L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

Ouverte en 2009, la Médiathèque du FMAC a pour objectif l’encouragement et la diffusion de l’art vidéo à Genève. Elle réunit le Fonds André Iten, l’une des plus riches et importantes collections vidéo de Suisse, ainsi que la collection vidéo du FMAC.

Site internet du Fonds municipal d’art contemporain

Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.

Site internet du Musée Ariana

Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque, son laboratoire de recherche et ses ateliers de restauration.

Site internet des Musées d'art et d'histoire

Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.

Site internet du Musée d'ethnographie

Le Musée d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.

Site internet du Musée d'histoire naturelle
Site internet du Musée d'histoire des sciences

MEG


Le magazine du MEG   [PDF 11 Mo]

Objet

ETHAS K000237

K000237

Coupe rituelle (bei 盃)
Chine
18e siècle
Corne de rhinocéros
H. 28 cm, l. 15 cm
Don de M. du Crest de Cologny, sergent aux Gardes suisses en France, à la Chambre des curiosités de la Bibliothèque, 1758
puis au Musée archéologique
MEG Inv. ETHAS K000237

La corne de rhinocéros, que l’on considéra jadis comme un substitut de la corne de licorne, est aujourd’hui encore très recherchée pour des vertus aussi nombreuses que légendaires, au détriment de la survie de l’espèce.
Celle-ci, jadis conservée au sein du cabinet de curiosités de la Bibliothèque publique, fut probablement offerte en tant que «corne de rhinocéros mâle» par Monsieur Du Crest de Cologny, dont on sait seulement qu’il était sergent aux gardes suisses en France.
D’autres objets faisaient partie du don, notamment du papier de la Chine, apprécié pour sa grande finesse, et un «gobelet» également sculpté dans une corne de rhinocéros, sans doute.
En Extrême-Orient, la corne de rhinocéros passe pour être un antipoison, et boire dans une telle coupe permettrait d’éviter les empoisonnements.
Ces ustensiles sont devenus des objets d’art souvent extrêmement sculptés, alors que celui-ci se distingue par son style dépouillé.
Réduite en poudre, la corne de rhinocéros est également censée posséder des vertus aphrodisiaques, ce qui entraîne aujourd’hui encore le massacre des rhinocéros malgré les conventions interdisant son commerce (CITES).

L'image ci-dessus est soumise à un copyright.
Droits de reproduction photographique

Objets étranges et histoire naturelle

Les premiers objets aujourd'hui appelés «ethnographiques» sont entrés dans les collections genevoises au 18e siècle, à un moment charnière. Autour de 1750, l'ambition de construire une connaissance scientifique du monde s'ajouta à la curiosité excitée par l'étrangeté. Voyages d'exploration, négoce maritime, évangélisation, colonisation, créaient des conditions propices à rapporter des souvenirs, des trophées ou des collections.

Singularités

Offertes par des Genevois ou par des voyageurs de passage, les «merveilles» accumulées à la Bibliothèque publique résonnaient avec les livres. Objets mystérieux et récits de voyage racontaient la rencontre surprenante avec un ailleurs souvent fantasmé.

Bibliographie

  • Buyssens, Danielle. 2002. "Le premier musée de Genève", in "La Bibliothèque étant un ornement public...". Genève : Bibliothèque publique, 124