure; pseudo-indusies à marge scarieuse, fimbriée-cilée
Ecologie: Plante des roches calcaires (mais se rencontre parfois sur roches siliceuses, schisteuses ou volcanique), préfère les endroits ensoleillés, dans les régions chaudes et à longue période de sécheresse estivale (plus xériques que les autres cheilantes).   Mar Alg Tun Lib Egy

Cheilenthes acrostica, El Ourit
Photo: Medjahdi

Cheilanthes guanchica Bolle
Plante vivace en touffes, feuilles de 10-20 cm de longueur, limbe 2(3) pennatiséqué à face inférieure glabre (pas de poils glanduleux), allongé sensiblement aussi long que le pétiole. Pétiole peu écailleux. Surtout identifiable à ses pseudo-indusies larges, à bordure finement denticulée, et pratiquement continues tout le long du rebord de chaque pinnule.
Ecologie: Plante poussant dans les fentes de rochers siliceux ensoleillés, elle ne s'éloigne guère de la côte et reste à basse altitude (moins de 500 m).  Mad Can Mar Alg Tun

Cheilenthes gauchica, Honaine
Photo: Medjahdi
  

Cheilanthes persica (Bory) Kuhn 
Plante en touffes, de 5-20 cm de longueur, à pétiole écailleux, aussi long que le limbe; celui-ci allongé, à rachis et axes secondaires également écailleux; pseudo-indusies étroites, bordées de très longs poils qui peuvent masquer complètement la face inférieure du limbe.
Ecologie: Plante des fissures de rochers de gypse, calcaire, siliceuses. Alg(?)

Cheilanthes tinaei Tod. 
 Plante en touffes, feuilles de 10-15 cm de longueur; se distingue des autres Cheilanthes par son limbe triangulaire à légèrement allongé, pétiole glabre et limbe à face inférieure qui est parsemée de poils glanduleux d'un brun-rougeâtre, courts, ne masquant pas le limbe. Pseudo-indusies très étroites, à peine marquées.
Ecologie Strictement silicicole; croît sur les rochers escarpés et ensoleillés Mad Can Mar(?) Alg Tun(?)

Adiantum L.

Plante de 10-40 cm, glabre, à souche rampante. Feuilles molles et délicates, à segments cunéiformes dont les nervures sont fines et plusieurs fois dichotomes (fig.). Lobules sorifères carrés ou réniformes, bruns — Grottes, rochers suintants — AC : Tell, Hts plat., Atlas sah., SC — | Atl. pseudo- méd. ! — Capillaire de Montpellier, « Achebet el ma », « Sak el akehal », etc. Mad Can Mau Mar Alg Tun Lib Egy

30.  — A. capillus-veneris L.

 

Pteridium (Scop.) Kuhn

Plante de 0,40-2,50 m. Rhizome à poils articulés, portant chaque année une seule feuille à ses extrémités. Pétiole noir, poilu à la base, aussi long que le limbe. Limbe 2-3 pinnatiséqué, à périmètre largement ovale-triangulaire — Forêts — Calcifuge — Tell (plus rare à l’W) — | Subcosm. | — Fougère aigle, F. impériale, «Fersiou», «Fersiq » — (= Pteris Aquilina L.).  Mad Can Mar Alg Tun

31.  — P. aquilinum (L.) Kuhn subsp. aquilinum

Pteris L.

1 Pétiole égalant environ le limbe. Feuilles 1-pinnatiséquées, à segments au nombre de 2-9 paires, entiers à l’exception des inférieurs qui paraissent bifides. Feuilles sporifères complètement fertiles — Rochers calcaires humides — RR : K2 : Col de Selma et Beni Foughal — (fig.) — Euro-subtrop. I — Fougère de Crète. Can(C) Alg

32.  — P. cretica L.

— Pétiole nettement plus court que le limbe. Feuilles 1-pinnatiséquées, à 6 paires ou plus de segments, tous simples. Feuilles sporifères à segments inférieurs stériles — Ravins humides, rochers suintants — R : K2, A2, 01 (les Andalouses) — Paléo-subtrop. j — Fougère à longues feuilles. Mad Can Mar Alg Tun Lib Egy

33.  — P. longifolia L. Incl. in P. vittata L.

