L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

Ouverte en 2009, la Médiathèque du FMAC a pour objectif l’encouragement et la diffusion de l’art vidéo à Genève. Elle réunit le Fonds André Iten, l’une des plus riches et importantes collections vidéo de Suisse, ainsi que la collection vidéo du FMAC.

Site internet du Fonds municipal d’art contemporain

Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.

Site internet du Musée Ariana

Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque, son laboratoire de recherche et ses ateliers de restauration.

Site internet des Musées d'art et d'histoire

Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.

Site internet du Musée d'ethnographie

Le Musée d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.

Site internet du Musée d'histoire naturelle
Site internet du Musée d'histoire des sciences

MEG


Le magazine du MEG   [PDF 11 Mo]

Publication

Des cadavres et des hommes ou l'art d'accommoder les restes

GAUTHIER, Jean-Gabriel. 2000. Des cadavres et des hommes ou l'art d'accommoder les restes. Nouveaux itinéraires Amoudruz N° 7. Avec une préface de Denise de Sonneville-Bordes et une postface d'Yves Coppens. Genève: Musée d'ethnographie. 204 pages. ISBN 2-88457-007-1. Prix: 25 CHF.

Commander

C'est par ce titre, pour le moins évocateur, que Jean-Gabriel Gauthier nous fait pénétrer dans le concret du devenir du corps mort. De tout temps, l'homme n'a cessé de s'abîmer devant la question de la finitude de son état et a perpétué des rites qui tentent de répondre à l'angoissante question de son devenir post-mortem. S'appuyant sur ses expériences de paléontologue et d'ethnologue, l'auteur nous entraîne sur tous les continents, de la protohistoire au monde futuriste, pour mettre en évidence les différentes façons de (di)gérer la décomposition du corps humain.

L'art thanatopraxique n'est pas né au XXe siècle et l'auteur aborde les différents procédés, de l'embaumement et de la momification à la cuisson raisonnée – les crémations et les incinérations rituelles – aux corps déchiquetés par les vautours en Inde, au cannibalisme et à l'anthropophagie accidentelle ou planifiée. Il nous conte l'horrible fin des naufragés du radeau de la Méduse, ou comment un gang gabonais mangea rituellement un professeur d'anglais à la sauce de concombre…

Au cours du temps, et pour des raisons diverses allant du simple pillage à la sacro-sainte connaissance scientifique en passant par toutes sortes de raisons peu avouables comme la nécrophilie, on a entrouvert les cercueils de pierre, déroulé les bandelettes, analysé les restes plus ou moins reconnaissables de nos aïeux. Curiosité malsaine? On découvre que les mortels ne tiennent pas forcément la vedette pour leur gloire temporelle, mais par le fait qu'ils ont échappé à la loi commune de la putréfaction. On a conservé les reliques des saints et certains souverains ont essayé de survivre en distribuant à leurs vassaux privilégiés les différentes parties de leur dépouille comme de précieux restes. Dans le monde entier, certains morceaux deviennent trophées ou sources de vie: la tête, le crâne, le cœur et le sexe sont objets de fascination et vénération parfois douteuses, comme le cœur du page Guillem servi dans une sauce forte à sa maîtresse par le mari trompé.

Le grand art de Gauthier est de nous plonger d'une manière érudite dans des rites et des techniques spécialisés, avec toujours assez de distance et d'humour pour dédramatiser le propos et nous captiver au fil des pages, comme dans un roman policier. Saviez-vous que le nom du requin, ce grand ichthyophage, viendrait de requiem? Et que la «mummia», cet asphalte mélangé à des substances aromatiques pour conserver les cadavres est aussi un bitume guérisseur? Et que la sainteté a vraiment une odeur? Êtes-vous fascinés par le regard fixé sur l'infini des corps vivants de Bouddha ou les momies péruviennes figées en position fœtale? Voulez-vous savoir comment obtenir le plus beau scalp ou réduire une tête? Et pour vous-même, choisirez-vous la thanato-capsule mise sur orbite ou la cryogénisation?

Vous trouverez les réponses dans ce formidable ouvrage écrit d'un ton léger pour des réalités qui le sont un peu moins. Très documenté, fourmillant de détails qui rendent très vivants des aspects d'un abord plutôt macabre, cet amalgame de rites et de recettes ne vous laissera pas indifférent. Plus jamais vous ne pourrez dire: «je le boufferais!» ou «j'en ferai de la chair à pâtés» sans avoir une arrière-pensée… et la gloriole vous apparaîtra bien fugace et la vanité bien impuissante face au destin inexorable qui nous attend.