A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 
6/8: Résultat précédent Résultat suivant

Savary, Denis (Granges-près-Marnand/Suisse, 1981)


Volutes IV, 2015
Caisson lumineux
Quatre plaques de polyester thermoformé, verre acrylique blanc, papier, caisson lumineux
Dimensions: 100 x 100 x 87 cm (hors tout)

Acquis en 2016

[n° inv 2016-087]

Collection du Fonds d'art contemporain de la Ville de Genève (FMAC)



>> Autres oeuvres
>> BibliographieAA : Le lien ouvre la bibliographie en fin de page.
>> Imprimer

Crédits photographiques : Interversion, Simon Lamunière, Carouge GE
 

Né à Granges Marnand en 1981, Denis Savary est diplômé de l'Ecole cantonale d'art de Lausanne (ECAL). En 2006, il expose au Palais de Tokyo et reçoit le Prix fédéral d'art en 2007. Il vit et travaille actuellement à Genève.
Protéiforme, le travail de Denis Savary s'exprime à travers une multitude de techniques : dessins, sculptures, vidéos, installations. Privilégiant des procédés d'appropriation, de citation ou de collaboration, l'artiste navigue librement entre ces différents médiums pour mieux explorer les rapports entre beaux-arts, sciences et littérature, articulés entre eux dans une œuvre aux influences multiples, puisées dans l'art contemporain, la peinture classique ou encore l'art primitif.
En dépit de sa grande diversité, l'œuvre de Denis Savary semble unie par des motifs récurrents, comme celui du rêve ou de l'errance. Voyage au cœur de montages vidéo aux décors variés ou dans les contrées éloignées des totems primitifs, elle ouvre une incursion plus symbolique, dans l'histoire de l'art et des idées, rendant hommage aux artistes ou écrivains dont elle s'inspire. D'une pièce à l'autre, on est ainsi amené à re-découvrir la poupée d'Oskar Kokoschka, les dessins de Félix Valloton ou les détours d'une pastorale antique modernisée, qui nous plongent immanquablement dans un univers déluré, ancré dans une atmosphère troublante et presque magique. Les compositions jouent ainsi sur les signes et les références et tissent des liens entre réel et imaginaire, inconscient et subconscient, modernité et tradition, pour forcer notre regard à sortir des cadres de la raison et explorer le réel dans ses différentes dimensions.

Pour réaliser Volutes IV, Denis Savary a utilisé des plaques en polyester qu'il a chauffées et moulées avec ses mains. Le cœur de la composition dévoile des formes proches de ses dessins, avec des traits complexes et épurés, qui changent selon la perspective qu'on emprunte pour les regarder. Parcouru par une sorte de mouvement, Volutes IV propose, comme d'autres pièces de l'artiste, une ouverture sur la littérature : l'artiste se serait en effet inspiré de la couverture de l'édition originale de Salammbô (1862) de Flaubert pour réaliser sa composition. Vu de profil, le caisson lumineux laisse apparaître un contour très épuré, qui fait écho au circonflexe que l'écrivain avait minutieusement retouché dans son titre. Le rendu est particulièrement saisissant lorsqu'on le contemple de nuit, sa lumière blanche et sa surface ondulante nous plaçant tantôt devant un monochrome lumineux, tantôt face à une forme organique, abstraite et mystérieuse. Elément dominant de la composition, la lumière est également un symbole fort du roman dont s'inspire le caisson : écho au soleil qui rythme la vie des Carthaginois (personnages du livre), elle est surtout le reflet de la lune et du soleil, divinités incarnées par les personnages de Mâtho et Salammbô, ou encore la révélation d'une âme contemplative et romantique, fascinée par les majestés d'une civilisation perdue. La matière brute semble ainsi se transformer à mesure qu'on la regarde, exprimant, au cœur de sa matérialité, l'origine poétique de sa réalisation.
Arnaud Wydler