L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

Ouverte en 2009, la Médiathèque du FMAC a pour objectif l’encouragement et la diffusion de l’art vidéo à Genève. Elle réunit le Fonds André Iten, l’une des plus riches et importantes collections vidéo de Suisse, ainsi que la collection vidéo du FMAC.

Site internet du Fonds municipal d’art contemporain

Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.

Site internet du Musée Ariana

Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque, son laboratoire de recherche et ses ateliers de restauration.

Site internet des Musées d'art et d'histoire

Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.

Site internet du Musée d'ethnographie

Le Musée d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.

Site internet du Musée d'histoire naturelle
Site internet du Musée d'histoire des sciences

MEG


Le magazine du MEG   [PDF 11 Mo]

Objet

ETHAF 011956

011956

Figure de reliquaire bwete
Gabon ou République du Congo, région de Sibiti
Aire culturelle bakota, sous-groupes mindassa ou bawumbu. 19e siècle ou début du 20e siècle
Bois, cuivre, laiton, fer. H 47,5 cm
Acquis en 1929 d’Émile Molly, ingénieur-géologue en Afrique pour la Compagnie générale des Colonies,
et ancien élève du prof. Pittard. Échangé contre des pièces éthiopiennes qu’il avait précédemment offertes.
MEG Inv. ETHAF 011956

De nombreux groupes de la grande aire culturelle bakota qui s’étend de l’Invido à la région du Haut-Ogooué pour déborder la frontière congolaise ont, jusqu’au début du 20e siècle, vénéré les ancêtres lignagers en préservant leurs crânes dans des paniers surmontés par des statuettes.
La figure protectrice du bwete kota se résume à un visage encadré par une coiffure empreinte de géométrie et soutenu par une structure losangée qui se trouve fichée dans le panier reliquaire. À travers les multiples variantes d’un style hautement symbolique parfois proche de l’abstraction, cette sculpture bidimensionnelle est composée d’une âme de bois sertie de plaques et de fils de laiton et de cuivre. Celle présentée ici appartient au groupe des figures au visage concave sous un front convexe lui-même encadré par une coiffure enveloppante présentant des lobes latéraux mais démunie de cimier. On aperçoit encore la trace des pupilles, des plaques de métal en amande aujourd’hui disparues.
Les paniers reliquaires se trouvaient réunis par grands lignages dans une hutte à usage rituel. Des offrandes étaient présentées aux ossements des ancêtres lors de cérémonies d’ostentation des paniers-reliquaires, pendant lesquelles les chefs de famille récitaient la généalogie des clans.

L'image ci-dessus est soumise à un copyright.
Droits de reproduction photographique

Le Gabon du pasteur missionnaire Fernand Grébert

Les statues de reliquaires et les masques gabonais sont des icônes de l’«art primitif» inventé par les artistes occidentaux au début du 20e siècle. Parallèlement, au cœur de l’Afrique équatoriale colonisée, disparaissaient nombre des pratiques religieuses et culturelles initiatrices de ces traditions. C’est dans ce contexte que le pasteur Grébert entreprit une grande collecte ethnographique dans le Moyen-Ogooué, dont le MEG fut l’un des bénéficiaires.

Le culte des reliques

Les musées n’offrent souvent au regard du visiteur qu’un élément fragmentaire – la statuette – du reliquaire tel qu’il avait été conçu jusqu’au début du 20e siècle en Afrique équatoriale, du Cameroun jusqu’au Congo. Au Gabon, La vénération des reliques d’ancêtres Bwete dans l’aire bakota et son équivalent fang, le Byeri, étaient tous deux des cultes lignagers. Gardien des généalogies du clan, le chef de famille devenait l’intercesseur auprès des ancêtres pour assurer le bien-être de sa communauté, donc le responsable de l’entretien de leurs ossements par les sacrifices nourriciers et le soin apporté à leur reliquaire.

Bibliographie

  • Wastiau, Boris. 2008. Medusa en Afrique. La sculpture de l’enchantement. Genève : MEG ; Milan : 5 Continents Editions., 187, MEG ET AF 4614