Programme

Accès par type d'activité

Accès par nom des participants

Téléchargements


cliquez pour agrandir - (jpg 543 Ko)


JEUNE PUBLIC

N’OUBLIEZ PAS DE VOUS INSCRIRE !

La Nuit de la science est une manifestation gratuite et ouverte à tous. Néanmoins, certaines des activités proposées, dont la majorité des ateliers enfants, ne peuvent prendre en charge qu’un nombre limité de participants. Celles-ci exigent une inscription préalable auprès du stand d’information (numéro 1, sur le plan) où l’on se fera un plaisir de vous renseigner et de vous remettre des billets gratuits en fonction des places disponibles. A noter que cette année, de nombreux ateliers accueillent ensemble parents et enfants.

LES JEUX DE PISTES

1. Le Grand Tour

Une activité proposée à tous les enfants par le Musée d’histoire des sciences, l’organisateur de la Nuit de la science. Munissez-vous du questionnaire disponible au stand d’information, parcourez les stands de science afin de rechercher les indices et, si vous totalisez 100 % de bonnes réponses, venez chercher votre prix !

(S’adresser au stand d’information)

2. L’œil en face du trou


Ayez les yeux bien en face des trous pour déterminer les trucs et astuces de notre perception visuelle ! Illusion ? Erreur ? Réalité ? Au travers d’expériences surprenantes, récoltez des indices dans le parc de la Perle du Lac pour aider un Cyclope maudit à retrouver son nom et ainsi accéder à son trésor.
 
Espace des Inventions – Lausanne
(s’adresser au stand d'information) 

(avec le soutien de l’Association Bancs publics et de la Loterie romande)

LES ANIMATIONS

3. Petite histoire de la triche

Le jeu et la triche ont malheureusement toujours été liés. Toutefois, tricher change les règles de base et dénature le jeu, c'est donc une véritable erreur. Partez à la découverte des triches les plus connues. Le jeu est bien plus intéressant lorsque le hasard n'est pas biaisé !

Musée suisse du jeu – La Tour-de-Peilz
Atelier pour enfants et adultes
(accès libre)

4. Le p’tit cabinet des erreurs

 

Que l’on ne s’y trompe pas, l’erreur est bel et bien une invention humaine ! Car si l’on se targue bien volontiers de cette volonté de comprendre le monde, il ne faut pas oublier que l’on se trompe tout autant. Et même pire, ce sont ces erreurs qui nous font avancer, en nous permettant de faire évoluer nos connaissances. Fort de cette constatation, voici un atelier où l’on se méprend avec bonne humeur. Un lieu où la règle est de partager nos fourvoiements, pour mieux faire avancer la vérité. Alors laissez vos certitudes de côté et rejoignez-nous pour expérimenter l’erreur dans tous ses états.

Jardin-Expérimental.com
(sur inscription au stand d’information – un adulte et un enfant dès 8 ans)
Sa : 15h00, 16h30, 18h00, 19h30, 21h30
Di : 13h30, 15h, 16h30, 18h

(avec le soutien de l’Association Bancs publics et de la Loterie romande)

5. Allo ! Ça trie ?

Des téléphones dorment dans vos tiroirs ? C’est une erreur ! Une exposition, un quiz (tout le monde gagne !) et un jeu de l’oie vous attendent pour découvrir l’impact social et environnemental des téléphones portables. Et pour joindre l’acte à la théorie, une collecte de téléphones usagés est organisée sur le stand, au profit de projets de développement en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie.

Terre des Hommes Suisse
(accès libre)

6. Déchêts : cherchez l'intru !

Quel objet n’est pas dans la bonne poubelle ? Le service Voirie – Ville propre nous lance une invitation à mettre nos nez dans… les déchets ! Pas d’angoisses inutiles : c’est un jeu et non pas une visite organisée des poubelles de la Nuit de la science. Sauriez-vous, par exemple, dans quel conteneur placer une bouteille de gel douche ? Il y a tant d’objets que l’on pense trier correctement… 

Voirie – Ville propre
(accès libre)

7. La science en vacances

Pas besoin d’être un grand pour s’exercer à la science et… à l’erreur. La preuve avec trois animations :
- La lumière, un messager qui nous évite des erreurs et nous aide à percer les mystères de la matière. Les enfants construisent un spectroscope et le ramènent chez eux.
- Panthera, une expédition où il ne faut pas se tromper de trace: atelier de reconnaissance des indices de présence et jeux avec des pièges photographiques, l'outil du scientifique de terrain.
- Paradisaea, un projet ensoleillé: les participants pourront découvrir les énergies renouvelables au service de l'aéronautique. Qu'est-ce qu'un avion, comment vole-t-il, et comment le soleil peut-il l'aider?

Objectif Sciences International
(accès libre)

8. Energie délirante

Bouillotte froide ou chaude, chimiluminescence, feux de Bengale, pile au fromage, pile de Mac Gyver, pile de l'écolier, accumulateur simple, pile de combustion et… du slime. C’est l’équipement de base d’un atelier un peu particulier où l'énergie est omniprésente. Les réactions chimiques sont généralement accompagnées de consommation ou de libération d'énergie, mais elles doivent aussi très souvent être initiées par une énergie d'activation. Qu'elle soit d'activation, produite ou consommée, l'énergie revêt diverses formes : électrique, thermique, lumineuse, sonore... C'est tout cela que les participants vont mettre en évidence en quelques expériences.
Cdess-scienceinfuse – Université catholique de Louvain

Sa : 15h, 16h15, 17h30, 18h45
Di : 13h, 14h15

(sur inscription au stand d’information – un adulte et un enfant dès 9 ans)

(avec le soutien de l’Association Bancs publics et de la Loterie romande)

9. Et la lumière fut…

Par 10'000 mètres de profondeur dans les abysses marins, soudain de la lumière: une hallucination, de la magie, ou…? D’où vient cette lumière ? Une véritable énigme ! Pour comprendre et mener à bien cette enquête, pas besoin de descendre à -10'000 mètres. Avec un simple bâton lumineux, produisez de la lumière de toutes les couleurs, puis essayons ensemble de démontrer qu’un être vivant, de petite ou de grande taille, est capable lui aussi d’en produire. Serait-ce une erreur ? Allez hop, au boulot ! Il faut que ça brille !

