L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

Ouverte en 2009, la Médiathèque du FMAC a pour objectif l’encouragement et la diffusion de l’art vidéo à Genève. Elle réunit le Fonds André Iten, l’une des plus riches et importantes collections vidéo de Suisse, ainsi que la collection vidéo du FMAC.

Site internet du Fonds municipal d’art contemporain

Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.

Site internet du Musée Ariana

Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque, son laboratoire de recherche et ses ateliers de restauration.

Site internet des Musées d'art et d'histoire

Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.

Site internet du Musée d'ethnographie

Le Musée d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.

Site internet du Musée d'histoire naturelle
Site internet du Musée d'histoire des sciences

MEG


Le magazine du MEG   [PDF 11 Mo]

Objet

ETHAF K000238

K000238

Étui contenant une amulette coranique
Sénégal.
18e ou début du 19e siècle
Cuir, coton, perles de verre. L 30 cm
Don du professeur d'arabe Jean Humbert au Musée académique en 1820;
récolté par César Hyppolite Bacle
MEG Inv. ETHAF K000238

Ce talisman se présente sous la forme d’un étui en cuir très ouvragé. Tressé de fils de métal, il peut être fermé grâce aux cordelettes de cuir enfilées dans des anneaux de verre et qui se terminent par un pompon de laine. L’amulette glissée à l’intérieur de la gaine de cuir est un paquet d’étoffe cousue que l’on extirpe par une boucle de fil de coton. Des versets du Coran copiés sur un petit papier enroulé sont vraisemblablement dissimulés dans cette poche de tissu.

L'objet a été offert par le pasteur et professeur genevois Jean Humbert au Musée académique en 1820. Ce dernier avait étudié l’arabe à Göttingen et à Paris et enseignait à l’époque cette langue à l’Université de Genève. C’est sans doute pour cette raison que son petit cousin, l’explorateur César Hyppolite Bacle, lui avait offert ces objets de curiosité au retour d’un de ses deux voyages exploratoires au Sénégal entre 1819 et 1821. Lui-même avait fait de nombreux dons à cette institution genevoise, comme l’atteste une missive adressée au directeur du Musée académique le 27 septembre 1819 et dont voici un extrait : « A mon arrivée du Sénégal, je m’empresse Monsieur de vous adresser divers objets intéressants, que je rapporte de ce pays. Veuillez je vous prie les faire agréer de ma part, à Messieurs les administrateurs du musée de notre ville. Je désire infiniment que ces objets puissent leur être agréables, et qu’ils soient reçus avec autant de plaisir que j’en ai eu à les offrir, et que j’en ai eu à m’occuper de leur recherche dans l’intention d’en faire hommage à notre musée. J’ai ici quelques oiseaux vivants de ce pays, tous ceux qui mourront seront envoyés à M. Linder pour être empaillés pour le musée. Veuillez agréer Monsieur les sentiments d’estime et de considération de votre très humble et très obéissant serviteur, César Hyppolite Bacle. »

Autour de 1820, le Capitaine Bacle participait à des voyages de reconnaissance sur le fleuve Sénégal pour le compte de la France en train de prendre possession de cette colonie en vertu du Traité de Paris. Nous savons qu’il en rapporta des collections d’insectes, de reptiles, d’oiseaux empaillés, de botanique et d’ethnographie, qu’il céda au Musée académique dont il avait été nommé membre correspondant.

Dans une listes d’objets de curiosité destinés au musée que Bacle avait rédigée avec le vocabulaire de ce début de 19e siècle, on trouve la description d’un talisman semblable à l’amulette dissimulée dans la gaine de cuir : « Grigri ou amulette des Nègres : Ils la portent au col. Les prêtres insèrent dans l’intérieur des sentences arabes qui ont la vertu, suivant eux, de préserver les porteurs de toute espèce d’accidents ; le maroquin est également fait par les Maures. »

L'image ci-dessus est soumise à un copyright.
Droits de reproduction photographique

Objets étranges et histoire naturelle

Les premiers objets aujourd'hui appelés «ethnographiques» sont entrés dans les collections genevoises au 18e siècle, à un moment charnière. Autour de 1750, l'ambition de construire une connaissance scientifique du monde s'ajouta à la curiosité excitée par l'étrangeté. Voyages d'exploration, négoce maritime, évangélisation, colonisation, créaient des conditions propices à rapporter des souvenirs, des trophées ou des collections.

La science naturelle de l'homme

L'ethnographie naissante s'inspira du modèle des sciences naturelles. On s'intéressa aux spécimens, échangés entre institutions pour constituer des séries. L'étude des peuples considérés comme «peu avancés dans la civilisation» s'accorda à celle de leur environnement naturel.

Frontispice de: Jean Nieuhof, Legatio batavia … soit: Ambassade de la Compagnie orientale des Provinces-Unies vers l'Empereur de la Chine … Amsterdam 1668 ©Bibliothèque de Genève (FB 705)
Si la mission diplomatique à laquelle participait Nieuhof fut un échec, ses notes, publiées après sa mort dans cet ouvrage, constituent l'une des premières descriptions de la Chine par un Européen. Avec son iconographie inquiétante, le frontispice met le lecteur en condition de découvrir une altérité menaçante.

Ressources

Multimédia

Bibliographie

  • Louis Vaucher, «Notice sur la vie et les travaux de Jean Humbert». In Nouveau glossaire genevois, t. I 1852 : VII-XXVI