L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

Ouverte en 2009, la Médiathèque du FMAC a pour objectif l’encouragement et la diffusion de l’art vidéo à Genève. Elle réunit le Fonds André Iten, l’une des plus riches et importantes collections vidéo de Suisse, ainsi que la collection vidéo du FMAC.

Site internet du Fonds municipal d’art contemporain

Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.

Site internet du Musée Ariana

Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque, son laboratoire de recherche et ses ateliers de restauration.

Site internet des Musées d'art et d'histoire

Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.

Site internet du Musée d'ethnographie

Le Musée d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.

Site internet du Musée d'histoire naturelle
Site internet du Musée d'histoire des sciences

Accueil Recherches & collections

Sur les chemins d’Albanie avec Eugène Pittard et Noëlle Roger en 1921

L’histoire inédite d’une passion commune

Chantal Courtois

ETHPH 412925. Eugène Pittard et Noëlle entourés de leurs hôtes. Tirana, 1921
ETHPH 413029. Noëlle Roger écrivant lors d'une halte vers Petrelë, 1921

Eugène Pittard

Son engagement pour la reconnaissance de l’Albanie en tant que nation en 1920 ainsi que son active contribution à la fondation de la Croix-Rouge albanaise en 1921 marqueront à jamais les liens unissant Eugène Pittard et au travers lui, la Suisse, à l’Albanie. Ses premiers contacts avec le peuple albanais naissent en Roumanie où il mène ses recherches en anthropologie physique (1899-1905).

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, l’Albanie est prise dans l’étau des grandes puissances, menacée ou envahie sur toutes ses frontières et déchirée de l’intérieur. Eugène Pittard s’engage sans compter pour ce pays qu’il affectionne tout particulièrement.

Nommé Consul général honoraire d’Albanie à Genève, il participe aux travaux de la Conférence de Paix de Paris (1919-1920) pour défendre les droits de l’Albanie dans l’établissement des nouvelles frontières de l’Europe.

Dans sa mission de porte-parole auprès de la jeune Société des Nations, il va jouer un rôle incontestable dans l’admission de l’Albanie à la S.D.N, le 17 décembre 1920.

Entre les mois d’août et d’octobre 1921, Pittard effectue avec son épouse un voyage d’exploration de l’Albanie qu’ils parcourent à cheval, s'aventurant dans les régions les plus inaccessibles, lui, muni de son appareil photographique, elle, de son carnet. Ce faisant, le couple se familiarise avec le pays, rencontre les populations les plus isolées, se préparant ainsi aux missions humanitaires ultérieures.

Le 4 octobre 1921, à Tirana, il fonde la Croix-Rouge albanaise dont il devient le représentant officiel auprès du Comité International de la Croix-Rouge à Genève.

Noëlle Roger

Écrivaine et journaliste, Hélène Dufour (1874-1953), de son nom de plume Noëlle Roger, épouse Eugène Pittard en 1900. Auteure de romans, elle développe son goût pour la littérature de voyage en accompagnant Pittard lors de ces missions anthropologiques dans les Balkans. La Turquie lui inspirera La Route de l'Orient. Premier contact avec l'âme turque, paru en 1914.

À la déclaration de la guerre, elle prend des cours d’infirmière et son diplôme en poche, elle part soigner les soldats à l'Hôpital militaire 101 de Lyon. Délaissant les thèmes romanesques, elle décrit son quotidien et la parole des blessés dans Les Carnets d’une Infirmière en 1915, suivis d’autres écrits sur la guerre et ses conséquences. A partir des années 1920, elle se fait connaître par une série d’œuvres de fiction marquée par le pessimisme d’après-guerre (Le nouveau déluge, Le nouvel Adam, le soleil enseveli…).

Son goût de l’ailleurs et son sens de l’engagement la conduisent en Albanie aux côtés d’Eugène Pittard, pour un premier voyage de découverte en Albanie entre août et octobre 1921 puis, en mars-avril 1924, pour une mission de ravitaillement sous l’égide de la Croix-Rouge. Alors que Pittard a laissé entre parenthèses le rôle d’observateur de l’anthropologue pour remplir pleinement son action diplomatique, Noëlle Roger note sans relâche, documente scrupuleusement, livrant ainsi un témoignage capital sur ce pays déchiré par les guerres balkaniques au lendemain de la première guerre mondiale.

Ses notes de voyage relèvent à la fois du documentaire, du recueil historique, du guide de voyage, regorgeant de détails sur la géographie, les monuments, le mode de vie et les traditions séculaires du peuple albanais.

On y découvre le rôle important que Noëlle Roger a joué sur le terrain en participant à la création de la Croix-Rouge albanaise, à la mission de ravitaillement de 1924 ainsi que par la publication de nombreux articles sur la situation de l’Albanie en temps réel.

En 1940, elle publiera Une lumière sur le monde. La Croix-Rouge internationale, 200 pages de l’histoire de la Croix-Rouge des débuts jusqu’à la guerre de 1939-1945 qui vient d’éclater.