Ecole de l'ADN – Nîmes

Sa : 14h45, 16h, 17h15, 18h30, 21h
Di : 13h, 14h15, 15h30, 16h45, 18h
(sur inscription au stand d’information – un adulte et un enfant dès 8 ans)

(avec le soutien de l’Association Bancs publics et de la Loterie romande)

10. J’en crois pas mes yeux !

 

Lorsque l’œil ou le cerveau se trompent, on entre dans le monde fascinant des illusions d’optique. Soit le cerveau essaie de donner du sens à ce qui n’en a pas, soit notre vue interprète mal ce que l’on voit. L’illusion peut survenir naturellement ou être créée de toutes pièces. Sur ce stand, venez tester une multitude d’illusions d’optique et, pourquoi pas, en fabriquer une ?

Musée d'histoire des sciences – Ville de Genève

Sa : 15h30, 16h30, 17h30, 19h, 20h
Di : 13h30, 14h30, 15h30, 16h30, 17h30
(sur inscription au stand d’information dès 6 ans)

11. Les humains sur la Terre : faits pour durer ?

 

Qu’est-ce que la pollution ? En existe-t-il différents types ? Protéger la biodiversité : une lubie d’écolo ? En quoi ces questions me concernent-elles ? Comment poussent les plantes ? Qu’y a-t-il dans l’eau qu’elles boivent ? Autant de questions qui résonnent comme une invitation à reconsidérer notre rôle de locataires de notre planète. Et répondre peut-être à une question fondamentale : la Terre et les humains peuvent-ils cohabiter durablement ? En souvenir, les plus jeunes repartiront avec une petite plante mise en pot par eux-mêmes.

Institut des sciences de l’environnement –  Université de Genève
Les Atomes crochus

Sa : 15h, 17h, 19h
Di : 13h, 15h, 17h
(sur inscription au stand d’information – un adulte et un enfant dès 6 ans)

12. Trois p’tites erreurs et puis s’en vont !


Les histoires qui vont être contées sont bourrées d’erreurs, de tromperies, de désobéissance, et c’est tant mieux ! En plus, les fins ou les issues pourront réserver bien des surprises… Bienvenue dans l’univers des contes, où les quiproquos, bévues et autres boulettes ont enfin toute la place qu’ils méritent.

Conteurs de Genève

Sa : 16h, 17h, 18h, 19h, 20h30, 21h30
Di : 14h, 15h, 16h, 17h, 18h

(avec le soutien de l’Association Bancs publics et de la Loterie romande)

Haut de page

AU MUSEE

13. Les jeux sont faits ! Hasard et probabilités

 

Est-il possible de prévoir l'avenir et de dompter le hasard ? Si oui, avec quel degré de certitude ? Les mathématiques ont, depuis le 17ème siècle, développé les outils fondamentaux que sont les probabilités et les statistiques. L’exposition temporaire du Musée d’histoire des sciences (au premier étage) propose de les découvrir, par une série de « problèmes » et autres jeux. Elle vise également à montrer que ces questions font intimement partie de notre environnement quotidien. A voir même et surtout si vous n’avez jamais rien compris aux probabilités !

Musée d'histoire des sciences – Ville de Genève

14. Histoires de la science et fertilité de l’erreur


Le salon du Musée d’histoire des sciences se transforme en un lieu de présentation d’instruments scientifiques, de conférences et de reconstitution d’expériences historiques.

« L’erreur » de Graham Bell
« C'est moi qui ai fait ça ? » C’est ce qu’aurait dit Graham Bell un jour qu'il gravissait les escaliers de son immeuble en entendant les conversations téléphoniques bruyantes émanant des divers appartements. Considérait-il son invention comme une erreur ? Au-delà des anecdotes, connaissez-vous l’histoire de la téléphonie ? Et surtout comment ça marche ? Le temps d’une démonstration et la transmission des sons, la réalisation du micro, de l'écouteur, du combiné, divers types de postes, de sélecteurs, de câbles, de centraux téléphoniques, n’auront plus de secret pour vous.

Daniel Giroux, Musée des sciences de Dijon

Sa : 15h, 19h30
Di : 14h30

Les épreuves piagétiennes ou le droit à l'erreur

A partir des années 1930, le psychologue suisse Jean Piaget et ses collaborateurs conçoivent une série d'épreuves destinées à comprendre les étapes du développement de l'enfant. Constituées d'objets simples et ludiques contenus dans une valise (les fameuses valises Piaget), ces épreuves donnent toujours le droit à l'erreur à l'enfant pour construire ses connaissances.

Marc Ratcliff, Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation – Université de Genève

Sa : 16h30

L’énigme de la chute des corps

Plus un corps est lourd plus il tombe vite. Cet énoncé plein de bon sens, issu de la physique aristotélicienne, est remis en question au 17e siècle par un brillant savant italien : Galileo Galilei. Par le biais de diverses expériences, il parvient à démontrer que dans le vide tous les corps, quelles que soient leur forme et leur masse, tombent de la même manière, selon un mouvement uniformément accéléré. Cette présentation tente de reproduire certaines expériences imaginées par Galilée, dont le fameux plan incliné, pour remettre en question les théories classiques sur la chute des corps.

Stéphane Fischer, Musée d’histoire des sciences – Ville de Genève

Sa : 18h 
Di : 13h, 17h30

De l'électroscope de De Saussure à la découverte des rayons cosmiques

Les électroscopes sont des instruments qui permettent de détecter des charges électriques. Au 18e siècle, le savant genevois Horace-Bénédict de Saussure parvient à détecter des charges électriques dans l'atmosphère grâce à un électroscope rudimentaire constitué d'une grande tige reliée à deux boules en moelle de sureau suspendues par deux fils de soie. A la fin du 19e siècle, les électroscopes deviennent des outils indispensables pour l'étude de la radioactivité et des rayons cosmiques.

Roland Walter, département d'astronomie – Université de Genève

Sa : 21h

 

Des erreurs lumineuses

Les phénomènes lumineux ont fait commettre aux savants – des plus illustres comme Newton ou de Saussure, aux plus farfelus, comme le révolutionnaire Marat – leurs plus belles erreurs. Démonstrations à l’aide de documents et d’illustrations d’époque. L’histoire de la lumière illustrée par ses erreurs.

