logo du Musée d'Art et d'Histoire
« Retour à la liste
Masque de momie



Pour zoomer, déplacer la souris sur l'image

Empire romain

Cartonnage, étoffe

Haut.: 25 cm

Découverte : Lieu de découverte indéterminé ; circonstances indéterminées

N° d'inventaire D 0956

Télécharger sur smartphone (QrCode)
QrCode de l'image
  • Les masques funéraires étaient posés sur la momie enveloppée afin de rendre un visage au défunt et de lui donner une nouvelle individualité en lui conférant une dimension divine, comme nous l'explique déjà une formule des Textes des Sarcophages (vers 2000 avant J.-C.). S'ils apparaissent très anciennement, c'est à l'époque romaine que les masques connaissent un fort développement ainsi qu'une production abondante. Ils étaient alors fabriqués par estampage de stuc dans un moule, ce qui permit la réalisation de nombreuses séries aux traits semblables, qui étaient ensuite personnalisés grâce à des éléments rapportés tels que les yeux, la coiffure ou les bijoux. Ils étaient ensuite fixés sur un plastron qui recouvrait le haut du corps de la momie.
  • Les yeux sont souvent très grands : ils sont les éléments essentiels du masque, auquel ils donnent un aspect vivant. Les coiffures variées sont riches en renseignements car elles sont représentatives de la mode d'une période etou d'un lieu. Les momies portaient presque toujours une « couronne de justification », soit dans la main droite posée sur la poitrine, soit sur la tête. Cette couronne, formée d'une guirlande de feuillages et de fleurs symbolisait la glorification du défunt.
  • Le masque funéraire représente toujours le défunt rajeuni, il est un visage idéal qui cache la mort, protège le défunt et redonne vie dans l'au-delà grâce à son efficacité magique.
  • — Deonna, Waldemar. Catalogue des sculptures antiques. Genève, Impr. H. Jarrys; Musée d'art et d'histoire; Ville de Genève, 1923, n° 185, p. 141-142; fig. p. 142