Pteris vitata, Rif
Photo: Mombrial

P. incompleta Cav.
Plante peut atteindre (30) 50-100 (1,50 m) de hauteur, à feuilles en touffes lâches. Pétiole légèrement plus court que le limbe lâchement écailleux seulement à la base. Le limbe largement ovale, 2 fois divisé dans sa plus grande partie, sauf pour les pennes basales qui sont redécoupées du côté inférieur en l ou 2 longs segments pennés; pinnules pointues, finement denticulées vers leur extrémité et à bases soudées aux axes; sommet du limbe très brutalement contracté en un segment terminal semblable aux pennes. Sores marginaux, linéaires de 0,75 mm de large, recouverts par une pseudo-indusie n'occupant que le 1/3 ou les 2/3 inférieurs des côtés des pinnules.
Ecologie: Plante des climats océaniques chauds, très localisé dans des vallons boisés à basse altitude, sur des sols rocailleux acides en bordure de ruisseaux. Maroc (seulement vers Tanger). Mad Can Mar

Polypodium L.

1- Sores présentant des paraphyses de 200 à 1800 µm situés parmi les sporanges ..............................(Fig. 1) P. cambricum
1’-Sores sans paraphyses …………………………2
2- Sporanges à anneau mécanique bien différencié constitué en moyenne de plus de 10 cellules ...............(Fig. 3) P. vulgare
2’- Sporanges à anneau mécanique peu différencié constitué en moyenne de moins de 10 cellules ..............(Fig. 2) P. interjectum

P. cambricum L. subsp. cambricum 
 Feuilles de 15-30 cm de longueur, en populations issues d'un rhizome rampant. Limbe brusquement réduit au sommet en une longue point, très large (1/2 plus large que long). Pennes souvent dentées (parfois même lobées) sur leur bordure, celles de la base souvent redressées vers la face supérieure du limbe. Sores caractérise par la présence de paraphyses (poils pluricellulaires rami1iés) parmi les sporanges.
Ecologie: Plante des pentes rocheuses ou rocailleuses des vallons encaissées humides en Oranie, en sous-bois ou sur les troncs d'arbres moussus, ou même épiphyte dans les forêts très humides de la région, aussi bien sur terrains calcaires que siliceux. C’est l’espèce la plus répondu de polypodium dans notre dition.  Mar Alg Tun Lib

P. interjectum Shivas 
 Feuilles de 15-30 cm de longueur, à limbe souvent très progressivement réduit au sommet, assez large (rapport largeur/longueur le plus souvent compris entre 1/3 et 1/2) ; pennes à marge entière ou finement dentée, parfois lobée. Sores dépourvus de paraphyses. Sporanges nettement plus gros que ceux de P. vulgare, à anneau mécanique clair, peu distinct et court (entre 7 et 10 cellules).
Ecologie: Plante plus héliophile et un peu plus thermophile que P. vulgare; également plus calcicole, mais pouvant aussi se trouver sur substrats siliceux. Ce Polypode a été signalé en Afrique du Nord, mais sa présence réelle n'a pas été confirmée Can(?) Mar(?)

P. vulgare L. subsp. vulgare  Feuilles de 15-30 cm de longueur; limbe à bords plus moins parallèles, généralement brusquement réduit au somment en une longue pointe, étroit (rapport largeur/ longueur le plus souvent inférieur à 1/3) ; pennes à marge pratiquement entière. Sores dépourvus de paraphyses.
Écologie: Préfère les sols acides, mais peut exister aussi sur substrats calcaires. Principale-ment en sous-bois.  Mar


MARSILEACEAE

Petites plantes aquatiques venant dans les dayas ou les marais. Fructifications disposées dans des sporocarpes situés à la base des feuilles et à une ou plusieurs loges. Sporanges de deux sortes (microsporanges et macrosporanges), situés dans le même sporocarpe.

CLE DES GENRES

1 Feuilles pétiolées, à limbe composé de 4 folioles verticillées en croix au sommet du pétiole (aspect de trèfle à quatre feuilles) ………………………………… Marsilea

— Feuilles sessiles, linéaires et fasciculées, graminiformes …..... Pilularia

Marsilea L.

1 Rhizome épais, pubescent, couvert de sporocarpes subsessiles distiques. Folioles pubescentes dans leur jeunesse, cunéiformes — Dayas — R : A1, 01-2-3 — var. pubescens (Ten.) M. et W. — | W. méd. Marsilée « Arbas ourrak », « Qoub » (fig.). Mar Alg Egy

35. — M. strigosa Willd.

—  Rhizome grêle et allongé. Sporocarpes à pédoncule marqué …………… 2

2  Sporocarpes groupés par 2-3, glabres à la fin. Folioles glabres et entières, toutes identiques — Dayas, marais — RRR : K3 : La Calle, A1 : Fort de l’eau, Le Corso (disparu ?) — I Macar. trop.

36. — M. diffusa Leprieur. Incl. in M. minuta L.

—  Sporocarpes solitaires, velus. Feuilles biformes : les aériennes à folioles étroitement cunéiformes et lobées; les nageantes à folioles larges et entières — Dayas, sables humides — RR : SC : Tassili n’Ajjer, Mouydir — I Trop. |.

