MEG

Exposition

C'est de l'homme que j'ai à parler
Rousseau et l'inégalité

15 juin 2012 au 23 juin 2013
MEG | Conches

L'exposition «C'est de l'homme que j'ai à parler, Rousseau et l'inégalité» prend sa source dans le Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes. Avec ce texte que Lévi-Strauss considérait comme précurseur de l'anthropologie et de l'ethnologie modernes, Jean-Jacques Rousseau livre un point de vue neuf sur la nature humaine et sur la vie en société. Le visiteur est ici confronté à un moment-clé de la construction des grands récits qui participent aujourd'hui encore à notre connaissance de l'homme.

Audioguide

Visite commentée de l'exposition par Danielle Buyssens, commissaire de l'exposition.

Fichier mp3 [MP3 35 Mo]

Le MEG a réalisé un audioguide destiné aux personnes en situation de handicap visuel. Cet audio-guide offre un descriptif complet de la circulation, du contenu et des aspects émotionnels liés à la scénographie de l'exposition.

Fichier mp3 [MP3 51 Mo]

Robe double imaginée par Mireille Dessingy

Le partage des conditions
Robe double imaginée par Mireille Dessingy pour l'exposition, à partir des Ordonnances somptuaires genevoises (éditions de 1717 et 1722).
A gauche du zigzag blanc, le rêve qu'une patricienne pourrait caresser, à droite, la coquetterie permise à l'épouse d'un artisan.

Pour qui réfléchit sur les inégalités – inégalités sociales ou inégalités entre les peuples –, sa réponse est plus que jamais d'actualité: «vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la terre n'est à personne». Rousseau, à qui le mythe d'une Helvétie idéalement égalitaire doit tant, prend aussi position sur la colonisation, notamment à travers le livret d'un opéra inachevé qui met en scène Christophe Colomb. La génération qui suit la sienne, à la fin du XVIIIe siècle, contestera vigoureusement l'esclavage des Noirs africains, mais l'écrivain aura déjà dénoncé le mépris dans lequel est tenue la «Nigritie».

La mise en musée de l'Autre

À l'époque, les récits de voyage plus ou moins légendaires et leurs illustrations nourrissent la pensée de l'homme et des «variétés humaines». On discute des Hottentots, des Caraïbes, des coutumes et des religions de «tous les peuples», sans oublier d'y inclure le christianisme. Les premières récoltes d'objets annoncent la passion européenne pour la mise en musée de l'Autre. C'est l'occasion de réfléchir à l'articulation des différences et de l'égalité des cultures. Rousseau sait d'ailleurs aussi nous introduire à une interrogation sur notre capacité à entendre – au sens propre – les différences, en confrontant des airs chinois, suisse, canadien ou persan.

Une scénographie suggestive, présentant trésors et curiosités de nos collections européennes et extra-européennes et intégrant des créations artistiques, donne vie à ces thèmes. Le parcours commence par rendre sensible la hiérarchie sociale de la société genevoise que Rousseau a connue dans son enfance, alors que les lois somptuaires organisaient la distinction des statuts. Le visiteur est ensuite emporté jusqu'aux îles du Pacifique en passant par les Alpes et par l'Orient. À chaque étape, l'exposition met Rousseau en résonance avec ses contemporains pour interroger notre présent.

Rousseau pour tous

BFEH
Bureau fédéral de l'égalité
pour les personnes handicapées

prohelvetia
Un projet en collaboration avec le programme
Médiation Culturelle de Pro Helvetia