Enveloppes des négatifs annotées par Eugène Pittard (numérisation MEG)

L’oeil et la plume

Le présent document repose sur des images et des mots qui attendaient d’être conjugués depuis près de cent ans, ravivant la mémoire d’une passion commune, celle du couple Pittard pour l’Albanie. Le hasard veut que ce partage d’archives coïncide avec un anniversaire important pour l’Albanie, celui du centenaire de son entrée au sein de la Société des Nations en décembre 1920. Au-delà du temps, ces images inédites, qui font revivre une période cruciale de son histoire, vont en premier lieu au peuple albanais auquel le couple Pittard les destinait.

Le fond Pittard compte 237 photographies d’Albanie dont au moins 200 ont été prises lors du voyage d’août à octobre 1921, les images restantes pouvant tout aussi bien avoir été prises en 1924. Un récent inventaire a permis de rapprocher les négatifs de 1921 des enveloppes qui les contenaient, annotées par Eugène Pittard. Les noms des lieux y figurent ainsi que de brèves descriptions. En l’absence de la date de prise de vue, la reconstitution de l’itinéraire s’est faite à partir des notes du carnet de voyage de Noëlle Roger en 1921 et des articles qui en découlent, parus en 1922. Dans la version définitive, l’écrivaine recompose sensiblement l’ordre du voyage, mettant en exergue les hauts lieux de l’histoire albanaise et s’attachant à décrire les sites et les paysages traversés. Certains lieux attestés par les images, comme la région de Scutari, ne figurent pas dans le fil du récit mais sont évoqués dans la dernière partie de l’article consacré aux faits de guerre et de résistance qu’elle avait minutieusement détaillés dans son carnet de voyage.

Matériel et source

Dans son récit, Sur les chemins d’Albanie(1922), Noëlle Roger s’émancipe de l’itinéraire suivi avec Eugène Pittard en 1921 afin de privilégier l’histoire que les lieux lui inspirent.

Partie I : Premiers contacts
1. Durrës ; 2. Tirana, la capitale ; L’Albanie en face de l’Europe ; Le souvenir de Scanderberg (3. Krujë, 4. Petrelë, 5. Lehzë) ; 6. Une bourgade historique, Lushnja

Partie II
7. La cité byzantine (Bérat) ; 8. Le Dieu Tomor ; La frontière du sud (9. Vlorë, 10. Himarë, 11. Tepelenë, 12. Gjirokastër, 13. Leskovic, 14. Korçë, 15. Lac Prespa ; 16. Au cœur de l’Albanie, Elbassan ; 17. Sur la route de Dibra (ce passage, consacré à la résistance, convoque des images de combattants venus de divers lieux, dont certains ne figurent pas au récit).

Sur les chemins d’Albanie

420771

ETHPH 420771. Durrës
«Une tâche claire se dessine contre une colline basse et pelée, dominant un vaste golfe: c’est Durazzo. [...] . Toute la lumière d’Orient semble venir à la rencontre du navire sur les eaux d’un bleu allègre. Cependant, la nappe d’azur est trouée en trois endroits. Des sommets de mâts émergent, un morceau de bastingage, une cheminée morte : trois navires qui furent coulés en rade de Durazzo pendant la guerre.»

«A clear spot against a low, bare hill overlooking a wide gulf is Durazzo. […] . All the light of the East seems to meet the ship on the light blue waters. However, the azure sheet is perforated in three places. Mast tops emerge, a piece of rail, a dead chimney: three ships that were sunk in Durazzo's roadstead during the war.»

412926

ETHPH 412926. Durrës
«Et, tout au bord de l’eau, ces larges ruines, ces murs spacieux percés de trous, c’est le palais du prince de Wied que les obus autrichiens ont effondré. Tout au bord de l’eau... comme si le Roi inquiet eût à peine osé poser le pied sur le sol de son royaume.»

«And, right on the water's edge, these large ruins, these spacious walls pierced with holes, it is the palace of Prince de Wied that the Austrian shells collapsed. At the very edge of the water... as if the worried King had barely dared to set foot on the soil of his kingdom.»

420644

ETHPH 420644. Durrës
«Le long des rues aux maisons basses qui descendent vers la mer, sur la place bordée d'échoppes à la mode turque, à chaque pas on retrouve le souvenir des heures troubles que Durazzo vient de traverser. Ici, il y avait des arbres, des jardins...»

«Along the streets with low houses that descend to the sea, in the square lined with Turkish-style stalls, with each step you find the memory of the troubled hours that Durazzo has just gone through. Here there were trees, gardens...»

420656

ETHPH 420656. Durrës
«Au pied de la vieille muraille vénitienne qui grimpe la colline, on a dû creuser des abris pour mettre en sûreté les habitants, lors des bombardements.»

«At the foot of the old Venetian wall that climbs the hill, shelters had to be dug to keep the inhabitants safe during the bombings.»

420661

ETHPH 420661. Tirana
«Au milieu de sa plaine, dans son amphithéâtre de montagnes désertes, Tirana élance ses minarets et ses cyprès séculaires qui apparaissent de très loin, émergeant d'une nappe de verdure arrêtée nette, comme un tapis jeté sur l'étendue rasée.»

