LES PRIX RODOLPHE TÖPFFER
de la Ville et du canton de Genève:
les lauréats 2019

Lors d'une cérémonie organisée à la HEAD – Genève, trois prix pour la bande dessinée ont été décernés. Il s'agit du Grand Prix Töpffer, du Prix Töpffer Genève et du Prix Töpffer de la jeune bande dessinée. Depuis plus de vingt ans, le 9e art est soutenu à Genève par l'octroi des Prix Rodolphe Töpffer, ainsi nommés en hommage à l'illustre genevois, figure importante de la bande dessinée.

Le Grand Prix Töpffer récompense Nikita Mandryka, pour l’ensemble de son œuvre. L'auteur et dessinateur succède à Jean-Christophe Menu, lauréat de la catégorie l'an dernier et président du jury en 2019. Co-fondateur de l’Écho des Savanes, rédacteur en chef de Charlie Mensuel, dessinateur chez Spirou, Vaillant, Pif, il est aussi le créateur du célèbre Concombre masqué et de ses aventures potagères. Une exposition sous forme de dialogue entre planches originales et citations littéraires est à voir jusqu’au 18 janvier à la Bibliothèque de Genève. Son dernier projet Cosmic Stories, reprise du modèle des Comics américains, fait l’objet d’une seconde exposition, dans le Cube de la HEAD – Genève cette fois, vernie à l'occasion de la cérémonie de remise des prix Rodolphe Töpffer.

Le Prix Töpffer Genève, récompensant le meilleur album publié entre septembre 2018 et septembre 2019 par un.e Genevois.e a été attribué à Helge Reumann pour SUV (ed. Atrabile).
Cet album à l’écriture graphique très forte, a été unanimement salué par le jury, et ajoute à la cohérence du travail de Helge Reumann dont les thèmes obsédants que sont la violence urbaine et la nature austère domptée par l’homme sont traités avec un humour grinçant et une esthétique rigoureuse, entre bande dessinée et art contemporain.

Le Prix Töpffer de la jeune bande dessinée soutient la relève locale et récompense le projet non publié d’un.e auteur.e âgé.e de 15 à 30 ans.
Cette année, ce prix revient à Jeff Délez pour Quelques bribes éparpillées par-ci, par-là.
Ce jeune artiste de 22 ans nous offre une plongée dans une passionnante réflexion sur le rapport à l'espace et sur le médium du dessin. Avec un langage propre à l’auteur, ce projet traduit une obsession du détail et du fragment avec une originalité saluée par le jury.

Le travail de l’ensemble des nominé-e-s des prix est exposé au CFP Arts encore jusqu’au 5 décembre.
Programme complet des expositions sur www.prixtopffer.ch

Le Grand Prix Töpffer 2020, qui succèdera à Nikita Mandryka est la Belge Dominique Goblet, auteure de bandes dessinées et de romans graphiques, illustratrice et une plasticienne.

Affiche de l'événement

A télécharger

Sur les réseaux

Utilisez le hashtag #prixtopffer

EDITO

Les Prix Rodolphe Töpffer constituent depuis plus de vingt ans un rendez-vous genevois incontournable. Ils sont désormais observés et attendus au-delà des frontières du canton. Ils ont acquis un grand rayonnement et, à travers eux, les lauréates et les lauréats. Cette édition 2019 est le fruit de synergies multiples. Je souhaite saluer ici les liens toujours plus étroits qui unissent pour la réalisation de cet événement les institutions de formation, HEAD — Genève et l’Ecole supérieure de bande dessinée et d'illustration, aux collectivités publiques. Cela permet de renforcer durablement les liens avec la relève artistique, gage essentiel de renouvellement. Le nouveau partenariat avec la Bibliothèque de Genève semble naturel et évident, aussi, du fait de la présence en ses murs des archives de Rodolphe Töpffer, inventeur genevois de la bande dessinée.

Le moment est venu de fédérer ces énergies et les compétences autour d’un projet ambitieux. Le futur Musée de la bande dessinée et de l’illustration veut rendre justice à ce patrimoine inestimable et à la qualité de la création contemporaine, actuelle et future.

Cet engagement est d’autant plus pertinent qu’un large mouvement de reconnaissance se dessine – on peut le dire – au niveau suisse. Le 25 octobre 2019, à Bâle, le premier Symposium national sur le 9e Art a mis en évidence la bande dessinée et l’illustration et souligne notamment l'importance que les autorités culturelles de la Confédération lui accordent désormais. Genève est et reste une plateforme essentielle, fondatrice et incubatrice.

Thierry APOTHÉLOZ
Conseiller d’Etat en charge du Département de la cohésion sociale

Si la Ville de Genève soutient depuis 1997 la création genevoise de bande dessinée, c’est qu’elle est intimement convaincue de la puissance de ce médium, de son importance historique et de son avenir. Le choix du Grand Prix 2019, Nikita Mandryka, en témoigne par son parcours.

Cet artiste établi à Genève a marqué le passage de la bande dessinée à l’ère adulte, comme dessinateur du célèbre Concombre masqué bien sûr, mais également comme directeur des revues Pilote, l’Echo des Savanes et Charlie Mensuel. Il y a accueilli une génération d’auteurs et d’autrices et permit au public francophone de découvrir la bande dessinée «underground» américaine. Grâce à ses multiples facettes, la bande dessinée peut aussi se faire le miroir à notre société. C’est là d’ailleurs le thème de deux ouvrages de la sélection du prix Töpffer Genève, celui de Tom Tirabosco et celui d’Helge Reumann, qui tous deux traitent de l’effondrement de notre civilisation et des possibilités d’avenir. Ou celui des projets du prix de la jeune bande dessinée, centrés cette année sur des sujets sociétaux.

A l'heure où est examiné un projet d'espace genevois pour la bande dessinée, pour notre patrimoine dessiné – en particulier les oeuvres de Töpffer conservées à la Bibliothèque de Genève et au Musée d'art et d'histoire – et pour la création contemporaine, on ne peut que saluer la vitalité actuelle de cette scène.

Je souhaite à toutes et à tous, nominé-es et lauréat-es de ces prix Töpffer 2019, une magnifique carrière dans ce moyen d'expression si important.

Sami KANAAN
Conseiller administratif en charge du Departement de la culture et du sport