Jan Lacki, Unité d’histoire et philosophie des sciences – Université de Genève
Di : 16h


Haut de page

STANDS DE SCIENCE

15. Magie de l'astronomie, illusions du ciel

 

L’astronomie s’intéresse à des milliards d’objets étranges situés à des distances souvent inimaginables. Alors, des bizarreries, des artefacts, voire des erreurs, les astronomes en côtoient tous les jours. Comment se fait-il qu'on ne sente pas la Terre tourner ? Pourquoi Einstein a-t-il parlé de la constante cosmologique comme de la plus grande erreur de sa vie ? Comment a-t-on découvert que notre Galaxie était cannibale ? De belles invitations à revisiter différents aspects de l'erreur scientifique et de ses implications dans notre compréhension de l'Univers.

Département d’astronomie – Université de Genève

16. Les ingénieurs se plongent dans l’erreur


Erreurs fertiles, humaines, informatiques, de transmission, de perception… Les ingénieurs, inspirés par le thème, sont présents sous quatre stands, accompagnés de leur célèbre manège inertiel.

Haute école du paysage, d'ingénierie et d'architecture de Genève (hepia)

- Drôles d’espèces !

Les animaux et les plantes réservent des surprises à ceux dont le métier est de les observer et d’organiser leur cohabitation avec les humains. Des élèves ingénieurs ont par exemple aperçu le premier loup au Salève avec des caméras placées pour immortaliser le passage de chamois, de chevreuils ou de blaireaux ! Ils seront là pour vous raconter cette incroyable observation. A leur côté, d’autres scientifiques parleront d’espèces envahissantes, véritables cauchemars de la biodiversité, ou des animaux qui se cachent dans le sol. Mais qu’est-ce qu’ils peuvent bien y faire ?

Département des sciences de la vie

- Vive l’erreur !

Plutôt que d’éviter l’erreur, il vaut mieux parfois considérer qu’elle est inévitable et même peut-être très utile ! Démonstrations dans le domaine des technologies de l'information et de la communication où les erreurs de transmission, les erreurs de cryptage, et autres défaillances humaines sont étudiées sous toutes les coutures et adaptées aux besoins des utilisateurs. Et pour vous convaincre de la fertilité de l’erreur, de nombreux dispositifs vous attendent, dont un écran tactile géant, un jeu sur tablette tactile et un labyrinthe dont il faudra faire sortir un robot.

Département d’ingénierie des technologies de l’information

Sa 20h : concours de robots organisé par les étudiants de 1ère année

- Physique déroutante

Des briques qui s’empilent à l’infini sans s’écrouler, des chutes libres ralenties, un liquide qui devient solide en vibrant… Et plein d’autres expériences de physique qui défient l’entendement et peuvent pousser à l’erreur ! Et pour compléter cet ensemble d’expériences perturbantes, mais toujours amusantes, ce stand vous propose encore deux surprises inédites : un dispositif qui sera bientôt envoyé dans l’espace et une machine microtechnique de dilution de substances liquides automatiques, adaptée spécialement pour la Nuit de la science en... machine à sirop !

Département des technologies industrielles

- Danscité

A l’échelle du paysage, de la région, de la ville, de la structure porteuse, du détail, la « densité » est un terme qui est utilisé par tous les professionnels. Pour les habitants, les questions et préoccupations aussi sont nombreuses. Par exemple à quoi la métropole lémanique doit-elle ressembler ? Quelle place réserver aux espaces verts par rapport au bâti ? A l’aide de jeux et de découvertes actuelles et historiques, une invitation à découvrir les métiers d’architectes, d’architectes du paysage et d’ingénieurs, qui tous se préoccupent de densité et… de cité.

Département de la construction et de l’environnement

- Le manège inertiel

Le pendule de Foucault présenté contre le musée (stand 34) ne vous a pas entièrement convaincu que nous vivons chaque jour une expérience de rotation qui engendre de nombreux phénomènes à la surface de la Terre ? Entrez donc dans le manège inertiel et vous comprendrez rapidement ce que sont les effets des forces d’inertie centrifuges et de Coriolis ! Un grand plateau vous emporte dans une rotation 10'000 fois plus rapide que celle de la Terre. Allez-vous regretter la lenteur du Pendule de Foucault ?

17. Qu’est-ce qui gloche dans les roches ?

 

Leur laboratoire ? La Terre, avec ses roches, ses fossiles, ses dépôts... Bref, tout ce qui permet aux géologues de reconstituer l’histoire de notre planète et surtout les phénomènes qui l’ont façonnée. Car ceux-ci peuvent aussi nous aider à prédire l’évolution future de la Terre. Mais tout au long de leurs recherches, les géologues ne sont jamais à l’abri d’erreurs d’interprétation qui peuvent affecter leurs observations et leurs déductions. Des quiz et des animations, comme invitation à débusquer certaines de ces erreurs.

Section des sciences de la Terre et de l’environnement – Université de Genève

18. Au fond qu’y a-t-il ?

 

Les scientifiques étudient les fonds du Léman depuis plus de 100 ans. Notamment depuis qu’un illustre savant suisse, François-Alphonse Forel, a développé toute une panoplie de techniques pour les étudier. Pour fêter le centième anniversaire de sa mort, l’Institut Forel vous invite à monter sur un de ses navires scientifiques, La Licorne, où les visiteurs pourront expérimenter la relation entre profondeur du lac et dépôts de sédiment, ainsi que des notions inconnues à l'époque de Forel comme les outils moléculaires permettant de caractériser la communauté bactérienne vivant dans les sédiments. A vos épuisettes !

Section des sciences de la Terre et de l’environnement, Institut F.-A. Forel – Université de Genève

Croisières sur inscription au stand information (dès 5 ans, accompagné)
Sa : 15h30, 17h, 18h30
Di : 12h30, 14h, 15h30, 17h

 

19. Les sirènes du lac

 

Tout ce que vous voulez savoir sur les erreurs anciennes en archéologie préhistorique ! Et les vérités actuelles qui, à leur tour, seront bientôt les erreurs du passé… 100 ans après la disparition de François-Alphonse Forel, qu'est-ce qui a changé dans notre vision de la préhistoire du Léman ? Quelles sont les images des hommes et des femmes de la préhistoire ? Aidez-nous à démêler le vrai du faux dans les représentations artistiques, les bandes dessinées et les films sur nos ancêtres, vivant il y a plusieurs milliers d'années !