«In the middle of its plain, in its amphitheater of deserted mountains, Tirana throws its minarets and its secular cypresses which appear from away, emerging from a sheet of greenery stopped neatly, like a carpet thrown on the razed expanse.»

413028

ETHPH 413028. Tirana
«Tirana, avec sa physionomie pudiquement réservée, défendue contre les regards indiscrets par ses murs, ses jardins, ses moucharabieh, entourée de son passé aux aguets sous les sycomores géants ...»

«Tirana, with its modestly reserved physiognomy, defended against prying eyes by its walls, its gardens, its mashrabiya, surrounded by its past on the look-out under the giant sycamores...»

420696

ETHPH 420696. Tirana
«... et les cyprès rangés à quelque distance, comme des sentinelles noires autour du lieu de prière, semble continuer une méditation ancienne.»

«... and the cypress trees lined up at some distance, like black sentinels around the place of prayer, seem to continue an ancient meditation.»

420695

ETHPH 420695. Tirana
«La maison d'Essad, contiguë et entièrement détruite, se donnait l'apparence d'un château fort derrière ses épaisses murailles.»

«The house of Essad, adjacent and completely destroyed, gave itself the appearance of a fortified castle behind its thick walls.»

420760

ETHPH 420760. Tirana
«Elle [Tirana] se souvient qu'elle eut pour origine la mosquée de Souleïman [...]. La mosquée et la maison des tombeaux dont les murailles sont décorées de fleurs peintes, d'arabesques, de fruits, de paysages. Des stèles peuplent tous les espaces libres [...]»

«She [Tirana] remembers that it originated in the mosque of Souleiman [...]. The mosque and the house of tombs whose walls are decorated with painted flowers, arabesques, fruits and landscapes. Steles populate all the open spaces [...]

412966

ETHPH 412966 .Tirana
«Dans la maison des tombeaux, contiguë à sa mosquée, sous une coupole peinte, entouré de ses fils, Souleïman repose.»

«In the house of tombs, adjacent to his mosque, under a painted dome, surrounded by his sons, Suleiman rests.»

412921

ETHPH 412921. Tirana
«Le jeudi, jour du marché, la ville change de physionomie. Dès l'aube, les pavés ont retenti sous le fer des chevaux, longues caravanes, descendues des montagnes, et qui apportent les marchandises confectionnées dans les lointains villages ...»

«On Thursday, market day, the city changes its appearance. From dawn, the cobblestones resounded under the horseshoes, long caravans, coming down from the mountains, and bringing the goods made in the distant villages...»

420654

ETHPH 420654. Tirana
«... pièces de grosse laine tissée, couvertures en poils de moutons, nattes et tapis, cotonnades faites au métier, transparents tissus de soie, et aussi les costumes anciens ...»

«... pieces of thick woven wool, sheep-hair blankets, mats and carpets, loom-made cottons, transparent silk fabrics, and also antique costumes ...»

420636

ETHPH 420636. Tirana
«... les velours chamarrés, les manchettes soutachées et brodées d'or, toutes ces étoffes prennent possession de la rue, s'amoncellent devant les femmes immobiles en jupes sombres, assises sur leurs talons, voilées de blanc ou de noir et, quelques-unes, le visage découvert.»

«... the colorful velvets, the cuffs stained and embroidered with gold, all these fabrics take possession of the street, pile up in front of the motionless women in dark skirts, sitting on their heels, veiled in white or black and, in some cases, with their faces uncovered.»

420634

ETHPH 420634. Tirana
«Parallèle à ce marché des étoffes, le marché des grains envahit une place entière. Les hommes se tiennent accroupis entre les sacs de blé.»

«Parallel to this fabric market, the grain market is taking over an entire square. Men are crouching between the sacks of wheat.»

420653

ETHPH 420653. Tirana
«Il semble que ce soit le soleil qui fasse tout le tapage, exaltant le ton vif des cotonnades, les rouges, les ors, le brillant des soies, les couleurs ardentes des fruits, les tas d'aubergines et de tomates écroulés à même le pavé.

«It seems to be the sun that makes all the noise, exalting the bright tone of the cottons, the reds, the golds, the brilliance of the silks, the fiery colours of the fruits, the heaps of eggplants and tomatoes crumbling on the pavement.»

420730

ETHPH 420730. Vue plongeante sur la vallée d'Erzen / Plunging view of the Erzen Valley
«On suit à cheval la longue plaine que coupent les ressauts successifs, on traverse à gué la rivière et l’on grimpe des âpres flancs [...]»

«One follows on horseback the long plain cut by the successive springs, one fords the river and climbs steep slopes [...]»

413026

ETHPH 413026. Petrelë
«Pour compléter ce pèlerinage, on doit monter à Petrella, sur la montagne qui ferme le cirque de Tirana du côté de l’Orient, à l’autre extrémité de cette vallée que commande altièrement Kruja.»

«To complete this pilgrimage, one must go up to Petrella, on the mountain that closes the circus of Tirana on the eastern side, at the other end of this valley that Kruja commands proudly.»

