L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

Ouverte en 2009, la Médiathèque du FMAC a pour objectif l’encouragement et la diffusion de l’art vidéo à Genève. Elle réunit le Fonds André Iten, l’une des plus riches et importantes collections vidéo de Suisse, ainsi que la collection vidéo du FMAC.

Site internet du Fonds municipal d’art contemporain

Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.

Site internet du Musée Ariana

Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque, son laboratoire de recherche et ses ateliers de restauration.

Site internet des Musées d'art et d'histoire

Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.

Site internet du Musée d'ethnographie

Le Musée d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.

Site internet du Musée d'histoire naturelle
Site internet du Musée d'histoire des sciences

MEG


Le magazine du MEG   [PDF 11 Mo]

Objet

ETHAF 019418

019418

Corne divinatoire
Cameroun, Grassfields, Bangangté
Royaumes « bamileke ». Fin du 19e siècle - 20e siècle
Corne, cuir, miroir, plumes, étoffe, cauris. L 66 cm
Don du missionnaire Jean Rusillon en 1943
MEG Inv. ETHAF 019418

Comme le précise le registre d'inventaire du musée d’après une description vraisemblablement transmise par le donateur Jean Rusillon, il s’agit d’une corne divinatoire et non protectrice provenant du village dit "bamileke" de Bangangté.
Les deux miroirs incrustés permettraient au devin de "voir" les individus placés à sa droite et à sa gauche. La corne contiendrait des poils, des griffes et du sang de léopard, un animal "totémique" exclusivement réservé à la chefferie.

L'image ci-dessus est soumise à un copyright.
Droits de reproduction photographique

Ambivalences de la collecte missionnaire

À l'origine, le mouvement missionnaire visait à propager la foi chrétienne et à éradiquer ce qu'il considérait comme des «superstitions». Quand les «idoles» des croyances combattues n'étaient pas détruites avec elles, on les envoyait en Europe illustrer «l'erreur» vaincue. On donnait aussi des exemples de la moralisation des mœurs des populations converties. Ces expositions édifiantes devaient encourager les fidèles à financer l'œuvre des missionnaires.

Missionnaires

Tahiti – Temple de Papeete, photographie vers 1880. Don du prof. Tissot au Musée des Missions (inv. N° 71) ©MEG Inv. ETHOC 004766
Fondé en 1876 par la Société des missions évangéliques de Genève, le Musée des Missions était riche en photographies, dont bien peu nous sont parvenues. Celle-ci fait partie d’un petit ensemble témoignant des progrès de l’évangélisation à Tahiti, donné par David Tissot (1824-1900), professeur à l'Ecole de Théologie de Genève et membre du comité auxiliaire genevois de la Société des missions évangéliques de Paris. Tissot était en relation avec le pasteur Jean-Frédéric Vernier, missionnaire à Papeete. C’est dans ce temple d’une simplicité toute protestante qu’était utilisée la coupe de communion présentée dans l’actuelle exposition du MEG (Inv. ETHOC 005519).