L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

Ouverte en 2009, la Médiathèque du FMAC a pour objectif l’encouragement et la diffusion de l’art vidéo à Genève. Elle réunit le Fonds André Iten, l’une des plus riches et importantes collections vidéo de Suisse, ainsi que la collection vidéo du FMAC.

Site internet du Fonds municipal d’art contemporain

Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.

Site internet du Musée Ariana

Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque, son laboratoire de recherche et ses ateliers de restauration.

Site internet des Musées d'art et d'histoire

Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.

Site internet du Musée d'ethnographie

Le Musée d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.

Site internet du Musée d'histoire naturelle
Site internet du Musée d'histoire des sciences

MEG


Le magazine du MEG   [PDF 11 Mo]

Objet

ETHEU 106304

106304

Entonnoir folle ou "couloir à lait" utilisé pour le chant du soir
Suisse, Valais, Chablais
Vers 1900
Bois
H 34 cm, diam. 30 cm
Collection Georges Amoudruz, acquise en 1976
MEG Inv. ETHEU 106304


Musique vocale parmi les plus anciennes de Suisse, le chant du soir ou Bettruef est à la fois appel et invocation. Sa puissance protectrice s’étend aussi loin que porte la voix (d’où l’usage du folle pour en augmenter la puissance). À l’heure des vêpres, l’armailli demande à Dieu, à la Vierge et aux saints de veiller sur l’alpage. Aujourd'hui encore, elle est récitée à la manière d'une prière après la traite du soir.

Renward Cysat, chancellier de Lucerne, écrit en1565 :"Quand sonne l'Ave Maria, les bergers recommandent bêtes et gens à la grâce de Dieu et de sa digne Mère, la reine des cieux", les priant "de protéger ce lieu de tout mal et mauvais esprit, de lui donner la prospérité et d'en détourner les malheurs".
Psalmodié, sur une gamme de quatre ou cinq tons à la manière du chant grégorien, le Bättruef est propre aux régions alpines de la suisse alémanique catholique (Uri, Schwytz, Unterwald, Lucerne, Appenzell, Rhodes-Intérieures, Saint‐Gall, Haut‐Valais et Liechtenstein). Considéré comme une coutume teinté de paganisme il fut interdit par les autorités en 1609. Plus tard des nouvelles versions, purgées de leur ambiguïté, furent proposé par les jésuites obwaldien. Max Peter Baumann de l’université de Fribourg, évoque notamment à ce sujet l’œuvre de Johann Baptiste Dillier et le remplacement presque systématique du mot Loba (par lequel on hèle les vaches) par Gott ze lobe (pour l'amour de Dieu).
Plusieurs version de l’invocation sont attesté, mais malgré les différences la valeur du chant perdure et peuvent y être intégrés les apports d’autres instruments, notamment celle des cloches du bétail.

L'image ci-dessus est soumise à un copyright.
Droits de reproduction photographique

L’équilibre du travail

Les sociétés peu mécanisées de l’Europe préindustrielle partagent une même éthique du travail fondée sur la responsabilité individuelle et la solidarité collective. Dans ces communautés agricoles et artisanales, le corps - humain et animal - est le premier et parfois unique outil à disposition: son habileté et sa constance sont des atouts essentiels dans une économie précaire. Savoir ménager et utiliser sa force permet un certain épanouissement.

Travailler avec les saisons

Dans l'Europe méditerranéenne et alpine, on ne place pas les bêtes en étable pendant l’été. Pour profiter de l’étagement des herbages, on alterne plutôt entre les pâturages naturels, déplaçant régulièrement les animaux entre plaines et montagnes. Les transferts saisonniers (inalpe et désalpe), pratiqués dans les Alpes, les Pyrénées, les Balkans et même au Kurdistan portent le nom de transhumance. En Suisse, ce moment de la vie pastorale fait l’objet, au 19e siècle, de nombreuses représentations détaillées. Ces dernières témoignent de l’évolution des pratiques et contribuent à cristalliser une certaine image du monde rural.