413031

ETHPH 413031. Petrelë
«Point de route [...] et tout le paysage que contemple la tour trapue est inondé d’une tendresse qui contraste avec les rudes montagnes [...]»

«Waypoint […] and the whole landscape that the stocky tower contemplates is flooded with a tenderness that contrasts with the harsh mountains [...]»

420666

ETHPH 420666. La citadelle de Scanderberg à Lehzë / The citadel of Scanderberg in Lehzë
«[…] et la sévère sentinelle veillant au pied des parois de calcaire, la cité dont la destinée fixa la destinée de Scanderberg, et qui avait formé à son image l’âme du héros enfant […]»

«[…] and the severe sentry guarding the foot of the limestone walls, the city whose destiny determined the destiny of Scanderberg, and which had formed in its image the soul of the child hero [...]»

413030

ETHPH 413030. Vue depuis le sommet de Petrelë / View from the top of Petrelë
«Le versant oriental domine un dédale de chaînes de plus en plus confuses à l’horizon. Elles s’avancent les unes derrière les autres comme une série d’ouvrages de défense, une suite d’obstacles dressés successivement. On dirait des ébauches de montagnes recommencées à l’infini [...]»

«The eastern slope dominates a maze of increasingly confused chains on the horizon. They advance one after the other like a series of defensive works, a succession of obstacles erected in succession. They look like mountain sketches started over again from scratch [...]»

420665

ETHPH 420665. Lehzë
«[…]les montagnes d’Albanie sont autant de barrières posées devant les invasions, imprenables bastions qui enseignèrent aux hommes la résistance. Les Albanais ont bien reconnu l’expression même de leur sol et de leur âme en Scanderberg dont toute la vie fut une résistance victorieuse.»

«[…]the mountains of Albania are as many barriers placed in front of the invasions, impregnable bastions that taught men resistance. The Albanians recognized well the very expression of their soil and soul in Scanderberg, whose whole life was one of victorious resistance.»

420678

ETHPH 420678. Plaine de la Mysakja / Plain of Mysakja
«Et nous sommes entrés dans la Mysakja, une plaine immense, qui, de la baie de Durazzo aux lagunes de Valona, s’enfonce à l’intérieur comme un vaste triangle dont le sommet s’effile entre les montagnes [...]»

«And we have entered the Mysakja, an immense plain which, from the bay of Durazzo to the lagoons of Valona, sinks into the interior like a vast triangle whose summit tapers between the mountains [...].»

420762

ETHPH 420762. Traversée du Shkumbin / Crossing the Shkumbin
«Traversée au Nord par les méandres gris du Skumbin qui sépare l’Albanie tosque de l’Albanie guègne, au Sud par le Semeni, empoisonnée de moustiques et de malaria, [...] , la Mysakja est une des régions les plus fertiles du monde.»

«Crossed in the North by the grey meanders of the Skumbin which separates Tuscan Albania from Guègne Albania, in the South by the Semeni, poisoned by mosquitoes and malaria, [...], Mysakja is one of the most fertile regions in the world.»

413013

ETHPH 413013. Buffles dans le cours d’eau Shkumbin / Buffalo in the Shkumbin stream
«Cependant, on a l’impression d’un désert en franchissant ces étendues incultes, livrées aux troupeaux, et où les plantes steppiques succèdent à celles des eaux stagnantes. Rares sont les villages le long des ondulations qui la bordent ...»

«However, one has the impression of a desert as one crosses these uncultivated expanses, left to the herds, and where steppe plants succeed those of stagnant waters. Few are the villages along the undulations that border it ...»

412918

ETHPH 412918. Maison où se tint le Congrès de Lushnjë en janvier 1920 / House where the Lushnjë Congress was held in January 1920
«Lushnja, solitaire et ramassée sur sa colline, ressasse un grand souvenir. Au début de 1920, 68 délégués de toutes les parties de l’Albanie se réunirent à Lushnja, se constituèrent en Assemblée nationale, et déclarèrent déchu le gouvernement provisoire de Durrazo, nommé par l’Italie.»

«Lushnja, lonely and cramped on her hill, recalls a great memory. At the beginning of 1920, 68 delegates from all parts of Albania met in Lushnja, formed a National Assembly, and declared the provisional government of Durrazo, appointed by Italy, deposed.»

420755

ETHPH 420755. Bérat
«Adossée aux premières marches de ce puissant massif du Tomor qui domine l’Albanie centrale, la ville de Bérat enjambe le fleuve Ossum, étageant le long des rives en gradins ses toits de tuile, ses façades blanches qu’on dirait posées les unes sur les autres.»

«Leaning against the first steps of this powerful Tomor massif that dominates central Albania, the town of Bérat straddles the Ossum river, with its tiled roofs and white façades that seem to be placed one on top of the other along the banks of the river.»

420684

ETHPH 420684. Bérat
«Bordant le fleuve, autour du bazar et des mosquées, les maisons musulmanes s’enferment dans leurs jardins. [...] . Le maire parle de reconstruire le beau pont de pierre qui fut détruit par les Serbes.»