Institut F.-A. Forel – Université de Genève

20. Des cailloux plus vrais que nature

On dit souvent que la nature fait bien les choses. Les fait-elle réellement bien ? Et lorsque les êtres humains s’amusent à recréer des minéraux et des fossiles, on se dit que l’apparence doit être sauve. Mais est-ce vraiment le cas ? Vrai minéral, faux fossile, à moins que cela soit l’inverse ? Découvrez les techniques de contrefaçon et de falsification des minéraux et des fossiles. Tentez également de débusquer les « erreurs » de la nature au travers d’exemples … plus vrais que nature !

Société genevoise de minéralogie

21. La recherche dans la tourmente

La recherche repousse sans cesse les limites de notre connaissance, remet en cause les vérités du passé. Pour autant, les chercheurs ne ressemblent plus aux savants de nos livres d’images. Si leur soif de vérité est restée inchangée, leur métier a été bouleversé. Dans le même temps, le paysage universitaire mondial s’est profondément transformé. Ce stand vous invite à découvrir les coulisses de la recherche.
Secteur recherche – Université de Genève

22. Le Labyrinthe des senteurs

 

Nos experts ont un trait commun : ils partagent leur flair des odeurs trompeuses. Champignon comestible ou toxique ? Les botanistes vous indiqueront des clés pour le déterminer. Essence de rose naturelle ou synthétique ? Les parfumeurs vous donneront des clés pour débusquer les contrefaçons. Comment s’initier à cette démarche olfactive ? En se précipitant dans le « Labyrinthe des senteurs », les narines grandes ouvertes ! Si vous en sortez… d’autres découvertes vous attendent sur notre stand.

Conservatoire et Jardins botaniques – Ville de Genève, en collaboration avec Givaudan Suisse SA

(avec le soutien du Réseau romand Science et Cité et de la Fondation Science & Cité)

 

23. SOS catastrophes, une enquête pour éviter le pire

 

Etes-vous prêts à rejoindre le Bureau international des catastrophes pour déjouer – si cela est encore possible – les nombreuses catastrophes qui menacent notre planète ? Car l’erreur est humaine et la nature pas toujours bienveillante. C’est donc à vous de jouer pour que ce scénario, conçu par des musées et institutions scientifiques membres du Réseau romand Science et Cité, ne devienne pas celui d’un film catastrophe… Mais, attention, l’enquête ne sera pas facile, les indices sont parfois trompeurs !

Réseau romand Science et Cité
(avec le soutien de la Fondation Science & Cité)

24. Où est le bug ?

 

Quand les insectes se jouent des apparences, imitations, tromperies, usurpations, simulations et dissimulations fourmillent ! Différents exemples de mimétisme, dimorphismes et tératologies chez les insectes sont présentés. Serez-vous dupes?

Société entomologique de Genève

25. Des erreurs bêtes

 

Les curiosités animales ne manquent pas. Leurs drôles de comportement non plus. Sans parler de ceux qui les étudient… Au hasard de votre visite sur le stand du Muséum, l’une de ces cinq histoires scientifiques vous sera racontée.

Muséum d’histoire naturelle – Ville de Genève

- A quoi ressemblaient les dinosaures ?

Les figurines et les films nous laissent croire que nous savons tout des dinosaures, de leurs comportements jusqu’à leurs couleurs ! Le travail de reconstitution des dinosaures est en réalité une tâche faite d’essais et d’erreurs, une quête de vérité jamais atteinte complètement. Avec l’exemple de l’Iguanodon, premier dinosaure décrit de manière scientifique, nous verrons comment l’image de cet animal est passée d’un lourd lézard à tête de rhinocéros à celle d’un agile herbivore capable de bipédie.

- Quand les poules avaient des dents

Quel est donc ce drôle d’oiseau ? Avec des dents, des griffes et une longue queue de lézard, il ne ressemble pas beaucoup à une poule ! Pourtant, l’Archéoptéryx est bien le plus vieil oiseau connu au monde. En cherchant les « erreurs » entre la poule et l’Archéoptéryx, le public est invité à reconstruire l’évolution des oiseaux depuis 150 millions d’années. Entre dinosaures à plumes et oiseaux à dents, les fossiles réservent de nombreuses surprises…

- Darwin et le jeu de l’ivrogne

En jouant aux dés, deux joueurs font tomber un Darwin ivre dans un bassin. Est-ce bien le hasard qui fait avancer notre malheureux chercheur ? Ou y a-t-il une erreur ? Un jeu pour tenter de percer certains mythes et mystères de l’évolution.

- Chasse au faux, chasse aux infos

Original, copie ou transformation ? Voilà une question essentielle que se posent les conservateurs de collections, les restaurateurs, les archéologues et les amateurs d’art. Pour y répondre, il faut s’intéresser aux techniques déployées par les artistes et les artisans ainsi qu’aux matériaux qu’ils ont utilisés, de l’Antiquité à nos jours. Ici, l’histoire de l’art rencontre la science pour lever le voile sur les techniques anciennes, débusquer les falsifications ou expliquer les mystères entourant certaines œuvres. Le public sera convié à assister à la fabrication de pigments.

(en collaboration avec les Musées d’Art et d’Histoire – Laboratoire d’analyse et de conservation préventive des Musées)

- Aux extrêmes du tube digestif

Fraîches, la crotte d'un carnivore et la pelote vomie par un oiseau prédateur se distinguent  aisément. Mais dissoutes dans un sol archéologique, il ne reste que des ossements. Comment reconnaître les restes osseux provenant d'une poubelle humaine, d'une crotte de carnivore ou d'une boulette de rapace ? L'archéozoologue vous le dira ! Et comme gâterie, petits et grands sont invités à disséquer des pelotes de réjection et identifier les proies ingurgitées par un rapace.

