L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

Ouverte en 2009, la Médiathèque du FMAC a pour objectif l’encouragement et la diffusion de l’art vidéo à Genève. Elle réunit le Fonds André Iten, l’une des plus riches et importantes collections vidéo de Suisse, ainsi que la collection vidéo du FMAC.

Site internet du Fonds municipal d’art contemporain

Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.

Site internet du Musée Ariana

Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque, son laboratoire de recherche et ses ateliers de restauration.

Site internet des Musées d'art et d'histoire

Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.

Site internet du Musée d'ethnographie

Le Musée d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.

Site internet du Musée d'histoire naturelle
Site internet du Musée d'histoire des sciences

MEG


Le magazine du MEG   [PDF 11 Mo]

Objet

ETHAF 039620

039620

Masque epa de type Janus surmonté d’une figure équestre
Nigeria, région du Sud-Ouest
Yoruba Ekiti. 19e - première moitié du 20e siècle
Bois, pigments. H 138 cm Ø 68 cm
Acquis de Suzanne et Pierre Vérité à Paris en 1978
MEG Inv. ETHAF 039620

Au nord du pays Ekiti les masques-heaumes monumentaux dansent à la fin du festival annuel Epa qui célèbre la régénération des principes fondamentaux de la société sous l’égide des grands ancêtres et des divinités tutélaires. La sculpture monoxyle juchée sur la plate-forme du masque représente probablement une prêtresse Eyelashe à cheval et entourée de sa suite de musiciens, guerriers, adeptes, etc. Elle porte une coiffure royale et tient dans sa main droite un chasse mouche rituel, insigne de son pouvoir.

L'image ci-dessus est soumise à un copyright.
Droits de reproduction photographique

Edo et Yoruba au Nigeria

L’identité «yoruba» recouvre une langue et différents peuples de la région d’Afrique occidentale située entre le cours moyen du Niger et la côte atlantique, entre le Nigeria et le Bénin. Oduduwa, la divinité originelle yoruba, régna sur la cité mythique d’Ifè, lieu de la création du monde. Il est l’ancêtre de tous les souverains des royaumes yoruba (Oyo, Owo, Kétou, etc.) et du royaume edo de Bénin après la chute de la dynastie des Ogiso.

La sculpture yoruba

Si le pays yoruba a été et demeure artistiquement riche, la sculpture sur bois reste la plus représentative de ses pratiques culturelles. Rondes-bosses majestueuses et bas-reliefs délicats déploient une iconographie consacrée aux divinités ou à leurs officiants, au principe de gémellité, aux figures du pouvoir. Les maîtres d’ateliers renommés pour leur style sont reconnus pour tel masque epa ou gèlèdè, tel pilier sculpté de véranda ou battant de porte, telle statue de cavalier ou de maternité. Les années 1950 voient naître une «modernisation» de la sculpture yoruba; stimulée par les commandes missionnaires, puis étatiques et citadines, elle prend un nouvel élan «néo-traditionnel».