«Bordering the river, around the bazaar and the mosques, the Muslim houses lock themselves in their gardens. […] . The mayor talks about rebuilding the beautiful stone bridge that was destroyed by the Serbs.»

420689

ETHPH 420689. La citadelle de Bérat / The citadel of Bérat
«Une citadelle, aperçue de très loin, couronne la colline nue où Bérat s’appuie, et ses vieux murs enferment tout un quartier, la cité chrétienne. [...]. A la base, les puissantes dalles cyclopéennes s’emboîtent les unes dans les autres.»

«A citadel, seen from afar, crowns the bare hill on which Berat leans, and its old walls enclose an entire district, the Christian city. [...]. At the base, the powerful cyclopean slabs fit into each other.»

412933

ETHPH 412933. La citadelle de Bérat / The citadel of Bérat
«Une porte voûtée s’ouvre dans le mur où toutes les périodes de l’histoire ont apporté leur pierre [...].»

«A vaulted door opens into the wall where all periods of history have contributed their stone [...].»

420690

ETHPH 420690. La citadelle de Bérat / The citadel of Bérat
«Sitôt qu’on l’a franchie, on se trouve transporté à des siècles de distance, dans la bourgade byzantine demeurée intacte, dédale de ruelles qui s’enchevêtrent autour de la colline.»

«As soon as you cross it, you find yourself transported centuries away, to the unspoilt Byzantine village, a maze of alleys tangled around the hill.»

420688

ETHPH 420688. La citadelle de Bérat / The citadel of Bérat
«Cette bourgade de 700 habitants ne possède pas moins de vingt-cinq églises, datant toutes de l’époque byzantine. [...]. On pourrait, pendant toute la journée, aller de l’une à l’autre, sans arriver à dresser l’inventaire de si nombreux trésors.»

«This village of 700 inhabitants has no less than twenty-five churches, all dating from the Byzantine era. [...]. We could go from one to the other all day long, without being able to draw up an inventory of so many treasures.»

420744

ETHPH 420744. Vers le Mont Tomor / To Mount Tomor
«Notre caravane traversant la plaine brûlante et franchissant, l’un après l’autre, tous les hauts contreforts escarpés, couverts d’arbousiers, d’arbres de Judée où s’accrochent les vignes sauvages [...].»

«Our caravan crosses the burning plain and crosses, one after the other, all the high steep buttresses, covered with strawberry trees, Judean trees where the wild vines cling [...].»

413023

ETHPH 413023. Le couvent Bektachi / The Bektachi convent
«[...] et tout à coup, la lumière du couvent Bektachi, ce point de feu, posé si haut, qui nous appelle, cette lumière humaine, après tant d’obscurité et de solitude. Combien de temps sembla-t-elle reculer devant nous ?»

«[...] and suddenly, the light of the Bektachi convent, that point of fire, set so high, which calls us, that human light, after so much darkness and solitude. How long did it seem to retreat before us?»

420659

ETHPH 420659. La confrérie Bektachi / The Bektachi brotherhood
«Et puis l’arrivée. Les formes blanches des derviches rangées sur l’escalier [...]»

«And then the arrival. The white forms of the dervishes lined up on the stairs [...]»

420746

ETHPH 420746. Baba Ilias de la confrérie Bektachi / Baba Ilias of the Bektachi brotherhood
«Baba Ilias a revêtu pour la photographie, son costume de guerre, le manteau brun par-dessus la robe blanche, et la hache à double tranchant. Son visage spiritualisé sourit, ses yeux brillent. Et nous songeons au pouvoir mystérieux de cet homme, qui, d’un mot, lève des centaines de volontaires prêts à mourir... .»

«Baba Ilias put on his war costume, the brown coat over the white dress, and the double-edged axe for the photograph. His spiritualized face smiles, his eyes shine. And we think of the mysterious power of this man, who, in a word, raises hundreds of volunteers ready to die…»

420697

ETHPH 420697. Au Mont Tomor / At Mount Tomor
«A présent, c’est le chaos de schistes où vivent seuls quelques pins tourmentés par les vents. Vraiment, l’air du Tomor guérit la fièvre ! Et ces grandes vagues de brouillard qui montent par intervalles, avec quelles délices nous respirons leur humidité fraîche !»

«At present, it is the chaos of shales where only a few pines live, tormented by the winds. Really, the air of the Tomor cures fever! And these great waves of fog that rise in intervals, with what delights we breathe their fresh humidity!»

420749

ETHPH 420749. Au Mont Tomor / At Mont Tomor
«Le Tomor, couronné de nuages ... disait déjà Homère. Les derniers pins ont disparu depuis longtemps. Le sommet. Trois marches donnent accès à cette enceinte ronde, tapissée de plaques de gazon sec et où des mains pieuses ont déposé en offrande des poignées de blé [...]»

«The Tomor, crowned with clouds ... already said Homer. The last pine trees are long gone. The top. Three steps lead up to this round enclosure, lined with patches of dry grass, where pious hands have placed handfuls of wheat as an offering [...]»