26. L’erreur apprivoisée

 

Il faut composer au quotidien avec l’erreur ; parfois elle se cache, et même se propage de façon sournoise. Mille et une recettes proposées par les chercheurs de l’EPFL qui vous aideront à la comprendre et même à en tirer profit :

- Observer et interagir avec des robots mobiles qui ont des composants défectueux. Lesquels ? A vous de trouver !
- Naviguer à l’estime, percer un tunnel et faire une visée au-dessus du lac ? Tous les trucs !
- Repérer les défauts des métaux ? Tout un art ! A expérimenter avec des expériences simples de traction.
- Nos CD audio sont bien protégés contre les erreurs : la preuve en perçant des trous et en écoutant le résultat…
- Des objets qui accélèrent, freinent, tournent ou qui sont suspendus sans raison évidente. Il y a souvent une variable, un paramètre ou une propriété physique cachée quelque part. A vous de le découvrir !
- Et enfin une panoplie de curiosité dans le domaine de la simulation des matériaux : des liquides en surfusion, des objets en lévitation, des ballons qui explosent ou pas, des billes qui rebondissent plus ou moins et sûrement d’autres surprises…
Et si en levant les yeux, vous apercevez un dirigeable, ce n’est pas une erreur !

Ecole polytechnique fédérale de Lausanne

27. Sortez du Léman le plus vite possible !

On ne peut décidément pas tout prévoir : alors que la totalité des eaux se déversant dans le Léman sont maintenant raccordées à des stations d’épuration, on découvre que toute une série de micropolluants leur échappe et sont déjà en train de s’accumuler dans notre lac. Avec des effets toxiques supposés et avérés pour les humains et les animaux. Le jeu WaterGAMES alerte petits et grands sur cette pollution invisible. Mieux vous répondrez, plus vite vous sortirez du lac !

Musée du Léman – Nyon

 

28. Les émotions se jouent de nos erreurs

 

Peut-on mesurer une émotion musicale ? Comment éviter les erreurs aux jeux vidéo ? Une émotion de la littérature anglaise traduite en français exprime-t-elle la même chose ? Comment notre cerveau interprète-t-il une bouche qui sourit et des sourcils qui froncent ? Saviez-vous que des recherches très sérieuses sont menées sur de tels sujets ? Des expériences seront testées avec vous, et surtout sur vous, tout au long du week-end. Amenez vos émotions !

NCCR Affective Sciences – Université de Genève

29. La tête à l’envers

 

Notre cerveau peut se « faire avoir »… Mais il peut aussi apprendre énormément de ses erreurs. Les illusions d’optique sont des pièges sensoriels que nous connaissons tous. Laissez-vous tromper également par vos oreilles ou par vos doigts ! Ou alors visez une cible avec des lunettes déformantes, voire même avec les yeux fermés, et découvrez comment vos scores peuvent rapidement s’améliorer. Serez-vous capable de naviguer à travers une ville virtuelle ? Ou de piloter un jeu vidéo sans les mains, par la seule activité de votre cerveau ? Et comme les neurones sont les acteurs principaux de ces activités, observez-les sous toutes les coutures avec un microscope et apprivoisez-les avec un jeu.

Centre interfacultaire de neurosciences – Université de Genève

30. A quel champignon se fier ?

 

Quelle curiosité un champignon ! C’est bien simple, pendant des siècles, les savants ne savaient même pas où les classer : animal, végétal, ni l’un ni l’autre ? C’est finalement le ni l’un ni l’autre qui l’a emporté avec la création d’un nouveau règne, les Fungi. Mais l’histoire ne s’arrête pas là, car il fallait ensuite mettre de l’ordre dans toutes ces différentes espèces de champignons. Venez vous exercer à observer des champignons sous toutes les coutures. Pour les classer, mais aussi débusquer des différences. Certaines sont très subtiles, mais peuvent vous sauver la vie… ou vous intoxiquer.

Société mycologique de Genève

31. TATAGAGA ou TATATACA ?

Petits et grands glissez-vous dans la peau d’un bioinformaticien et trouvez les erreurs qui se seraient glissées dans nos gènes – « à la main » et à l’aide d'un ordinateur. De telles erreurs ont-elles des conséquences – heureuses, malheureuses ou étonnantes ? Et pour compléter la visite, venez faire connaissance avec notre exposition virtuelle sur le génome humain – www.chromosomewalk.ch – présentée pour la première fois au grand public !

SIB Institut Suisse de Bioinformatique

32. Le ciel ça trompe énormément

 

Regarder loin dans l’Univers pour regarder tôt dans son histoire, observer un coucher de soleil alors qu’il est déjà couché, des erreurs ? Pas forcément ! De nuit comme de jour, des passionnés d’astronomie vous en feront voir de toutes les planètes et guideront leurs télescopes vers le Soleil et d’autres étoiles avec une idée en tête : vous convaincre que les « artefacts » et autres bizarreries de l’observation sont aussi passionnants à décoder que l’observation des astres.

Société astronomique de Genève (SAG)

33. Faute de frappe dans l’ADN!

 

Les 50 millions d'espèces vivantes de notre planète ont mis des millions d’années pour revêtir leurs formes actuelles. L’extraordinaire diversité du vivant n’aurait jamais pu s’exprimer sans les mutations, des « fautes de frappe » au sein de l’ADN, véritables moteurs de l’évolution, ayant permis aux organismes de survivre et de s’adapter à toutes sortes d’environnements. Venez découvrir différentes facettes de cette adaptation, mais aussi des exemples aberrants de mutations spontanées chez la mouche : des pattes à la place des antennes, deux paires d’ailes plutôt qu'une …

Section de biologie – Université de Genève

34. Le pendule de Foucault

 

« Vous êtes invités à venir voir tourner la Terre ! » C’est par ces mots que Léon Foucault a convié ses visiteurs en 1851 au Panthéon de Paris, après avoir eu l’intuition géniale qu’un pendule suffisamment long avec un poids suffisamment lourd pouvait démontrer la rotation de la Terre. Un grand moment d’histoire des sciences à revivre dans le parc de la Perle du Lac. Où il sera notamment question des erreurs et problèmes de construction d'un pendule, de l’erreur de croire à un référentiel absolu, de la notion de référentiel relatif et de la mesure de la pesanteur avec un gravimètre moderne.

