L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

Ouverte en 2009, la Médiathèque du FMAC a pour objectif l’encouragement et la diffusion de l’art vidéo à Genève. Elle réunit le Fonds André Iten, l’une des plus riches et importantes collections vidéo de Suisse, ainsi que la collection vidéo du FMAC.

Site internet du Fonds municipal d’art contemporain

Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.

Site internet du Musée Ariana

Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque, son laboratoire de recherche et ses ateliers de restauration.

Site internet des Musées d'art et d'histoire

Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.

Site internet du Musée d'ethnographie

Le Musée d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.

Site internet du Musée d'histoire naturelle
Site internet du Musée d'histoire des sciences

MEG


Le magazine du MEG   [PDF 11 Mo]

Objet

ETHAF 033987

033987

Figure féminine
RD Congo, nord Ituri
Zande-Mangbetu. Fin du 19e- début du 20e siècle
Bois (Uncaria sp.). H 71 cm
Acquise des marchands-collectionneurs parisiens Pierre et Suzanne Vérité en 1968
MEG Inv. ETHAF 033987

Les marchands Pierre et Suzanne Vérité, rejoints par leur fils Claude dans les années cinquante, sont connus pour la qualité des œuvres qu’ils proposaient dans leur galerie Carrefour, ouverte en 1937 au boulevard Raspail à Paris. On souligne volontiers le regard d’artiste que Pierre Vérité, peintre lui-même, posait sur les «bois noirs» qu’il privilégiait et qui provenaient, directement ou à travers un autre marchand, de l’espace colonial sans être jamais documentés. L’appellation d’art «primitif» renvoie de manière générale les auteurs de ces sculptures à un anonymat qui se perd dans une nuit intemporelle et qui laisse le champ libre au pouvoir créateur du marchand découvreur.

La statuaire zande-mangbetu présente des décorations corporelles faites de grandes lignes courbes parcourant le cours nu. Ces décorations se rapportent à une peinture de la peau autrefois courante. Les femmes mangbetu et celles de diverses formations sociales et culturelles apparentées, comme les Makere (Congo, dans le nord Ituri), se peignaient et se paraient en fonction des circonstances. La décoration de la peau avec des lignes et des points était largement répandue parmi les ethnies de la région.

Dans cette même population, les crânes des enfants étaient déformés au cours de leur première année de vie et ce jusqu’à l’âge de dix-huit mois grâce à un gainage de cordelettes, ce qui avait en outre pour effet de brider les yeux des sujets, dont la physionomie était ainsi définitivement transformée. On retrouve très clairement ces éléments dans la sculpture anthropomorphe. Comme la peinture corporelle, cette pratique fut partagée par la plupart des sociétés de la région – Barambo, Makere, Zande, Mangbetu, Budu, Mayogo, Lese, Mamvu, Medje -, groupes qui comptaient tous parmi eux des sculpteurs qui à un moment ou à un autre représentèrent ces crânes allongés et les coiffures zande et mangbetu qui leur étaient associées.

L'image ci-dessus est soumise à un copyright.
Droits de reproduction photographique

L'économie du pittoresque

Dans leurs aspects pittoresques, folklore et exotisme particularisent un Nous et des Autres. À la fin du 19e siècle, la vogue des identités résonne à Genève dans l'offre des antiquaires locaux comme à l'occasion de l'Exposition nationale suisse de 1896.

Réseaux coloniaux des musées d'ethnographie

L'ethnographie et ses musées se sont d'abord développés dans le contexte de la colonisation. Même les musées suisses ont eu recours aux marchés français, belge ou allemand. C'est là qu'on trouvait les pièces spectaculaires capables de positionner un musée sur la scène internationale.