420686

ETHPH 420686. Traversée de l’Ossum / Crossing the Ossum
«La plaine sauvage se déroule, interminable, dominée par la silhouette solitaire et déjà lointaine du Tomor. Pour traverser l’Ossum, il faut atteler des buffles aux automobiles. [...] il fait nuit lorsque nous atteignons Valona (Vlora).»

«The wild plain unfolds, endless, dominated by the solitary and already distant silhouette of the Tomor. To cross the Ossum, you have to harness buffaloes to cars. [...] it is dark when we reach Valona (Vlora). The wild plain unfolds, interminable, dominated by the lonely and already distant silhouette of the Tomor. To cross the Ossum, buffaloes have to be harnessed to cars. ...] it is dark when we reach Valona (Vlora).»

420774

ETHPH 420774. Vlorë
«Au bord de sa baie calme comme un lac, protégée par la longue pointe de Linguetta et par le rocher désert de Saseno, Vlora abrite ses maisons blanches et ses mosquées au pied des collines couvertes d’oliviers, première marche de ce nœud de montagnes qui la séparent de la vallée d’Argyrokastro.»

«At the edge of its calm bay like a lake, protected by the long headland of Linguetta and by the deserted rock of Saseno, Vlora shelters its white houses and its mosques at the foot of the hills covered with olive trees, the first step of this knot of mountains which separate it from the valley of Argyrokastro.»

412929

ETHPH 412929. Environs de Vlorë/Surroundings of Vlorë.
«[...] Et sur la colline, proche de la citadelle, le village de Kanina, entièrement détruit, rappelle qu’on s’est battu tout autour de Valona. “Mahomet est à Dieu et Vlora aux patriotes” disent les Albanais.»

«[...] And on the hill, near the citadel, the village of Kanina, completely destroyed, reminds us that we fought all around Valona. "Muhammad belongs to God and Vlora to the patriots" say the Albanians.»

412943

ETHPH 412943
Le couple Pittard célèbre la libération de Vlorë / The Pittard couple celebrates the release of Vlorë
«[...] les chefs de village se rencontrèrent un jour de mai, l’année dernière. Comme les Suisses du XIIIe siècle, réunis au Grutli, ils firent le serment de mourir ou de libérer leur sol. [...]. Au mois de septembre, Valona, libérée, appartenait aux patriotes.»

«[...] the village chiefs met one day in May last year. Like the Swiss of the 13th century, gathered in the Grutli, they vowed to die or to liberate their land. […]. In September Valona was liberated and belonged to the patriots.»

413019

ETHPH 413019. Himarë
«A partir de Valona commence à se déployer la chaîne de la Chimère (Himara), où les fruits sont les plus beaux de l'Albanie: une longue barrière de montagnes regardant l'Adriatique. [...]. Leur chef-lieu est Himara, un beau village ombragé de chênes, sur un épaulement de la montagne, que nous atteignons à cheval.»

«From Valona begins to unfold the Chimera (Himara) range, where the fruits are the most beautiful in Albania: a long barrier of mountains overlooking the Adriatic. [...]. Their capital is Himara, a beautiful village shaded by oaks, on a shoulder of the mountain, which we reach on horseback.»

412923

ETHPH 412923. Himarë
«Sur la place, les paysans dansent la danse nationale, la Pyrrhique, la danse de Pyrrhus, le divertissement préféré des Albanais. Les hommes se tiennent par la main et l'un d'eux conduit la file, tout en faisant tourner son mouchoir.»

«In the square, the peasants dance the national dance, the Pyrrhic, the dance of Pyrrhus, the favourite entertainment of the Albanians. The men hold hands and one of them leads the line, while spinning his handkerchief.»

412958

ETHPH 412958. Himarë
«Ils exécutent un lent piètement comme s'ils terrassaient et écrasaient un invisible ennemi couché sous leurs pieds. Parfois le rythme se précipite, le chant devient cri de joie ou de victoire ou dure ironie, chant d'amour ou de guerre, les deux thèmes éternels qui s'expriment en accents presque identiques, rudes, sombres, amers ...»

«They execute a slow footwork as if they were knocking down and crushing an invisible enemy lying under their feet. Sometimes the rhythm rushes, the song becomes a cry of joy or victory or harsh irony, a song of love or war, the two eternal themes expressed in almost identical accents, rough, dark, bitter...»

412930

ETHPH 412930. Tepelenë
«[...] la vallée d’Argyrokastro qui se resserre autour de nous, apparaît telle que les hommes l’ont laissée – couverte de ruines. [...]. On passe un col et l’on voit apparaître les murs béants de la citadelle de Tepeleni, chaos de pierre dressé sur le ciel. Tepelini, brûlée en juillet 1914, avait relevé tant bien que mal quelques-unes de ses ruines.»

«[...] the valley of Argyrokastro, which tightens around us, appears as the men left it - covered with ruins. […]. We pass a pass and see the gaping walls of the Tepeleni citadel appear, a chaos of stone standing on the sky. Tepelini, burnt down in July 1914, had raised some of its ruins as best it could.»

