Muséum de Genève CONSERVER
RECHERCHER
DIFFUSER
Les Musées de Genève
MUSÉE PRATIQUE SAVOIRS
Horaires & tarifs
Adresse & accès
Contacts
Services
Activités scientifiques
Publications
Bibliothèque
Ressources
 animations: Dinosaures, fossiles et autres aventures de la Terre
impression

Accueil » Départements » Département des invertébrés » Collections

Collections du Département des invertébrés

In English

Thécamoebiens
Spongiaires
Cnidaires
Plathelminthes
Mollusques
Echinodermes
Autres invertébrés

Collections en alcool

Collections en alcool

Les collections du département regroupent tous les spécimens d'invertébrés non arthropodes ainsi que certains groupes d'animaux unicellulaires, ce qui représente une énorme diversité d'organismes. En pratique toutefois, seuls un certain nombre de groupes sont bien représentés dans ces collections.

Les thécamoebiens (amibes à thèques)

C'est à Eugène Pénard (1855-1954) que l'on doit la plus ancienne collection de thécamoebiens du Muséum. Au début du 20e siècle, E. Pénard est l'un des seuls scientifiques à fixer ses préparations de manière durable, en les disposant entre lame et lamelle. Il monte ainsi son propre matériel, mais aussi celui d'autres scientifiques à leur retour d'expéditions exotiques. E. Pénard constitue alors une large collection unique, originale et historique d'une valeur inestimable. Il en déposera une large partie au Muséum, à savoir 854 préparations microscopiques en très bon état de conservation, accompagnées de quelques dessins originaux, des clichés typographiques, ainsi que de photographies de spécimens. Les préparations microscopiques déposées dans les collections du département résultent d'un échantillonnage abondant entre 1890 et 1938, essentiellement dans le lac Léman et la région genevoise. Chaque lame contient un ou plusieurs individus, soit au total plusieurs milliers d'individus parmi lesquels, les syntypes de plus de 150 espèces qui correspondent à environ 10% des espèces de thécamoebiens décrits dans la littérature.
Entre 1983 et 2005, Christiane Bénier, chargée de recherche au département de géologie et paléontologie du Muséum, constitue une autre remarquable collection de thécamoebiens récoltés dans le lac Léman par le biais de prélèvements de sédiments de surface ainsi que de courts forages lors d'une plongée avec le sous-marin Forel. Elle nous confie une collection de 220 échantillons comprenant des milliers de thécamoebiens déterminés, ainsi qu'un large catalogue regroupant les descriptions originales de plus de 800 espèces.
En 2009, le Muséum reçoit en don la collection personnelle du Professeur Louis Bonnet. Professeur émérite retraité de la faculté des Sciences de l'université Paul-Sabatier de Toulouse (France), il nous lègue plus de 8500 préparations de thécamoebiens récoltés entre 1952 et 1996 dans des sols du monde entier (Europe, Amérique, Afrique, Asie, Océanie, Iles australes, etc.). Cette collection est accompagnée d'une abondante littérature (ses publications ainsi que sa bibliothèque personnelle) et de nombreuses illustrations (1147 photos numériques représentant environ deux tiers des espèces édaphiques et paraédaphiques connues). A ceci s'ajoutent des fiches caractérisant les principaux faciès hébergeant des thécamoebiens, ainsi que la distribution des espèces dans les différents faciès. Certains échantillons sont des témoins uniques de biotopes aujourd'hui disparus du fait de la destruction accélérée des forêts primaires dans certaines régions intertropicales. Au cours de sa carrière, L. Bonnet a créé 3 nouvelles familles, 16 nouveaux genres et 116 nouvelles espèces de thécamoebiens. Auteur ou co-auteur de 192 publications scientifiques, il a largement développé la systématique des thécamoebiens, mais aussi leur éthologie, biologie, écologie, biocénotique, autoécologie, biogéographie et paléogéographie, phylogénie, ainsi que des étude sur l'ultrastructure de la thèque et de la cellule.
Les collections Pénard et Bonnet sont des collections de référence qui comptent parmi les plus importantes au monde. Les spécimens qu'elles contiennent regroupent plus de 260 types et sont donc particulièrement précieux.

Les spongiaires (éponges)

Les collections de spongiaires du Muséum, riches de plus de 17'000 préparations microscopiques et de nombreux spécimens en alcool, ont été créées et enrichies à partir du 19e siècle, consécutivement à des expéditions scientifiques importantes: le matériel que M. Bedot et C. Pictet réunirent en 1890 au cours de leur voyage dans l'archipel malais par exemple, intéresse encore vivement les spécialistes. Mais l'enrichissement le plus marqué provient des récoltes effectuées lors des missions du Muséum en Amérique latine et en Antarctique. L'étude de ces récoltes récentes a été faite en coopération avec d'autres instituts, qui à leur tour ont déposé à Genève des exemplaires provenant de la Nouvelle-Calédonie, des îles Galápagos, des îles Kerguelen et du Cap Horn.

