Les Prix Rodolphe Töpffer de la bande dessinée: sélection 2018

Le mois de décembre est traditionnellement à Genève le temps où l’on célèbre la bande dessinée!

La Ville et le canton de Genève s'unissent pour remettre les Prix Rodolphe Töpffer: le Grand Prix Töpffer, le Prix Töpffer Genève pour le meilleur album réalisé par un-e Genevois-e; et le Prix Töpffer de la jeune bande dessinée qui distingue un-e auteur-e émergent-e âgé-e de 15 à 30 ans n’ayant pas encore publié. 

La cérémonie de remise des prix a eu lieu le 30 novembre à 18h et a choisi de distinguer :

  • Baladi (Décris-Ravage – deuxième épisode, Editions Atrabile, 2017) pour le Prix Töpffer Genève 2018
  • Hugo Baud (Swimming with sharks) pour le Prix Töpffer de la jeune bande dessinée 2018

Plus d'informations sous Programme

Composition du jury
Blutch (président du jury), dessinateur, Paris; Thierry Bellefroid, journaliste, Bruxelles; Anette Gehrig, directrice du Cartoonmuseum de Bâle; Jana Jakoubek, directrice du Festival Fumetto de Lucerne; Pascal Matthey, lauréat du Prix Töpffer Genève 2017; Raphaël Oesterlé, chercheur à l'Université de Lausanne; Dominique Radrizzani, directeur du Festival BDFIL de Lausanne; Patrick Fuchs, doyen de l'Ecole supérieure de bande dessinée et d'illustration de Genève (ESBDI / CFP Arts); Jérôme Baratelli, responsable de la filière communication visuelle à la HEAD-Genève.

Le Prix Töpffer Genève: Nominé-e-s 2018

Baladi Décris-Ravage deuxième épisode
Né à Vevey en 1969,
vit entre Berlin et Genève
Editions Atrabile, 2017
Tout juste une année après la parution du premier volume (Décrire l’Egypte, ravager la Palestine), voilà le deuxième épisode de cette «série» en tout point unique, épisode sous-titré ce coup-ci Décrire l’Empire ottoman autour de 1830. Pour rappel, Décris-Ravage est une adaptation en bande dessinée de la pièce éponyme d’Adeline Rosenstein, et comme dans le premier épisode, on retrouve ici la même volonté d’explorer les relations complexes qui lient Moyen-Orient et Occident. Un pied dans les événements d’aujourd’hui, un autre dans ceux d’hier, Décris-Ravage est une œuvre éminemment politique, mais qui ne fait pas l’impasse sur de vraies recherches (et questionnements) historiques.
Baladi / Décris-Ravage, deuxième épisodeBaladi / Décris-Ravage, deuxième épisodeBaladi / Décris-Ravage, deuxième épisode
Maurane Mazars Acouphènes
Née à en 1991 à Paris,
vit à Genève
Editions AGPI, 2017
Piet, jeune violoncelliste au conservatoire, se retrouve à un tournant de sa vie : concours, concert, romance bourgeonnante…Il est doué et vit pleinement son parcours de jeune musicien, mais il devient la proie d’un étrange acouphène qui entrave sa pratique, sa relation à la musique et sa vie. Progressivement, son monde intérieur se lézarde. Avec une belle sensibilité, Maurane Mazars détaille cette descente aux enfers. Un premier album au trait sobre et net, en noir et blanc. Il y a deux ans, avec le même récit complet, Maurane Mazars remportait le Prix Töpffer de la jeune bande dessinée.
Maurane Mazars - AcouphènesMaurane Mazars - AcouphènesMaurane Mazars - Acouphènes
Frederik Peeters L’Homme Gribouillé
Né en 1974 à Genève,
où il vit.
Editions Delcourt, 2018
Un matin de décembre, Maud fait un AVC dans son sommeil. Clara, qui vit provisoirement chez sa grand-mère, tente d'appeler les secours mais un homme étrange fait irruption. Il dit s'appeler Max et affirme que Maud devait lui remettre un paquet. Clara essaie de le repousser mais Max subit alors une hideuse métamorphose et menace la jeune fille avant de disparaître en laissant derrière lui deux plumes noires.
Sur un scénario de Serge Lehman inspiré de la découverte du travail photographique de Charles Freger sur le «Wilder Mann» (l'homme sauvage européen), Frederik Peeters au sommet de son art.
Frederik Peeters - L'Homme GribouilléFrederik Peeters - L'Homme GribouilléFrederik Peeters - L'Homme Gribouillé

Le Prix Töpffer de la jeune bande dessinée: Nominé-e-s 2018

Hugo Baud Swimming with sharks

Né à Genève en 1994, Hugo Baud étudie à l'Ecole supérieure de bande dessinée et d'illustration de Genève. Il a réalisé une exposition personnelle à la Galerie Forde à Genève et a participé à des expositions collectives, notamment au Swiss Institute à New York.

Inclassable, provocateur, talentueux. Dans ce quatrième opus présenté au jury, on retrouve les caractéristiques propres au travail d'Hugo Baud. On appréciera la constance, mais surtout la liberté assumée qui débouche sur une narration graphique aux limites de l'intelligible. Le gaufrier simplissime (6 cases de taille égale) est exploité comme un vaste terrain de jeu où tous les coups sont permis. L'expérimentation est reine, mêlant traits grossiers au feutre et tampons enfantins. A découvrir.

Hugo Baud / Swimming with sharksHugo Baud / Swimming with sharksHugo Baud / Swimming with sharks
Jehan Khodl Bermudes

Né en 1994, Jehan Khodl a obtenu une maturité professionnelle au CFP Arts.

Bermudes se présente comme un feuilleton dessiné en plusieurs épisodes. Un avion en flamme amerrit au beau milieu de l'océan, son conducteur trouve refuge sur une "île mystérieuse". Dans une solitude singulière, il explore les ressources de ce qui s'apparente plutôt à une sorte de plateforme militaire abandonnée. Il découvre les traces de nombreux naufrages plus anciens. Et s'il n'était que le énième rescapé, destiné à céder sa place au prochain ? Dans ce qu’on peut imaginer comme un hommage à l'univers d'Hergé, Jehan Khodl introduit une étrangeté qui capte l'attention du lecteur. La capacité à figurer le silence omniprésent, le jeu entre le visage inexpressif du personnage et la tension dramatique sont autant de réussites de cette démarche prometteuse.

Jehan Khodl / Bermudes #2Jehan Khodl / Bermudes #2Jehan Khodl / Bermudes #2
Marilyne Emery Fantômes

Née en 1998, Marilyne Emery a obtenu une maturité professionnelle au CFP Arts et étudie actuellement à la HEAD-Genève.

Fantômes part à la recherche d'un membre de la famille oublié, l'oncle de la narratrice. Tué par la foudre un soir d'orage, Sin n'apparaissait plus dans l'imagerie familiale. Depuis la Suisse où elle vit, la narratrice raconte son retour en Thaïlande, terre d'origine, en quête de traces. C'est finalement une simple photographie qui lui permet de recréer le lien et la réconcilie en quelque sorte avec ses origines. Porté par un dessin sensible et inventif, le récit propose une approche très subtile de la narration séquentielle. Le temps progresse au sein d'une même double page, sans l'appui rigide des cases. La technique choisie se met admirablement au service d'une évocation faite d'ombre et de lumière.

Marilyne Emery / FantômesMarilyne Emery / FantômesMarilyne Emery / Fantômes