420642

ETHPH 420642. Tepelenë
«Une partie de ses 4000 habitants essayaient d’y vivre, lorsqu’en décembre 1920, un tremblement de terre «parfit» la besogne des Grecs, bousculant ces décombres, mêlant ces ruines qui ne sont plus que des torrents de moellons...»

«Some of its 4,000 inhabitants were trying to live there when, in December 1920, an earthquake "perfected" the work of the Greeks, shaking up the rubble, mixing up the ruins which are now nothing more than torrents of rubble...»

420703

ETHPH 420703. Tepelenë
«[...] des amas de blocs, enfermés dans les vieilles murailles encore debout, une confusion de débris où l’on chemine à grand peine. Jusqu’à l’eau du canal qui s’est perdue...»

«[…] piles of blocks, enclosed in the old walls still standing, a confusion of debris where one can hardly walk. Until the canal water is lost...»

412968

ETHPH 412968. Gjirokastër
«Une foule silencieuse se porta devant la maison où flotte le drapeau suisse. De cette foule dont nous distinguions à travers les interstices des moucharabieh les costumes blancs et les faz, une voix disait en français: «Le soir nous avons reçu une bonne nouvelle: Vive la Suisse».»

«A silent crowd gathered in front of the house where the Swiss flag is flying. From this crowd, which we could see through the gaps in the mashrabiya, the white suits and the faz, a voice said in French: «In the evening we received good news: Vive la Suisse».» (Long live Switzerland).»

420768

ETHPH 420768. Sur la route de Klissura / On the road to Klissura
«Par le défilé de Klissura, étroit, désert, formidable entaille que la Vjusa s’est creusée dans le roc, et où passa l’armée de Pompée, par la vallée de Premeti moins aride, célèbre pour ses vergers et que longe la chaîne déchiquetée des Nemerika...»

«Through the Klissura pass, narrow, deserted, formidable notch that Vjusa dug in the rock, and where Pompey's army passed, through the less arid valley of Premeti, famous for its orchards and along the jagged chain of the Nemerika...»

420767

ETHPH 420767. Vue de Leskovic au lointain / View of Leskovic in the distance
«...par un dédale de hautes montagnes qu’il faut gravir, et puis descendre pour remonter encore [...], nous avons aperçu à une grande hauteur, une ville étrange, blanche d'un côté, sombre de l'autre, Ljaskoviki.»

«...through a maze of high mountains that you have to climb, and then go down to go up again [...], we saw at a great height, a strange city, white on one side, dark on the other, Ljaskoviki.»

412944

ETHPH 412944. Vue de Leskovic / View of Leskovic
«En approchant, on reconnaît des décombres, un pêle-mêle de pierraille, immense cimetière de maisons; c'est le quartier musulman, naguère très riche, avec de beaux jardins et les somptueuses demeures des beys qui venaient, l'été en villégiature, respirer à mille mètres d'altitude.»

«As you approach, you can see the rubble, a jumble of rubble, a huge cemetery of houses; this is the Muslim quarter, once very rich, with beautiful gardens and the sumptuous homes of the beys who used to come to breathe at an altitude of a thousand metres during the summer holidays.»

413015

ETHPH 413015. La ville de Leskovic en ruines / The ruined city of Leskovic
«Ici, on a nous a narré une effrayante histoire. En 1914, les frontières ayant été fixées par la Commission internationale, et les Grecs sommés de se retirer, les Albanais s'avancèrent pour occuper Ljaskoviki [...]»

«Here we were told a frightening story. In 1914, the borders having been fixed by the International Commission, and the Greeks having been ordered to withdraw, the Albanians advanced to occupy Ljaskoviki [...].»

413016

ETHPH 413016. La ville de Leskovic en ruines / The ruined city of Leskovic
«Dans ce champ de ruines confuses où aucune ne garde la figure d'une maison, on évoque les cités martyres de la France dévastée. Pendant des heures et des heures, cette évocation ne cessera de flotter devant nos yeux.»

«In this field of confused ruins where none of them keep the figure of a house, one evokes the martyred cities of devastated France. For hours and hours, this evocation will never cease to float before our eyes.»

412959

ETHPH 412959. Korçë
On passe un dernier col. [...]. «Korça apparaît enfin, tache rose dans le soleil oblique, adossée aux basses rampes d'une montagne couleur d'ocre et de soufre. Korça, la plus grande ville d'Albanie après Scutari, est la plus active et la plus vivante. A 800 mètres d'altitude, elle échappe à la déprimante malaria.»

«We're making one last pass. [...]. Korça finally appears, a pink spot in the oblique sun, leaning against the low slopes of a mountain colored ocher and sulfur. Korça, the largest city in Albania after Scutari, is the most active and lively. At 800 meters above sea level, it escapes the depressing malaria.»

