L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

Ouverte en 2009, la Médiathèque du FMAC a pour objectif l’encouragement et la diffusion de l’art vidéo à Genève. Elle réunit le Fonds André Iten, l’une des plus riches et importantes collections vidéo de Suisse, ainsi que la collection vidéo du FMAC.

Site internet du Fonds municipal d’art contemporain

Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.

Site internet du Musée Ariana

Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque, son laboratoire de recherche et ses ateliers de restauration.

Site internet des Musées d'art et d'histoire

Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.

Site internet du Musée d'ethnographie

Le Musée d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.

Site internet du Musée d'histoire naturelle
Site internet du Musée d'histoire des sciences

MEG


Le magazine du MEG   [PDF 11 Mo]

Objet

ETHEU 102277

102277

Pique de messier
Suisse, Vaud, Chablais, Yvorne
18e siècle
Bois, acier
L 221 cm, l 11,5 cm, ép. 3.5 cm
Collection Georges Amoudruz acquise en 1976
MEG Inv. ETHEU 102277

Le messier est le gardien des récoltes sur pied, de fruits, de céréales et de légumes. Il tient son autorité de la Société du Village ou de la Communauté, parfois des grands propriétaires ecclésiastiques, bref de l’ensemble des agriculteurs propriétaires. Les termes de mession (moisson) au 12e siècle et de messarium (messier) au 14e siècle sont des dérivés du latin messis. Avec sa pique et d’autres attributs de costume, le messier donnait du bâton, faisait reconnaitre les limites de parcelles et patrouillait, en charge de lutter contre le vol, l’incendie, les troupeaux errants, les maraudeurs. Dans l’aire alpine la culture céréalière a été bien plus importante jadis, et avant que le blé et la pomme de terre ne s’imposent, les champs en pente ou en terrasse, étaient semés de froment, orge, avoine et seigle. Le messier a aussi eu une fonction de témoin judiciaire et informait le percepteur.
Avant les municipalités, disons, 1850 et la mécanisation, vers 1880-1900, le moment estival des récoltes pouvait s’étaler dans une certain laps de temps, en relation avec l’étagement des vallées et avec la distribution des périodes de mûrissement, du Sud au Nord des Alpes. Moissonnées à la faucille et à la faux, les récoltes furent des grands travaux collectifs: récolte, battage, rôle des moulins, mise en réserve dans les greniers, pesages et ventes, tâches de cuisson dans les fours communs. Tout cela nécessitait le recrutement saisonnier d’ouvriers agricoles occasionnels, séjournant comme des travailleurs à la tâche, logés sur place, associés aux rites et aux fêtes des Moissons. De leur côté et simultanément les Communiers étaient occupés dans leur système de consortages et de corporations, à irriguer les prés, les vergers et les champs, selon un horaire décidé entre les consorts du bisse, par exemple. Ou bien occupés à l’entretien des chemins et des bâtiments civils, des chapelles et des ponts, comme c’était d’usage fréquent en Savoie et en Suisse romande. Les familles paysannes dans les anciennes Communautés de Bourgeois, par la rotation des corvées et par les règlements de surveillance de l’habitat temporaire étagé accomplissait aussi les moissons et récoltes, bien sûr.
Or certains villages, aux étages intermédiaires, étaient complétement ou partiellement inhabités en ces périodes estivales d’inalpe, de transhumance, de vendanges en plaine et d’émigration artisanale saisonnière. Les institutions du service collectif et du dévouement, avec des moyens frustes mais bien répartis dans les générations et sur le terroir connu, ont assuré le gardiennage des hameaux et l’entretien des points d’eau, des accès, la transmission des alarmes. La garde commune des bêtes (le chevrier, les bergers), des édifices religieux (le marguillier) et des cultures (le messier, le garde-champêtre) faisait partie des rôles masculins courants, tenus par des habitants nommés à cet effet et sous le contrôle des ayants-droits dont ils étaient les procureurs ou les assermentés.

L'image ci-dessus est soumise à un copyright.
Droits de reproduction photographique

Conduire, diriger et gouverner

Pour la paysannerie du 19e siècle, la hiérarchie du vivant s’étend de la terre au ciel, plaçant l’humain entre domination et subordination. Les objets symbolisant le pouvoir rappellent que l’équilibre entre prérogatives et devoirs débute au foyer pour s’étendre au terroir et à la société. Gouverner une maison, conduire un troupeau ou diriger une assemblée demandent compétences techniques, connaissances rituelles et qualités individuelles.

Les hommes

Le pouvoir et l’autorité sont des représentations sociales et culturelles qui s’incarnent dans une pluralité d’institutions et agissent sur les relations entre les individus. Dans l’Europe préindustrielle, la construction idéologique des hiérarchies sacralise l’autorité. Les mécanismes de légitimation politique agissent en lien avec l’organisation administrative, tant sur le plan des croyances religieuses que sur la perception de l’histoire et du monde naturel. La métaphore du bon berger en est un parfait exemple: le conducteur de bêtes se fait conducteur d’hommes; de simple outil, sa canne devient crosse épiscopale, sceptre et marque du droit coutumier.

Curé avec bâton pastoral

Curé avec bâton pastoral. Photographie d'Ernest Chantre prise en Dordogne (France) entre 1906 et 1907. MEG Inv. ETHPH 412842