36bis— M. aegyptiaca Willd.

 

Pilularia L.

Rhizome filiforme, allongé, rampant dans la vase. Très petite plante passant facilement inaperçue, à feuilles de 2-4 cm, cylindriques et filiformes (fig.), Sporocarpes ovoïdes, solitaires et portés par un pédicelle recourbé au sommet; à plusieurs loges séparées par des cloisons longitudinales et conte­nant des macrospores à la partie supérieure et des microspores à la partie inférieure — Dayas — RR : Kl-2, Al, 01 : Murdjadjo, Forêt de Msila — Méd. — Pilulaire. Mar Alg Tun

37.  — P. minuta Durieu ex A. Braun


SALVINIACEAE

Salvinia L.

Petite plante annuelle nageant dans les eaux stagnantes ou à cours lent. Tiges filiformes, poilues et radiantes. Feuilles aériennes poilues en-dessous et présentant des ponctuations saillantes et des poils étoilés en-dessus. Sporo­carpes de 2 sortes. Les uns à macrosporanges, les autres à microsporanges; groupés par 4-8 entre les pseudo-racines ou à la base des rameaux, atteignant 2-3 mm (fig.) — RR : K3 — | Paléo-temp. |. Alg Tun

38.  — S. natans (L.) All.

Azolla Lam.

1 - Lobe supérieur des feuilles à papilles unicellulaires; glochidies non cloisonnées ..... A. filiculoides
1’- Lobe supérieur des feuilles à papilles bicellulaires; glochidies cloisonnées ........... A. mexicana

Azolla filiculoides Lam.
Petite plante aquatique non enracinée, flottante, formant de petites rosettes de quelques cm de diamètre. Tige ramifiée par dichotomie, portant de nombreuses feuilles sessiles, imbriquées, très petites (l-3 mm), bilobées, présentant des papilles unicellulaires à leur face supérieure, et bordées d'une marge membraneuse. Fructifications globuleuses, ne mesurant que 1-2 mm, mais souvent absentes, la plante restant stérile; glochidies non cloisonnées.
Ecologie: Plante originaire d'Amérique mais largement naturalisé en Asie orientale, en diverses régions d'Afrique et en Australie. Surface des eaux stagnantes généralement eutrophes (N) Mar(N) Egy(N)

Azolla mexicana Schltdl. & Cham.présence douteuse en Afrique où elle est souvent confondue avec certaines formes réduites de A. filiculoides. Mar(?)Egy(?)



ISOETACEAE

Description :

Rhizome court et bulbiforme. Feuilles graminiformes et en touffes. Fructifications logées dans des sporanges de 2 sortes : ceux des feuilles les plus externes de la touffe en général à macrospores; les suivantes en général à microspores (le centre de la touffe est à feuilles stériles), (fig. 40).
Sporocarpes situés à la base inférieure de la feuille (qui est élargie en gaine) dans une fosse dont les bords sont :± dilatés en voile de protection qui forme indusie. Au-dessus de la fosse se situe une ligule (fig. 40). Enfin, le bulbe peut être entouré ou non par des squames à base indurée noire ou brune (phyllopodes) qui proviennent des feuilles mortes.

Isoëtes L.

1  Plantes aquatiques, longtemps submergées puis exondées. Bulbe non entouré généralement par des phyllopodes. Polymorphe. — Méd. j.

39.  — I. velata A. Br.

  a) voile très réduit disposé en arc. R : O1. Mar Alg Tun

ssp. adspersa (A. Br.) Trab.

  — voile nettement marqué couvrant au moins le quart des sporanges ....... b

  b) voile couvrant plus des trois quarts du sporange ……………  c

  — voile couvrant au maximum les trois quarts du sporange…………… d

  c) ligule ovale : RR : K3 : Senadjas, Al. Alg Tun

ssp. dubia (Genn.) Trab.

  — ligule lancéolée. RR : Kl ; Akfadou. Alg*

ssp. perralderiana (Dur. et Let.) Trab.

  d) voile couvrant au plus le tiers du sporange. RR : Ol.  Mar Alg

ssp. intermedia (Trab.) Maire et Weil.