412957

ETHPH 412957. Enfants portant des drapeaux suisses. Tren ? près de Korçë / Children carrying Swiss flags. Tren ? near Korçë
«L'occupation française lui a laissé d'autres souvenirs que ce cimetière où les croix sont si rapprochées... Korça possède un lycée où l'on enseigne le français, et les écoliers sont venus chanter sous nos fenêtres, avec une prononciation impeccable, l'hymne suisse. Ils savent depuis longtemps la Marseillaise...»

«The French occupation left him other memories than this cemetery where the crosses are so close together... Korça has a high school where French is taught, and the schoolchildren came to sing under our windows, with impeccable pronunciation, the Swiss anthem. They have known the Marseillaise for a long time...»

420651

ETHPH 420651. La mosquée Nazire d'Elbasan après un tremblement de terre / The Nazire mosque of Elbasan after an earthquake
«Il faut deux fortes journées de cheval pour atteindre Elbassan. [...]. Devant la mosquée d'Elbassan, se tient le groupe lamentable des réfugiés. Les hommes se tiennent derrière, sur le parvis de la mosquée, et les femmes en avant, leurs petits dans leurs bras, d'autres serrés contre elles.»

«It takes two strong days of riding to reach Elbassan. [...]. In front of the Elbassan mosque stands the pitiful group of refugees. The men are standing behind, on the mosque square, and the women in front, their babies in their arms, others hugging them.»

412949

ETHPH 412949. Réfugiés de Goloborda / Refugees from Goloborda
«[...] Quelques-unes ont l'air si vieux, si usé, qu'on se demande si elles sont la mère ou la grand-mère. Petits visages, couleur terreuse, yeux tristes et cernés, mines ternes de fiévreux. Que leur dire? On lâche une parole d'espérance [...].»

«[...] Some of them look so old, so worn out, you wonder if they are the mother or the grandmother. Small faces, earthy color, sad, dark, ringed eyes, dull, feverish faces. What can I tell them? We let go of a word of hope [...].»

412950

ETHPH 412950. Réfugiés de Goloborda / Refugees from Goloborda
«Nous allons voir une maison qui abrite vingt familles. Délabrée, avec ses fenêtres agrandies par le tremblement de terre, ses murs qui semblent branler, son balcon de travers. Deux chambres, l'une devant l'autre. Terre battue. Quelques nattes roulées. C'est tout.»

«We're going to see a house that houses twenty families. It is dilapidated, with its windows enlarged by the earthquake, its walls that seem to wobble, its balcony askew. Two bedrooms, one in front of the other. Clay. A few rolled up mats. That's all there is to it.»

412941

ETHPH 412941. Rassemblement de volontaires à Tirana / Gathering of volunteers in Tirana
«De mauvaises nouvelles sont arrivées. Des bandes serbes attaquent du côté de Ljuma. D’autres menacent le front du nord. De toutes les parties de l’Albanie, les volontaires affluent à Tirana. [...]. Nous les avons vus manœuvrer sur la plaine qui borde Tirana.»

«Some bad news came in. Serbian gangs are attacking on Ljuma's side. Others are threatening the northern front. Volunteers from all parts of Albania are flocking to Tirana. […]. We saw them maneuvering on the plain bordering Tirana.»

412954

ETHPH 412954. Les volontaires malessores de Kastrati / Malessore volunteers from Kastrati
«Ils descendent de leurs montagnes, ayant pour tout bagage leurs cartouchières et leur fusil, leur manteau de drap tissé.»

«They come down from their mountains, having their cartridge cases and their rifles and their cloaks of woven cloth as their baggage.»

412967

ETHPH 412967. Vieux volontaires de Bérat / Old volunteers from Bérat
«Il y en a de très vieux aux cheveux tout blancs ...»

«There are some very old ones with white hair…»

412965

ETHPH 412965. Jeunes volontaires de Bérat / young volunteers From Bérat
«... et de très jeunes, presque des enfants, dont les visages graves et timides se détournent.»

«… And very young, almost children, whose serious and shy faces turn away.»

420647

ETHPH 420647 Sur la route de Dibra / On the road to Dibra
«Ils [les volontaires] sont partis par la route de Dibra. [...]. L’orifice du défilé inscrit sur l’azur du lointain un V gigantesque. Les parois de rochers coupés nets opposent de chaque côté leurs stratifications identiques. On a l’impression d’errer dans les entrailles mêmes de la montagne, accidentellement découvertes.»

«They [the volunteers] left by the road to Dibra. […]. The opening of the parade inscribed on the azure of the distant sky a gigantic V. The sharply cut rock walls oppose on each side their identical stratifications. One has the impression of wandering in the very bowels of the mountain, accidentally discovered.»

420673

ETHPH 420673. Sur la route de Dibra / On the road to Dibra
«On approche du point culminant, à l’extrémité de la gorge. [...]. Et c’est par là que les volontaires vont rejoindre leur poste, là que s’achemine tout le ravitaillement...»

«We're approaching the highest point at the end of the throat. […]. And that's where the volunteers go to their posts, where all the supplies go...»

420671

ETHPH 420671. Col de Dibra / Dibra pass
«... c’est par là qu’on descendra les blessés et les morts.»

«... that's the way we'll take down the wounded and the dead.»