L’Association pour l’histoire des sciences et l’Institut de Géophysique – Université de Lausanne

Présence en continu sur le stand et lâcher de pendule à :
Sa : 15h, 17h, 19h, 21h, 23h
Di : 13h, 15h, 17h

35. Bolognaise ou Carbonara ?

 

Venez chercher l’erreur en participant à des expériences déroutantes et contre-intuitives. Plongez d’abord dans une piscine de 5000 boules colorées. Qui pourra trouver le nombre de boules vertes? En sortant du bain, allez à la rencontre de savants capables de produire des nuages avec un laser. Testez aussi vos sens et votre instinct en observant une goutte d’eau défiant les lois de la gravité, en jouant dans un bac à sable pas comme les autres ou encore en vous frottant aux mystères de l’espace-temps. Après tout ça, aurez-vous encore faim ?

Section de physique / PhysiScope /  MaNEP – Université de Genève

 

36. Chez Al, Chimiste

 

Illusions, trompe-l'œil, faux-semblants, feintises, tours de passe-passe et autres apriorismes : notre quotidien, gouverné par les molécules qui constituent le Tout et modelé par leurs transformations, nous réserve bien des surprises ! Dans le monde microscopique des molécules, il est en effet une logique qui défie souvent le bon sens commun. Il faut alors user de la rigueur scientifique pour distinguer la justesse de l'aberration. Chez Al, Chimiste, les chimistes et biochimistes de l’Université de Genève  proposent d'explorer quelques facettes d'un univers (bio)moléculaire pavé de contre-intuitions. Saurez-vous distinguer le Vrai du Faux ?
Section de chimie et biochimie / Chimiscope / NCCR Chemical Biology – Université de Genève

37. La galerie des erreurs

 

Il n’y aura pas de vernissage, mais la visite vaut le détour. Les mathématiciens adorent les paradoxes qui déroutent et ils organisent un accrochage avec quelques très belles œuvres : 2=Π ? 1+1=√2 ? Mais aussi des casse-têtes géométriques, des pesées d’objet pour trouver l’intrus… Et autres expériences numériques qui vantent les mérites de l’approximation. Au bonheur de se laisser déboussoler.

Section de mathématiques – Université de Genève

38. Les statisticiens sont nos amis ?

 

Les statistiques sont souvent accusées de nous induire en erreur. C’est injuste ! Ne serait-ce pas plutôt qu’une question d’utilisation et d’interprétation ? Les statisticiens sont les scientifiques qui savent le mieux que toute mesure est variable et ils nous aident à appréhender cette variabilité. Ils nous le prouvent en décortiquant des articles de journaux, en organisant une parodie de jeu télévisé (avec bonbons à la clé !) ou d’autres jeux simples qui stimuleront l’autocritique de nos jugements intuitifs (parfois erronés !). Des expériences troublantes en compagnie de grands spécialistes de… l’erreur.

Research Center for Statistics – Université de Genève

39. Vulgariser, c'est trahir ?

 

La télévision fait aussi de la science ou du moins, elle essaie d'en parler. Mais comment ? Avec quels artifices ? Découvrez les secrets de la « blue box », ce système qui permet de présenter la météo ou de réaliser nos capsules « Questions sur » de RTSdécouverte. Et passez devant la caméra !

RTSdécouverte.ch  

40. 404 page not found

 

Des PC, des Mac, des tablettes, des robots, sans oublier vos téléphones portables… Les informaticiens vous attendent de pied ferme avec de nombreuses animations pour décliner le thème de l’erreur et de la fiabilité informatique. Il y est question, entre autres choses, de robots dont les programmes contiennent des erreurs à débusquer, de la simulation d’écoulement de gaz et de liquides, de chasse au trésor, de réalité augmentée, mais aussi de confort dans l’utilisation de nos ordinateurs et de nos comportements d’utilisateurs. Et si l’erreur, c’était nous ?

Centre universitaire d’informatique – Université de Genève

SCÈNES

41. Goûtez l’erreur !

Un p’tit creux dans l’estomac et dans la tête ? Prenez donc place sur nos jolis coussins et laissez-vous glisser d’un univers curieux à l’autre, au fil des discussions et des dégustations. L’erreur est dans le pré !

Association Bancs publics
La Cerise sur le Gâteau

(sur inscription au stand information)

(avec le soutien du Réseau romand Science et Cité, de la Fondation Science & Cité et de la Loterie romande)

Déguster l’erreur

Les aliments d'aujourd'hui sont moins sûrs qu'auparavant ! Les conditions d'hygiène dans les fast-foods sont mauvaises ! La congélation tue les bactéries ! Si vous prenez pour argent comptant une de ces affirmations, vous êtes probablement victimes d’une fausse idée reçue. Et il y en a tant d’autres ! Le chimiste cantonal vous en proposera quelques-unes à décortiquer. Evidemment, vous êtes invités à venir avec vos propres légendes urbaines !

Patrick Edder, Service de la consommation et des affaires vétérinaires – Etat de Genève
Sa : 16h

Voir, croire ou ne pas croire…

Les géologues ont une manière bien particulière de regarder un paysage : une couche de quaternaire par-ci, des sédiments lacustres par-là… Découvrez le paysage genevois avec ce même regard et essayez d’y repérer trois erreurs volontairement et insidieusement introduites par l’orateur. Savez-vous qu’il est possible de raconter la formation des Alpes à partir du panorama que l'on découvre depuis le parc de la Perle du Lac ?

Jean Charollais, géologue
Sa : 17h15
Di : 14h

L’erreur est dans le lac

Le Léman a un volume d'eau de 89 km3. Le Rhône apporte en moyenne 100'000 m3 d'alluvions et matières en suspension. Combien d'années faudra-t-il pour combler le Léman? Réponse fausse : 890'000 années ! La bonne réponse et quelques égarements lacustres, grâce à votre enthousiaste participation.

Walter Wildi, Institut F.-A. Forel – Université de Genève
Sa : 18h30
Di : 15h15

Danse avec les particules

Le chorégraphe Gilles Jobin, lauréat du prix Collide@Cern, présentera avec Joao Pequenao, son « partenaire d'inspiration » physicien et membre du media lab du CERN, le travail de recherche qu'il réalise dans le cadre de sa résidence de trois mois au CERN. Ensemble, ils nous parleront de comment rendre visible le mouvement invisible des particules et nous exposeront leur quête de « générateurs de mouvements » basés sur les principes de la physique quantique ou la gestuelle spécifique des physiciens.

Gilles Jobin, chorégraphe et Joao Pequenao, spécialiste multimédia scientifique – CERN
Sa : 19h45

Vous prendrez bien un peu de chien !