  — voile couvrant au moins la moitié du sporange ……………  e

  e) rhizome sans squames externes stériles. AC : dans tout le Tell.  Mar Alg Tun Lib

ssp. typica (Fiori et Paol.) Maire et Weil.    incl. in subsp. velata

— rhizome pourvu extérieurement de squames stériles. RR : K2 : lac des serpents sur le Dj. Tamesguida.  Mar Alg Tun

ssp. tegulensis (Genn.) Trab.

subsp. longissima (Bory) Greuter & Burdet  Alg

  — Plantes terrestres venant dans les lieux humides mais jamais submergées. Bulbe toujours entouré par des phyllopodes …………………………  2

2  Phyllopodes brièvement tridentés au sommet; dents latérales plus courtes que la médiane. Macrospores (celles des feuilles externes) réticulées — Dépressions un peu humides — (fig-) — R : K1, A1-2, Ol — | Méd. |. Mar(?) Alg Tun

40. — I. duriaei Bory

 

—  Phyllopodes à 3 ou 4 dents; les deux latérales plus longues que la ou les médianes, le plus souvent en forme de cornes développées. Macrospores tuberculées sur les faces (parfois subréticulées mais, dans ce cas, le réseau est incomplet) — Lieux sablonneux, bords des dayas — AC dans tout le Tell — j Atl.-Méd. |. Mar Alg Tun

41. — I. hystrix Durieu ex Bory

I. setacea Lam.  
Feuilles de 10-40 cm de longueur, fines et fragiles, d'un vert clair; sporanges nus, non recouverts d'un voile, ce qui distingue bien cette espèce d'I. velata qui lui ressemble beaucoup et pousse dans les mêmes milieux. Mégaspores assez semblables à celles d'I.velata, avec quelques tubercules souvent peu proéminents sur les faces; microspores finement échinulées.
Ecologie: Espèce des mares temporaires. Se rencontre à basse altitude; très localisé. Mar


SELAGINELLACEAE

Selaginella P. Beauv.

- Feuilles opposées, dimorphes, s'étalant en un seul plan; tige dorsiventrale rampante ramifiée dans un seul plan, à rameaux rampants ou ascendants ………………………… S. denticulata
- Feuilles verticillées toutes semblables, non comprimées en un seul plan, à rameaux dressés en touffes denses ………………………….. S. balansae

Feuilles dimorphes, s’étalant sur un seul plan; disposées en 2 séries latérales (à grandes feuilles) et deux médianes (à petites feuilles). Feuilles ovales, dentées et cuspidées (fig.). Sporanges disposés dans des épis terminaux de sporophylles peu distincts des feuilles stériles; de deux sortes : macrosporanges jaunes et microsporanges rouges. Plante à aspect de mousse, vivace, à tige rampante — Rochers humides, talus, ravins ombragés — CC dans tous le Tell — | Atl.-Méd. — Selaginelle. Mad Can Mar Alg Tun Lib

42.  — S. denticulata (L.) Link.

 

S. balansae (A. Braun) Hieron.
Feuilles plus ou moins rigide aiguës au sommet, à marges de 6-12 dents, face supérieure sillonnée par la nervure principale. Epis terminaux, à sporophylles semblables aux feuilles stériles, mais plus larges. Macrospores réticulées globuleuses, jaunâtres; microspores rougeâtres subglobuleuses-tétraédriques, à épispore se gonflant irrégulièrement donnant aux spores un aspect noduleux, très finement verruqueux.
Ecologie: Plante xérophile reviviscente croissant dans les fissures des rochers siliceux secs et ensoleillés, Depuis les collines du littoral jusque vers 2.300 m.   Mar*



LOMARIOPSIDACEAE

Nephrolepis

N. exaltata (L.) Schott
Feuilles pinnatiséquées, raides dressées; 0,60-1,50 X 6-15 cm, à limbe atténué au sommet; pinnules articulées, serrées, aiguës, entières ou un peu crénelées, auriculées du côté supérieur. Sores ronds à l’extrémité d’une nervure; pétiole non articulé. Indusie réniforme. Can(C) Mar(C) Alg(C)


THELYPTERIDACEAE

Christella H. Lév.

C. dentata (Forssk.) Brownsey & Jermy
Feuilles de 30-70 cm de longueur, à pétiole assez court ; avec 15-25 paires de pennes, les médianes de 9-10x 1,5-2 cm; limbe fortement pubescent sur les 2 faces ainsi que sur les axes, avec des poils long et d’autres courts, nettement réduit à la base; incisées jusqu'à la moitié de la longueur des pinnules, celles-ci entières et à sommet arrondi. Nervation très particulière, la nervure basale de chaque pinnule s'unissant à celle de la pinnule voisine et formant une nervure verticale qui rejoint le sinus. Sores ronds, à indusie réniforme et pubescente à poils rigide blanchâtre. Rhizome avec des poils long de 10 mm.
Ecologie: Plante des climats océaniques chauds des régions tropicales et subtropicales de l’ancien monde récemment naturalisée en Amérique au Sud de l’Espagne et probablement présente au Maroc et en Algérie Mad Can Mar(?) Alg(?)





retour à l'index