L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

Ouverte en 2009, la Médiathèque du FMAC a pour objectif l’encouragement et la diffusion de l’art vidéo à Genève. Elle réunit le Fonds André Iten, l’une des plus riches et importantes collections vidéo de Suisse, ainsi que la collection vidéo du FMAC.

Site internet du Fonds municipal d’art contemporain

Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.

Site internet du Musée Ariana

Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque, son laboratoire de recherche et ses ateliers de restauration.

Site internet des Musées d'art et d'histoire

Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.

Site internet du Musée d'ethnographie

Le Musée d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.

Site internet du Musée d'histoire naturelle
Site internet du Musée d'histoire des sciences

MEG


Le magazine du MEG   [PDF 11 Mo]

Objet

ETHEU 108631

108631

Plaque de mulet, phalère ou "lune de couble"
Italie, Val d'Aoste, La Salle
vers 1800
Laiton et cuivre
H 18.2 cm, l 14.6 cm
Collection Georges Amoudruz acquise en 1976
MEG Inv. ETHEU 108631

Les phalères tirent leur nom des décorations militaires réservées, dans l’Antiquité, aux soldats et à leurs montures. À l’origine, ces plaques de cuivre ou de laiton étaient portées par trois: une sur le front, les deux autres contre les tempes de l’animal afin de relier les diverses pièces du harnais. Par paire, les lunes muletières servaient d'œillères pour protéger les yeux des bêtes en cas de mauvais temps ou borner leur vision lorsque la route était périlleuse. Généralement rondes et plates, plus rarement bombées ou cintrées, elles présentent une attache et des trous dans lesquels passent les courroies, les chaînettes et les galons d’ornementation qui maintiennent les sonnailles de parure. Elles permettaient de repérer les caravanes loin à la ronde grâce aux reflets du soleil et au signalement sonore. Gravées à la pointe ou au ciseau, elles assuraient l’identification du muletier, du cheptel, et parfois même la destination du convoi. Les lunes ont longtemps été considérées comme des symboles de l'ancienne corporation des convoyeurs.

L'image ci-dessus est soumise à un copyright.
Droits de reproduction photographique

Sur les routes et les chemins

Des moyens de transports anciens et modernes cohabitent dans les Alpes jusqu’aux années 1950. Les déplacements s'organisent en fonction du relief, du chargement et du type de production. Hommes, idées et marchandises franchissent des distances considérables malgré les frontières naturelles et politiques. Ces échanges économiques favorisent le développement d’identités professionnelles comme celles des muletiers, des colporteurs ou des anchoyeurs.

Les caravanes muletières

La circulation transalpine se faisait par portage, «ramasse» et bête de somme. Elle était assurée par des corporations réunissant les communautés des versants. Les «marrons» (guides-passeurs) accompagnaient les passants, alors que les «coubles» muletières transportaient les marchandises. Les bêtes étaient réunies en caravanes, harnachées et bâtées pour mieux supporter les charges. Dès le 15e siècle, les parures utilitaires s’enrichirent de pompons, de rubans et de grelots dont le tintement stimule les animaux. L’ornement de sellerie affichait la puissance du convoi et décourage les agresseurs. Quant aux amulettes, elles servaient de protection contre les forces maléfiques.

Ressources

Multimédia