Laissez-vous dé-goûter avec des histoires de chiens chauds dégustés à l'âge du Bronze final au bord du lac de Neuchâtel. Les coutumes alimentaires sont non seulement des plus diverses, mais elles évoluent de surcroît avec les sociétés humaines. Quant aux rites sacrificiels où corps humains et animaux sont découpés comme à l'âge du Fer au Mormont (Vaud), ils sont encore plus complexes à comprendre. Où se trouve la limite du vrai et du faux, du mangé et du cérémoniel? Bon appétit !

Jacqueline Studer, Muséum d’histoire naturelle – Ville de Genève
Sa : 21h
Di : 16h30

Pour une poignée de paradoxes

Peut-on penser le faux ? Comment ? Sommes-nous vraiment formés pour le distinguer du vrai ? Une telle formation est-elle possible ? Confrontés à un énoncé paradoxal, est-on stimulé à réfléchir et à forger des concepts, ou dégoûté des Maths, de la Logique, voire de la réflexion en général ? Est-ce possible de transmettre l’horreur du faux ? Souhaitable ?

Michel Kuhne, professeur de mathématiques, Collège de Genève, chargé d’enseignement HES
Sa : 22h15
Di : 17h45

42. Les miniconférences

Parce qu’elle est un genre incontournable dans la transmission du savoir, on ne peut imaginer une Nuit de la science sans conférences. L’association Bancs publics vous invite à 15 minutes de conférence, mais double la dose des discussions.

Association Bancs publics
(avec le soutien de la Loterie romande)

Les rayons cosmiques, le centenaire d'une découverte fortuite

Victor Hess s'éleva en ballon il y a un siècle pour démontrer que l'atmosphère était ionisée par la radioactivité terrestre. L'expérience ne donna pas le résultat escompté, dévoilant l'existence des rayons cosmiques. Leur origine est toujours inconnue et étudiée sous la glace, sur Terre et dans l'espace.
 
Roland Walter, Département d’astronomie – Université de Genève
Sa : 15h30

Prêcher le faux pour connaître le vrai

Choisir une réponse, forcément fausse ; faire la preuve et regarder de combien est l'erreur; comparer avec le résultat espéré ; et appliquer un raisonnement de proportionnalité, qui donne la solution juste ! Ç’est la méthode de la « fausse position », qui a permis pendant des millénaires de se passer de l’algèbre. On la détaillera notamment sur un papyrus égyptien.

Jérôme Gavin, Collège Voltaire, Alain Schärlig, professeur honoraire – Université de Lausanne
Sa : 16h30
Di : 14h30

Cherchez l’erreur… en toutes petites lettres

Les emballages des cosmétiques nous promettent monts et merveilles, mais que renferment-ils vraiment ? Allégations prometteuses ou trompeuses, substances douteuses, effet cocktails… Le point sur la situation actuelle et bilan d’une campagne sur les perturbateurs endocriniens dans les cosmétiques.

Huma Khamis, Fédération romande des consommateurs
Sa : 17h30

Un monstre dans le lac ! La légende du Loch Ness

Depuis près de 1500 ans, la légende court qu'il y aurait un monstre dans le Loch Ness en Ecosse. Mondialement connu, le « Nessie » a définitivement marqué et marque encore l'imaginaire collectif. Entre légende et fait divers, mythe et réalité, laissez-vous conter l'histoire de cet animal fabuleux.

Emilie Lang, Muséum d’histoire naturelle – Ville de Genève
Sa : 18h30

Les plus belles erreurs de l'astronomie

Qui dit astronomie, dit aussi erreurs astronomiques : saviez-vous que Copernic avait tort d'avoir raison ou qu'Einstein a raison même quand il a tort ? Si l'erreur est la mesure de toute chose, alors les plus belles découvertes de l'astronomie en témoignent.

Nicolas Guerin, Des Etoiles pour tous
Sa : 19h30
Di : 13h30

Le côté obscur du faux

Si, dans leur majorité, nos innombrables erreurs ont fait progresser la Raison en stimulant la pensée, c'est que la plupart étaient sincères et souvent futées. Au contraire, celles, mensongères et malignes, qui viennent du fanatisme, font le lit de l'irrationalité dont l'actuelle vigueur est terriblement inquiétante. Heureusement, le Flying Spaghetti Monster (Puisse Son Appendice Nouillesque nous toucher) nous protège ! Ramen ! PS : Vous allez enfin comprendre pourquoi il y a tous ces spaghettis sur l’affiche de la Nuit de la science !

Michel Kuhne, professeur de mathématiques, Collège de Genève, chargé d’enseignement HES
Sa : 20h30

Reconstitution des mondes disparus

Au fil de leurs découvertes, les paléontologues reconstituent petit à petit l'apparence des êtres vivants qui peuplent la Terre depuis des milliards d'années. Chaque nouveau fossile souligne les imprécisions des anciennes reconstitutions et nous rapproche un peu de la réalité de ces mondes disparus. Une démonstration éclairante de la fertilité de l’erreur avec des reconstitutions de dinosaures.

Lionel Cavin, Muséum d’histoire naturelle – Ville de Genève
Sa : 21h30
Di : 16h30

J’ai chassé l’erreur toute ma vie !

Les géomètres qui travaillent au CERN ont la tâche de positionner très précisément les aimants et détecteurs des accélérateurs et ils sont sans cesse confrontés à des exigences de précision toujours plus difficiles à atteindre. Ce qui était juste hier ne l’est parfois plus aujourd’hui. Nos instruments donnent-ils de bonnes mesures ? Peut-on les « aider » à mesurer juste ? Et au fait, qu’est-ce qu’une bonne mesure ?

Dominique Missiaen, CERN, Jean-Pierre Quesnel, retraité du CERN
Di : 15h30

Dans la gueule du loup !

Lorsque l’on est une proie potentielle, la moindre des choses est de se faire discret et d’éviter d’attirer l’attention de ses prédateurs. Pourtant nous connaissons de nombreux exemples d’animaux au comportement aberrant qui se jettent littéralement dans la gueule du loup... erreur ou manipulation?

