L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

Ouverte en 2009, la Médiathèque du FMAC a pour objectif l’encouragement et la diffusion de l’art vidéo à Genève. Elle réunit le Fonds André Iten, l’une des plus riches et importantes collections vidéo de Suisse, ainsi que la collection vidéo du FMAC.

Site internet du Fonds municipal d’art contemporain

Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.

Site internet du Musée Ariana

Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque, son laboratoire de recherche et ses ateliers de restauration.

Site internet des Musées d'art et d'histoire

Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.

Site internet du Musée d'ethnographie

Le Musée d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.

Site internet du Musée d'histoire naturelle
Site internet du Musée d'histoire des sciences

MEG


Le magazine du MEG   [PDF 14 Mo]

Archives Internationales de musique populaire

Constantin Brailoiu (1893-1958)

Constantin Brailoiu est né à Bucarest dans une famille aristocratique originaire d'Olténie. À l'âge de 14 ans, il part à Vienne, puis en Suisse romande et à Paris pour y suivre une formation musicale : il se destine alors à une carrière de compositeur, comme en témoignent quelques œuvres de jeunesse. De retour en Roumanie en 1914, il enseigne l'histoire de la musique et l'esthétique musicale à l'Académie royale de musique. Mais la découverte des musiques populaires rurales de sa Roumanie natale allait bouleverser sa carrière et progressivement l'orienter vers ce qu'on appelait à l'époque le folklore musical.

Constantin Brailoiu

Constantin Brailoiu enregistrant sur phonographe le joueur de cornemuse Gheorghe Musuleac
Village de Fundu-Moldovei, Bucovine, Roumanie, 1928
Photo: Iosif Berman, archives AIMP, Genève

Constantin Brailoiu est né à Bucarest dans une famille aristocratique originaire d'Olténie. À l'âge de 14 ans, il part à Vienne, puis en Suisse romande et à Paris pour y suivre une formation musicale : il se destine alors à une carrière de compositeur, comme en témoignent quelques œuvres de jeunesse. De retour en Roumanie en 1914, il enseigne l'histoire de la musique et l'esthétique musicale à l'Académie royale de musique. Mais la découverte des musiques populaires rurales de sa Roumanie natale allait bouleverser sa carrière et progressivement l'orienter vers ce qu'on appelait à l'époque le folklore musical.

En 1928, il crée à Bucarest les Archives de folklore de la Société des compositeurs roumains. La même année, il intègre l'« équipe sociologique » du professeur Dimitrie Gusti, au sein de laquelle il effectue ses premières enquêtes de terrain dans les villages roumains : Fundu Moldovei en Bucovine (dès 1928), puis Dragus en Transylvanie (dès 1929) et enfin Runcu en Olténie (dès 1930).

Les années suivantes, Brailoiu multiplie les collectes musicales dans toutes les régions de Roumanie, développant sur cette base une pensée et une œuvre scientifique d'une acuité remarquable. Sa première publication importante, Esquisse d'une méthode de folklore musical, parue en 1931, marque un tournant dans le développement de cette discipline qui s'appelera par la suite l'ethnomusicologie. Elle sera suivie de nombreuses autres sur des questions aussi variées que les rythmes, les échelles musicales, la poésie chantée, les rites funéraires ou la création musicale collective.

En 1943, Brailoiu est nommé conseiller culturel auprès de la Légation roumaine à Berne. Sentant la situation politique de son pays se détériorer, il décide de rester en Suisse : il ne retournera en fait plus jamais dans sa chère Roumanie natale. À Genève, il rencontre Eugène Pittard, alors directeur du Musée d'ethnographie, avec qui il fonde l'année suivante les Archives internationales de musique populaire (AIMP). En 1948, il devient également maître de conférence au CNRS à Paris. Il est dès lors invité à participer à de nombreux colloques dans toute l'Europe.

Brailoiu consacre les quinze dernières années de sa vie à un travail titanesque : accumuler à Genève des enregistrements de musiques du monde entier, à partir desquelles il édite notamment sa fameuse Collection universelle de musique populaire enregistrée (1951-1958), une série de 40 disques 78 tours aujourd'hui rééditée en CD. Ses écrits les plus importants datent aussi de cette époque, de même que ses dernières missions sur le terrain (en Macédoine, aux Asturies et dans le Banat yougoslave). Il décède à Genève le 20 décembre 1958.

Brailoiu est à juste titre considéré comme un des pères de l'ethnomusicologie contemporaine. Ses écrits majeurs ont été réunis en 1973 dans un livre, Problèmes d'ethnomusicologie, considéré comme un des grands classiques de la discipline. Quant aux archives qu'il a fondées à Genève, elles n'ont cessé de s'accroître, constituant aujourd'hui un des fonds documentaires ethnomusicologiques les plus importants d'Europe.