Les cnidaires (méduses, coraux et hydraires)

Cette collection comprend plus de 3000 lots, sa partie la plus riche et la plus spectaculaire est représentée par les coralliaires (coraux et gorgones).
A signaler plus particulièrement les récoltes faites à Amboine par Bedot et Pictet au cours de leur voyage dans l'archipel malais (plus de 250 lots au total). Mentionnons également le voyage productif de Humbert à Ceylan, les nombreux lots de l'Ile Maurice récoltés par de Robillard et finalement les dons de Bedot, de Pictet et de Mme Masset provenant d'autres régions du monde. La collection est également riche en matériel historique de la baie de Naples, des Açores, de la croisière du Caudan dans le Golfe de Gascogne, ainsi que des stations biologiques de Villefranche-sur-Mer et de Roscoff. Les acquisitions plus récentes sont des hydraires d'Islande et d'autres régions de l'Atlantique du Nord.

Les plathelminthes (vers plats, le plus souvent parasites)

Collections de plathelminthes parasites

Collections de plathelminthes parasites

Les collections de vers parasites figurent parmi les plus originales du Muséum. L'ancien fonds consiste en quelques dizaines de lots achetés à des spécialistes de renom (Zchokke, Clerc) au début du 20e siècle. Par la suite, l'intégration de collections de grands helminthologistes suisses et étrangers, tels que Dubois, Fuhrmann, Baer ou Bona ainsi que le matériel réuni depuis une vingtaine d'années, par exemple lors des missions du Muséum en Amérique du Sud et en Afrique, a considérablement étendu l'ampleur de la collection qui compte actuellement plusieurs dizaines de milliers de préparations microscopiques. Dans des domaines particuliers, la collection du Muséum dépasse en importance celles de très grands musées: pour les cestodes protéocéphales parasites de poissons, le matériel de Genève est plus important que celui du British Museum tant en nombre d'espèces qu'en nombre de spécimens. Ces collections sont aujourd'hui encore très régulièrement augmentées.

Les mollusques

Collections en alcool, mollusques

Collections en alcool, mollusques

Ils comprennent plusieurs collections séparées ayant un intérêt scientifique ou historique particulier, ainsi qu'une collection systématique générale, renfermant de nombreux types.
La collection Lamarck (1744-1829) est un des trésors scientifiques du Muséum. Elle contient la plupart des types des nombreuses espèces décrites dans deux ouvrages classiques: le Tableau encyclopédique et méthodique des trois règnes de la nature (1816) et l'Histoire naturelle des animaux sans vertèbres (1815-1822). Il faut y ajouter la collection des types de cônes de Hwass (1731-1803), décrits en 1792.
L'imposante collection de mollusques rassemblée par le malacologue français Bourguignat (1829-1892) est riche de 20'000 lots (4'300 espèces décrites), illustrant la diversité des mollusques terrestres et d'eau douce des régions européennes, circumméditerranéennes et du Moyen-Orient.
Les autres collections individuelles sont celles des Mélaniens (Pleuroceridae) de Brot (1821-1896), les Limnées de Piaget (1896-1980) et les mollusques de la région genevoise rassemblés par Favre (1882-1959) et par Jayet (1896-1971).
La collection systématique générale contient plus de 50'000 lots (plusieurs centaines de milliers de spécimens), où figurent presque tous les groupes importants de mollusques terrestres, marins et fluviatiles.
Elle réunit plusieurs collections anciennes, dont celle de Delessert (1773-1847). Cette dernière, léguée en 1869 au Musée Académique de Genève, ancêtre du Muséum, représente à elle seule environ 150'000 spécimens. D'autres récoltes ou dons viennent encore aujourd'hui enrichir nos collections de mollusques. Citons par exemple les types de nouvelles espèces de Conidae décrits par A. da Motta, les spécimens de J.-C. Cailliez, les types de Mitridae de  H. Turner, beaucoup de spécimens types de  T.C. Lan (Chine) ou J. Grego (Slovaquie), les collections de coquilles d'O. de Villoutreys, J.-C. Cailliez, A.-M. Völlrath, M. Meillasson, R. Bernasconi, les collections de Trochidae de G. Poppe (Philippines), les  Spondylidae de R. Philippe (Belgique) ou les animaux récoltés par les chercheurs du Muséum aux Iles Galápagos ou au Paraguay.

Les échinodermes (oursins, étoiles de mer, etc.)

Collections en alcool, échinodermes

Collections en alcool, échinodermes

La collection d'échinodermes contient également de précieux spécimens, avec les types de 81 espèces. Il s'agit en premier lieu du matériel réuni par de Loriol, grâce à de nombreux achats, des dons et des échanges. Ainsi nous possédons les spécimens récoltés par Bedot et Pictet en Indonésie.

Autres invertébrés

Parmi les autres groupes zoologiques bien représentés dans les collections d'invertébrés du Muséum, mentionnons les Oligochètes (vers de terre), avec environ 2500 lots de provenance européenne, africaine et néotropicale, mais aussi les bryozoaires, les sipunculiens, les némertiens, les céphalocordés et les urocordés (Tuniciers).


© 2012 Muséum d'histoire naturelle, Genève