L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

Ouverte en 2009, la Médiathèque du FMAC a pour objectif l’encouragement et la diffusion de l’art vidéo à Genève. Elle réunit le Fonds André Iten, l’une des plus riches et importantes collections vidéo de Suisse, ainsi que la collection vidéo du FMAC.

Site internet du Fonds municipal d’art contemporain

Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.

Site internet du Musée Ariana

Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque, son laboratoire de recherche et ses ateliers de restauration.

Site internet des Musées d'art et d'histoire

Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.

Site internet du Musée d'ethnographie

Le Musée d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.

Site internet du Musée d'histoire naturelle
Site internet du Musée d'histoire des sciences

MEG


Le magazine du MEG   [PDF 11 Mo]

Objet

ETHOC 010205

010205

Crâne surmodelé malagan marratampirivit
Papouasie-Nouvelle-Guinée, Nouvelle-Irlande
Début du 19e siècle
Crâne humain, mastic Parinarium laurinum, matériau végétal, coquillage (Cypraea tigris), opercule de Turbo petholatus, pigments. H 20 cm
Acquis d’Arthur Speyer en 1924
MEG Inv. ETHOC 010205

Le rituel funéraire traditionnel prévoyait diverses formes de traitement du corps, qui pouvait être inhumé ou incinéré. Mais on avait auparavant prélevé le crâne, qui était conservé dans une enveloppe de feuillages et déposé dans une fosse au-dessus de laquelle on plantait un végétal particulier à croissance rapide, symbole de fertilité. Plusieurs semaines après, le crâne était exhumé, surmodelé avec un mélange de terre et de résine, puis peint et exposé sur un présentoir lors de cérémonies. La fixité terrifiante des yeux, réalisés avec des opercules de coquillages Turbo petholatus, rappelle que ces crânes étaient «assemblés pour faire peur», traduction littérale de malagan marratampirivit.
Cette œuvre est considérée par les spécialistes comme extraordinaire.

L'image ci-dessus est soumise à un copyright.
Droits de reproduction photographique

Les malagan de Nouvelle-Irlande

Dans la moitié nord de l’île de Nouvelle-Irlande et dans les îles avoisinantes, la mort d’un membre éminent déclenche un cycle de rites funéraires appelés malagan qui s’achève quelques années après son décès. La cérémonie finale, avec des danses et la distribution de dons, culmine avec l’exposition de sculptures réalisées pour l’occasion. Après leur dévoilement, les œuvres sont détruites ou abandonnées à une dégradation naturelle.

Du terrain aux collections

À la fin du 19e siècle, un nombre étonnant de malagan apparaissent dans les collections. Une fois les cérémonies achevées, les sculptures ne sont plus efficaces et à la place d’être détruites ou abandonnées, elles sont vendues aux Européens. Célèbres pour la profusion et l’enchevêtrement foisonnant des motifs, les malagan se distinguent par leur richesse et variété stylistique. Ils ne fascinent pas seulement les explorateurs et les scientifiques mais également les artistes du début du 20e siècle, notamment les expressionnistes allemands et les surréalistes français qui trouvent dans ces formes artistiques une source d’inspiration.

Aujourd’hui, on recense plus de 25’000 œuvres de Nouvelle-Irlande dans les collections publiques et privées.

L’artiste surréaliste André Breton dans son atelier à Paris avec un masque de Nouvelle-Irlande. Photographie d’Edouard Boubat, 1956 © Gamma Rapho / Getty Images

Ressources

Les restes humains
Multimédia

Bibliographie

  • Colombo Dougoud, Roberta. 2014. Les collections Océanie. In: Regards sur les collections. Genève: Musée d'ethnographie de Genève, 228-229
  • Gunn, Michael et Philippe Peltier (dir.). 2007. Nouvelle-Irlande. Arts du Pacifique Sud. Paris: Musée du quai Branly, 5 Continents
  • Derlon, Brigitte. 1997. De mémoire et d'oubli. Anthropologie des objets malanggan de Nouvelle-Irlande. Paris, CNRS Éditions/Éditions de la Maison des sciences de l'homme