L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

Ouverte en 2009, la Médiathèque du FMAC a pour objectif l’encouragement et la diffusion de l’art vidéo à Genève. Elle réunit le Fonds André Iten, l’une des plus riches et importantes collections vidéo de Suisse, ainsi que la collection vidéo du FMAC.

Site internet du Fonds municipal d’art contemporain

Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.

Site internet du Musée Ariana

Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque, son laboratoire de recherche et ses ateliers de restauration.

Site internet des Musées d'art et d'histoire

Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.

Site internet du Musée d'ethnographie

Le Musée d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.

Site internet du Musée d'histoire naturelle
Site internet du Musée d'histoire des sciences

MEG


Le magazine du MEG   [PDF 11 Mo]

Objet

ETHOC 008937

008937

Ornement de proue de pirogue ‘au’au ou pihao
Polynésie française, îles Marquises
Bois. H 23 cm
Avant 1800
Dépôt d’Eugène Pittard en 1921; donné par son fils Jean-Jacques en 1966
MEG Inv. ETHOC 008937

Tiki est le terme polynésien utilisé pour désigner la représentation de la figure humaine, mais c’est également le nom propre d’un lointain ancêtre, un demi-dieu qui engendra les premiers humains, inventa la sculpture et les arts en général. Les tiki sont nus, presque tous masculins, avec des caractéristiques communes: une tête large, presque rectangulaire, de grands yeux circulaires dominés par de larges arcades sourcilières qui se rejoignent au-dessus de la racine du nez, une bouche stylisée par plusieurs lignes en relief figurant les lèvres et la langue. Ils peuvent faire l’objet de grandes sculptures de pierre ou de bois, mais on les retrouve aussi sur beaucoup d’objets de la vie quotidienne: poinçons ou ornements d’oreille, colliers, manches d’éventail, bâtons de chef, étriers d’échasse, ornements de pirogue, têtes de pilons, tambours, etc.

Cet ornement de proue de pirogue – un objet exceptionnel – porte trois tiki: le premier domine la composition, les deux autres, sans tête, forment une sorte d’extension de ses jambes. Pour des occasions spéciales, cet ornement était fixé à la proue d’une pirogue au moyen de deux trous situés de chaque côté du personnage principal. Il était ainsi censé offrir une protection aux marins.

Des vingt-huit spécimens répertoriés dans les collections du monde entier, celui du MEG est considéré par les spécialistes comme l’un des plus originaux.

L'image ci-dessus est soumise à un copyright.
Droits de reproduction photographique

L'art de la navigation

Les îles du Pacifique furent explorées et peuplées sans aucun instrument de navigation, à l’aide d’une technologie nautique sophistiquée basée sur l’observation des phénomènes naturels: la lecture de la mer, du ciel, des vents et de la terre, l’interprétation de leurs indices et la mémorisation de leurs variations. Aux yeux des peuples océaniens, l’océan n’était pas vide, mais rempli de signes pour s’orienter, d’indicateurs de terres invisibles. L’océan n’était pas un obstacle, mais un chemin reliant des îles.

Au cours des dernières décennies s’est manifesté un grand regain d’intérêt pour l’art de la navigation, devenu un moyen pour réaffirmer leur identité et leur héritage ancestral commun.

Ressources

Multimédia

Bibliographie

  • FUERST, René. 1988. Navigateurs des mers du Sud. Catalogue d'exposition. Genève: Musée d'ethnographie., 134-135
  • Gunn, Michael. 2014. Atua: Sacred Gods from Polynesia. Canberra: National Gallery of Australia, 132-135
  • Colombo Dougoud, Roberta. 2014. Les collections Océanie. In: Regards sur les collections. Genève: Musée d'ethnographie de Genève, 236-237