L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

Ouverte en 2009, la Médiathèque du FMAC a pour objectif l’encouragement et la diffusion de l’art vidéo à Genève. Elle réunit le Fonds André Iten, l’une des plus riches et importantes collections vidéo de Suisse, ainsi que la collection vidéo du FMAC.

Site internet du Fonds municipal d’art contemporain

Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.

Site internet du Musée Ariana

Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque, son laboratoire de recherche et ses ateliers de restauration.

Site internet des Musées d'art et d'histoire

Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.

Site internet du Musée d'ethnographie

Le Musée d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.

Site internet du Musée d'histoire naturelle
Site internet du Musée d'histoire des sciences

MEG


Le magazine du MEG   [PDF 11 Mo]

Objet

ETHAF 021934

021934

Défense sculptée d’autel royal
Nigeria, royaume de Bénin
Edo. Vers 1735, règne de Oba Eresonyen.
Ivoire, traces de brûlures. H 155 cm, Ø 12 cm.
Acquise en 1949 auprès de la galerie Berkeley de Londres. Saisie pendant le sac de la ville de Bénin en 1897.
MEG Inv. ETHAF 021934

Cette majestueuse défense d’éléphant, sculptée pour orner un autel edo consacré aux ancêtres royaux, est l’une des plus anciennes conservées en Europe. Elle est emblématique d’un art de cour étroitement lié à l’Oba , le puissant souverain du royaume de Bénin, jadis influent et prospère.

D’après la spécialiste Barbara W. Blackmun, il s’agirait de l’une des premières défenses entièrement sculptées ; les motifs qui la couvrent honorent vraisemblablement Oba Akenzua I, monarque guerrier et père d’Eresonyen.

Brûlée sur l’une de ses faces, la défense porte les stigmates du grand incendie qui détruisit presque entièrement la cité de Bénin lors de l’expédition punitive britannique de 1897. En effet, de nombreuses défenses qui avaient été descendues de plusieurs des autels ancestraux ont été gravement brûlées. Elles avaient été ensuite couchées à même le sol dans une cour centrale extérieure du palais de l’Oba, non loin d’un bâtiment royal abritant désormais un hôpital pour les soldats blessés britanniques. Un vent puissant, l’harmattan, se leva et les bâtiments palatiaux en bois prirent feu. Les patients de l’hôpital furent évacués mais certaines des défenses placées les plus près des bâtiments en feu furent sévèrement brulées. Cette carbonisation rend difficile la lecture des motifs sculptés en surface. Comme des milliers d’autres objets royaux, la défense appartenant aux collections du MEG fut saisie par le corps expéditionnaire, puis vendue à Londres.

Au royaume de Bénin, l’Oba est considéré par ses sujets comme un être divin aux fonctions sacrées. Son fils aîné et successeur installe sur l’autel ancestral dédié aux mânes royaux les pièces commémoratives qui ont été commandées aux corporations d’artisans bronziers et ivoiriers installés dans la cité : des bâtons hochets, des cloches, des épées de cérémonies, des plaques et notamment des têtes en laiton (dites « en bronze ») au sommet desquelles une ouverture est pratiquée pour y insérer la base d’une défense d’éléphant ornée d’une iconographie complexe en champlevé. Les personnages représentés sur la courbure extérieure de la défense sont les plus importants. Ils célèbrent les conquêtes victorieuses du royaume de Bénin. La figure principale, au centre de la défense, est l’Oba Ozula I le Conquérant. A ses côtés se trouvent des personnages militaires à la fois edo, mais également européens. En effet, les Portugais et les Hollandais avaient prêté main forte, dès le 15e siècle, aux rois de Bénin pour étendre et protéger leur royaume. Ainsi, on reconnaît des négociants et des guerriers hollandais dans les personnages à cheval ou les archers. D’autres registres mettent en scène des prêtres, des serviteurs, des marchands, des musiciens ou encore des figures animales de léopards, de crocodiles, de poissons, d’oiseaux, etc. La figure héraldique à queue de poisson et coiffée d’une couronne d’où jaillissent deux crocodiles est une référence aux anciens souverains de Bénin déifiés.

Les autels consacrés aux rois edo de Bénin se trouvaient autrefois dans des enclos séparés composant un sanctuaire, à l’intérieur de l’enceinte palatiale. Après le sac de la cité, l’Oba Ewaka II, remonté sur le trône, réunit tous les autels ancestraux et les fit rénover. La mémoire des dynasties royales fut ainsi restaurée dans sa permanence, gage essentiel de la préservation de l’identité des Edo en tant que nation malgré les assauts de la colonisation. En 1979 fut couronné Erediauwa, le 38eme Oba de Bénin.

L'image ci-dessus est soumise à un copyright.
Droits de reproduction photographique

Edo et Yoruba au Nigeria

L’identité «yoruba» recouvre une langue et différents peuples de la région d’Afrique occidentale située entre le cours moyen du Niger et la côte atlantique, entre le Nigeria et le Bénin. Oduduwa, la divinité originelle yoruba, régna sur la cité mythique d’Ifè, lieu de la création du monde. Il est l’ancêtre de tous les souverains des royaumes yoruba (Oyo, Owo, Kétou, etc.) et du royaume edo de Bénin après la chute de la dynastie des Ogiso.

Le royaume edo de Benin

Au 16e siècle, le puissant royaume de Bénin (Benin City) étendait son influence de Ouidah (au Bénin) jusqu’au delta du Niger (Nigeria). La dynastie qui règne encore de nos jours, descend du prince d’Ifè, Oranmiyan, souverain de la cité de Bénin au 13e siècle. Dès le 15e siècle, les Portugais y établirent un commerce florissant: armes à feu, laiton et produits de luxe s’échangeaient contre les esclaves, les poivres et l’ivoire. Les relations commerciales et diplomatiques avec l’Europe cessèrent pour faire place à la colonisation lorsqu’en 1897, la capitale du royaume fut incendiée et pillée par les Britanniques.

Ressources

Multimédia