Jean Mariaux, Muséum d’histoire naturelle – Ville de Genève
Di : 17h30

43. Le théâtre

 

Les jouets de la boîte d’Einstein

La boîte d’Einstein est le livre de physique que tous les élèves rêvent d’avoir. Au lieu des pages remplies de formules, de définitions et d'exercices, elle contient des jouets et des expériences très simples. En observant le comportement des jouets, l’enfant, l’adolescent et même l’adulte, découvrent les principes et les lois de la physique que l'on trouve normalement dans un manuel scolaire, mais qui, ici, sont associés aux émotions du jeu et de l’enfance. Au programme donc (pas scolaire) : couleurs, sons et effets spéciaux.

Giorgio Häusermann, Sara Bernasconi
Dipartimento della Formazione e dell’Apprendimento – SUPSI Locarno
Sa : 16h30, 20h
Di : 13h15, 15h
(avec le soutien de l’Association Bancs publics et de la Loterie romande)

La chimie belge !

Un spectacle de chimie ? Allons bon, voilà qui promet une ambiance aussi morne et plate qu’un tableau de Mendeleïev… Et pourtant ! En une vingtaine d’expériences spectaculaires, Philippe Delsate et Pierre Hautier vous feront découvrir un terrain de jeux inédit, celui de l’expérimentation scientifique appliquée à la vie quotidienne. Distillées par les deux compères dans leurs cornues ludiques, les lois de la nature donnent naissance à une multitude d’explosions lumineuses et de fumées multicolores. Alors, une fois pour toutes, vive la chimie amusante à la portée de tous !

Pierre Hautier, Philippe Delsate, Association Chimie Passion Belgique
Sa : 21h30
Di : 16h45
(avec le soutien de l’Association Bancs publics et de la Loterie romande)

Erare Humanoum Est

Il s'agira de discuter de l'erreur, avec les spectateurs présents, depuis plusieurs points de vue. On abordera notamment : les erreurs médicales, judiciaires, météorologiques ou inhumaines. La métaphysique quantique, les lapsus et les prolapsus. L’histoire des technologies de correction, du martinet au Tipp-Ex. L’invention fortuite de la biophotographie sur peau de poulpe par le docteur Castex de l’institut Benway. La mort tragique de Jacques Moreno suite à une faute de frappe chirurgicale. Ou encore l’invasion du lac Léman par des méduses phosphorescentes, le 16 octobre 1974 à 21h43, et l'erreur municipale qui fit disparaître de la mémoire collective toute trace de cet événement jusqu’à ce jour.

Conférence-performance multimédia interactive et participative de Mael Le Mée, production Dorsa Barlow.
Sa : 23h
Di : 18h30
(avec le soutien de l’Association Bancs publics et de la Loterie romande)

44. L’avenir du futur

Spectacle déambulatoire un brin extravagant
L’action se situe en 5312. Les docteurs Jürgen Lachvelsastanghrechn et Rose de la Vallèrge font part de leur découverte : les ruines d’une civilisation ayant existé dans les années 2000 et qui s’est éteinte suite à un réchauffement climatique, suivi d’un intense âge glaciaire. Les archéologues du futur partagent avec le public leurs découvertes stupéfiantes. Mais à quoi pouvaient bien servir les objets exhumés ? Un horodateur ? Un feu de signalisation routière ? Des questions bêtes ? Plutôt l’occasion de s’interroger avec humour sur les traces que nous laisserons derrière nous et sur la relativité de la démarche scientifique. Un saut dans le temps, une visite archéologique du futur… dans le présent. Un regard à la fois tendre et acéré sur nos modes de vie actuels.

De et avec Heiko Buchholz et Delphine Prat, production «Un Euro ne fait pas le printemps»
(avec le soutien de l’Association Bancs publics et de la Loterie romande)
Sa : 15h30, 17h45, 20h, 22h30
Di : 13h45, 16h, 18h15
(sur inscription au stand d’information)

LES EXPOS

45. Rousseau et les savants genevois

Quelles relations Jean-Jacques Rousseau entretenait-il avec les sciences ? On devine la complexité de ce lien à la lecture de son virulent Discours sur les sciences et les arts, alors qu'il pratiquait lui-même certaines disciplines scientifiques. Cette ambivalence serait-elle liée à son éducation genevoise ? Ces interrogations sont l'occasion de se pencher sur le milieu scientifique de sa ville natale, sur son développement et sa structuration de la fin du 17e siècle au début du 19e siècle.

Musée d’histoire des sciences – Ville de Genève

46. Sauf erreur je ne me trompe jamais


Nous sommes tous tombés dedans ! Elles sont petites ou grossières, douces, vieilles, parfois fatales, toujours humaines... Vous nous les avez confiées, nous les avons cultivées à notre façon. Egarez-vous dans cette installation, à la gloire de vos erreurs! 150 enfants de l’Ecole du Mail ont réalisé une œuvre inspirée d’une consigne étrange : la pire erreur de ma vie ! Une plasticienne et une journaliste les ont mis en installation, avec des récits d’erreurs tissant leur toile.

Pascale Mori, Béatrice Guelpa
(avec le soutien du Département de l’instruction publique de l’Etat de Genève, du Fonds mécénat des Services industriels de Genève, de projet 9, de l’Association Bancs publics et de la Loterie romande)

 

47. Erreurs monstres

Le Monstre du Léman existe ! L’erreur serait de ne pas y croire… Mais au cours des quatre derniers siècles, les naturalistes, zoologistes, paléontologues et autres apprentis Frankenstein ont commis à son propos des bévues, bourdes et billevesées énormes. Serez-vous plus malins qu’eux ? A la recherche de Monstrum lemanicum horribile, créature aussi mythologique qu’effrayante, plongez dans une exposition drôlement sérieuse, et mettez vos pas dans ceux de scientifiques genevois peut-être pas si fous.

Association Eaux-Monstres – Evian
(Avec le soutien de l’association Bancs publics et de la Loterie romande)

ET ENFAIM...

48. Le restaurant & le bar

De savoureux plats, des salades, des burgers, des bagels, des gâteaux... Bref, tout ce qu'il faut pour les petites ou les grandes faims (et soifs!)

Les potes à Jé

49. La terrasse des sciences

Ambiance décontractée, chaises longues et terrasse pour manger sur le pouce ou boire un verre.

Association la Barje

50. Café mobile

Un expresso ou un capuccino, avec pourquoi pas une petite douceur…

Le fix

Haut de page