L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

Ouverte en 2009, la Médiathèque du FMAC a pour objectif l’encouragement et la diffusion de l’art vidéo à Genève. Elle réunit le Fonds André Iten, l’une des plus riches et importantes collections vidéo de Suisse, ainsi que la collection vidéo du FMAC.

Site internet du Fonds municipal d’art contemporain

Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.

Site internet du Musée Ariana

Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque, son laboratoire de recherche et ses ateliers de restauration.

Site internet des Musées d'art et d'histoire

Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.

Site internet du Musée d'ethnographie

Le Musée d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.

Site internet du Musée d'histoire naturelle
Site internet du Musée d'histoire des sciences

MEG


Le magazine du MEG   [PDF 11 Mo]

Objet

ETHAF 018084

018084

Appui-tête mosama
Lozi. Zambie, Western Province, Barotseland
Fin du 19e ou début du 20e siècle
Bois. H 15 cm
Collection Alfred Bertrand. Don d’Alice Bertrand en 1940.
Collecté par l’explorateur au Haut-Zambèze entre 1895 et 1909
MEG Inv. ETHAF 018084

Cet appui-nuque est reproduit en page 109 de Au pays des Ba-Rotsi, le récit qu'Alfred Bertrand publia en 1898 de son exploration de l'Afrique australe, jusqu'aux sources du Zambèze. À la lecture des observations faites par l'auteur au sujet de cet "oreiller", les dépôts huileux suintant du bois sur sa surface d'appui prennent tout leur sens car ils résultent du contexte d'utilisation de cet objet. Cette patine est conservée comme une trace d'usage et doit donc être préservée :
Voici près de moi des hommes dont chaque touffe de cheveux est terminée par un cône régulier de pâte brune, composée d'arachides écrasées. C'est un moyen, selon eux, de faire pousser leur chevelure; la préparation de cette coiffure demande deux jours et doit durer plusieurs semaines; aussi, sacrifiant leurs aises à leur vanité, se servent-ils comme "oreiller" d'un petit chevalet de bois, qui rappelle celui qu'emploient les Japonais. (Bertrand 1898 p. 110)



Le célèbre voyageur genevois Alfred Bertrand (1856-1924), débute le grand tour du monde que sera sa vie en sillonnant l’Afrique australe jusqu’à atteindre, au-delà du fleuve Zambèze, le « seuil de l’Afrique centrale ». Ainsi, entre 1895 et 1909, le capitaine Bertrand récolta lors de ses traversées « des pays ba-Souto, ba-Rotsi, des Matebeleland et Mashonaland » de nombreux objets de conception traditionnelle ou copiés sur des modèles européens. Il notait, dans une démarche de transmission exceptionnelle pour son époque, le nom vernaculaire de l’objet, son usage, le lieu, la date de son acquisition, ainsi que l’identité des artistes qu’il croisait dans les stations missionnaires. D’ailleurs, Alfred Bertrand fit « collection » et exhiba, lors de l’Exposition nationale suisse (1896) puis dans son musée personnel, les trésors d’Afrique et d’Asie qu’il avait réunis, à l’appui d’un inventaire. Outre ses trophées de chasse, il en rapporta d’importantes collections ethnographiques (presque cinq cents pièces) qu’il était s’efforcé de documenter.
Le fonds Bertrand entre au MEG en 1941; il témoigne de la pénétration des missions chrétiennes en Afrique australe.

L'image ci-dessus est soumise à un copyright.
Droits de reproduction photographique

L'Afrique orientale et australe

Plus de 700 pièces, instruments du quotidien, armes, parures et objets de prestige à caractère diplomatique témoignent au MEG des liens solides établis entre les royaumes d’Afrique australe et les missionnaires protestants qui investirent cet immense territoire dès la seconde moitié du 19e siècle. Dans le sillage de David Livingstone, ces explorateurs-cartographes, mais avant tout hommes de Dieu, essaimèrent les stations missionnaires.

Les objets ambassadeurs

Lors de son expédition en Afrique australe en 1895, le voyageur genevois Alfred Bertrand franchit, en compagnie d’officiers anglais, «le seuil de l’Afrique centrale» au-delà du fleuve Zambèze et découvre le royaume des Barotsé. Il reçoit de nombreux présents des chefs locaux en signe de bienvenue et leur offre à son tour des objets de troc qu’il avait emportés. Ces «objets de prestige» constituaient pour les chefs des sociétés nouvellement sous influence missionnaire et bientôt sous contrôle colonial, des cadeaux «diplomatiques». Bertrand a présenté ses collections et ses trophées de chasse lors de l’exposition nationale de 1896 à Genève.

Bibliographie

  • Bertrand, Alfred. 1898. Au pays des Ba-Rotsi : Haut-Zambèze : voyage d'exploration, en Afrique et retour par les chutes Victoria, le Matébéléland, le Transvaal, Natal, Le Cap. Paris : Hachette, p. 110, MEG AF 317