L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

Ouverte en 2009, la Médiathèque du FMAC a pour objectif l’encouragement et la diffusion de l’art vidéo à Genève. Elle réunit le Fonds André Iten, l’une des plus riches et importantes collections vidéo de Suisse, ainsi que la collection vidéo du FMAC.

Site internet du Fonds municipal d’art contemporain

Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.

Site internet du Musée Ariana

Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque, son laboratoire de recherche et ses ateliers de restauration.

Site internet des Musées d'art et d'histoire

Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.

Site internet du Musée d'ethnographie

Le Musée d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.

Site internet du Musée d'histoire naturelle
Site internet du Musée d'histoire des sciences

MEG


Le magazine du MEG   [PDF 11 Mo]

Objet

ETHEU 017516

017516

Couteau-tranchoir
Suède, comtés de Norrbotten, Västerbotten et Jämtland
Début du 20e siècle
Corne, cuir et os de renne
L 26 cm, l 21 cm, ép. 3.5 cm
Collection Alfred Bertrand, don d’Alice Bertrand en 1940
MEG Inv. ETHEU 017516


Entre l’Europe et l’Asie prospèrent trois sous espèces de renne, le Tarandus Tarandus (de la Scandinavie jusqu’en Sibérie), le Tarandus fennicus (Carélie et Finlande) et le Tarandus platyrhynchus (archipel de Spitzberg et nord de la Norvège). Il s’agit d’un animal robuste pouvant peser jusqu’à 180 kg pour un mâle adulte pour une taille moyenne de 1,30 m au garrot. Les poils de son pelage brun-gris, sont creux pour mieux l’isoler du froid et le faciliter dans la nage. Aussi bien les mâles que les femelles portent des bois recouverts de « velours » tégumentaire et les sabots son large et souples pour la marche, le pelletage dans la neige et la nage. Le renne se nourrit d’herbes, de buissons, d'écorces et de lichens typiques des environnements froids aux sols acides et pauvres. Son adaptation à l’environnement et au climat est exceptionnelle.

Notamment l’organisme du renne permet de synchroniser leurs fonctions physiologiques avec cet environnement si particulier, qui présente des variations annuelles saisonnières exceptionnelle de tous les paramètres (de la photopériode, de la température et de de la disponibilité de nourriture…)
Pour être efficaces, les adaptations physiologiques des rennes doivent précéder les changements climatiques ; ainsi ces animaux ne possèdent pas un métabolisme à rythme circadien, mais modulent leur fonction métabolique en raison de la photopériode, grâce à la sécrétion de l’hormone de la mélatonine.

Pendant l’hiver le renne utilise principalement la graisse de son corps pour la production d’énergie et de chaleur. Le manque de protéines du régime alimentaire est compensé par une particularité métabolique du rumen qui évite l’appauvrissement des réserves musculaires de l’animal.

Même la gestation du renne est contrôlée par le rythme saisonnier de la mélatonine.
La période de rut advient à l’automne et la gestation se poursuit pendant l'hiver. Pour augmenter les possibilités de survie des petits, il est important qu’au printemps les accouchement soient synchronisé. C’est ainsi que la longue grossesse a une durée variable comprise entre 203 et 240 jours de gestation. Ainsi les femmes qui s’accouplent plus tard dans la saison auront des gestations plus courtes et vice versa.

(Francesca Tamarozzi)

L'image ci-dessus est soumise à un copyright.
Droits de reproduction photographique

L’équilibre du travail

Les sociétés peu mécanisées de l’Europe préindustrielle partagent une même éthique du travail fondée sur la responsabilité individuelle et la solidarité collective. Dans ces communautés agricoles et artisanales, le corps - humain et animal - est le premier et parfois unique outil à disposition: son habileté et sa constance sont des atouts essentiels dans une économie précaire. Savoir ménager et utiliser sa force permet un certain épanouissement.

L’élevage du renne

Les Sami sont une population vivant autrefois entre la péninsule de Kola, la Norvège, le nord de la Finlande et de la Suède. Jadis nomades, ils se sont sédentarisés au 19e siècle. Ils pratiquent toujours la chasse, la pêche et l’élevage des rennes. Traditionnellement, les cervidés fournissent l’alimentation de base et les matières premières. Dans les relations avec le milieu naturel, les Sami reconnaissent un rapport d’échange entre humains et animaux.