This is the cached copy of http://www.ville-ge.ch/cjb/herbier/pdf_herbier/dc.pdf.

Le soir de sa fermeture en tant que collection botanique privée et la veille de sa remise à la Ville de Genève, le 3 août 19
Page 1
HERBIER DU PRODORME DE DE CANDOLLE
Le soir de sa fermeture en tant que collection botanique privée et la veille de
sa remise à la Ville de Genève, le 3 août 1921, l'Herbier de Candolle comptait
399.646 "numéros", c'est à dire spécimens ou parts d'herbiers, selon le calcul
fait d'un commun accord par Robert Buser, son conservateur chargé de le
remettre et John Briquet, le directeur du Conservatoire botanique chargé de le
recevoir.
Un des principaux caractères à considérer lorsqu'on veut juger de
l'importance d'un herbier est sa richesse en "types", c'est à dire en
échantillons-étalons des descriptions de plantes publiées dans des ouvrages
importants. Or, l'Herbier de Candolle renferme un pourcentage très élevé des
espèces décrites dans cette oeuvre gigantesque commencée par Augustin
Pyramus De Candolle en 1824 sous le nom de "Prodromus systematis
naturalis regni vegetabilis", continué par Alphonse Louis Pierre Pyramus
De Candolle et Anne Casimir de Candolle et dont le dernier volume des
Suites a paru en 1896. Il n'est peut-être pas plus de deux ou trois grands
herbiers, dans le monde entier, qui renferment une proportion aussi
considérable d'échantillons originaux, auxquels tout auteur qui veut faire un
travail exact est obligé de recourir pour fixer le sens des noms et des
descriptions publiées. L'Herbier de Candolle peut ainsi hardiment être
envisagé comme une collection de tout premier ordre.
L'étendue d'un herbier est un élément intéressant à considérer, à côté de sa
richesse en originaux et en types. Quelques mots donneront une idée de la
valeur de l'Herbier de Candolle à ce point de vue. A. P. de Candolle
commença son herbier en 1794 à Champagne, près de Grandson, Vaud, où
son père, élu premier syndic de Genève, s'était réfugié après la révolution de
1792. A. P. de Candolle porte, d'ailleurs, dans ses mémoires, un jugement
fort critique sur ses débuts de botaniste: " De 1794 à 1798, j'ai commencé à
me former un herbier des plantes des environs de Champagne (près
Gran[d]son) et de Genève, mais ces plantes mal arrangées ont été pour
la plupart graduellement remplacées par d'autres; à peine peut-on
compter qu'il en reste 500". L'auteur continue à enrichir son herbier à

Page 2
Genève, à Paris et à Montpellier. Lorsque A. P. de Candolle, ayant quitté
Montpellier, vint s'établir à Genève à la fin de 1816, les habitants de la Cour
Saint-Pierre virent défiler sous leurs yeux quarante petits chars de roulage,
contenant l'herbier et la bibliothèque de Candolle. En 1818, après achèvement
de la Flore française (1815) et au moment où A. P. de Candolle inaugurait
l'inventaire du règne végétal par la publication du premier volume du Systema,
l'herbier se composait de 47.200 numéros. Ce chiffre est en fait une estimation
ou plus exactement une récapitulation faite de mémoire. C'est en effet à la fin
de 1818 que A. P. de Candolle se décide à comptabiliser désormais avec
exactitude et par écrit les plantes qui entrent dans ses collections. Il entreprend
donc un inventaire rétrospectif de toutes ses récoltes et des dons qu'il a reçus
avant 1818, en faisant remonter son activité de botaniste à 1794. On notera
que cette date de 1818, qui suit de peu le retour du savant dans sa ville natale,
marque un tournant décisif dans la carrière de A. P. de Candolle. L'examen
des pièces les plus diverses qui nous restent de lui montre que c'est depuis
1818 que les livres de sa bibliothèque et les plantes de son herbier sont
comptés. Les lettres de ses correspondants sont conservées, annotées et
classées. Pour toute la période qui précède 1818, A. P. de Candolle se fonde
sur ses seuls souvenirs pour dépeindre les détails de son existence, pour
relater ses relations avec des amis, des maîtres ou des collègues. Les
collecteurs représentés dans son herbier sont évoqués de mémoire. A partir
de 1818, le savant, ses travaux, ses collections acquièrent une précision
rigoureuse consignée dans des annotations de plantes et de livres, des
protocoles, des inventaires et des échanges épistoliers rigoureusement
organisés. Cette date de 1818 est, de fait, celle de la création d'une institution
scientifique de Candolle. C'est la véritable date de la fondation de l'"Herbier
De Candolle".
A la mort de son fondateur, en 1841, l'herbier comptait 161.748 numéros. Le
total de 200.000 est atteint en 1854, celui des 300.000 en 1883. En 1893,
date du décès de Alphonse de Candolle, le total s'élevait à 324.376 numéros.
A la mort de Casimir de Candolle, le 3 octobre 1918, l'inventaire accusait
399.526 numéros. Les dernières plantes entrées à l'Herbier de Candolle sont
d'une part 2 modestes Orobanches, récoltées par le libraire Jullien dans ses
semis (1920) et d'autre part la 25ème Centurie des Exsiccata Cryptogamica
du "Naturhistorisches Hofmuseum" de Vienne (1921). Peut-être doit-on enfin

Page 3
ajouter encore les 1076 spécimens adressés à l'Herbier de Candolle après sa
fermeture, jusqu'en 1923, ce qui porte le total général des plantes entrées
dans la collection à 400.722.
Il est largement connu que la grande notoriété des de Candolle et de leur
publication mondiale, le Prodromus, avec ses Suites, eut cette conséquence
que, dans l'ancien comme dans le nouveau monde, on considéra comme un
honneur de faire parvenir à Genève les nouveautés et les récoltes faites dans
les pays nouveaux. Parmi les principales anciennes acquisitions, mentionnons
l'herbier de L'Héritier de Brutelle acheté en 1801, riche en plantes coloniales
françaises; les doubles de l'herbier Lamarck, donnés à la suite des relations
avec cet illustre auteur, et qui font de l'Herbier de Candolle une source
subsidiaire de documents pour les types de Lamarck; l'herbier des de la
Roche, père et fils, dont une partie est formée de plantes récoltées au Jardin
botanique de Leyde sous Van Royen, peu après le séjour de Linné en
Hollande; l'herbier d'un autre genevois, Puerari (1824), fait à Copenhague et
renfermant de nombreuses déterminations de Vahl. Dans la suite, l'entreprise
des De Candolle ne trouva nulle part d'encouragement plus efficace qu'en
Angleterre. Très nombreux sont les apports que l'Herbier doit aux relations
personnelles que les de Candolle eurent avec les Bentham, Burchell, les deux
Hooker, et tant d'autres. Lors de la distribution des énormes collections faites
par Wallich pour la Compagnie anglaise des Indes, l'Herbier de Candolle
reçut, à titre gratuit, une des premières séries, et cette tradition s'est maintenue
avec les récoltes des botanistes plus récents comme Hooker fils, Thomson,
King, Pratting, Prain, etc... On pourrait citer encore des apports analogues
pour d'autres parties du monde. C'est ainsi, par exemple, qu'Alphonse de
Candolle entretenait des relations personnelles avec Welwitsch, le célèbre
explorateur de l'Angola, ce qui eut comme conséquence de faire entrer à
l'Herbier de Candolle une précieuse série provenant des colonies portugaises
en Afrique, série que Welwitsch avait léguée à son ami par testament.
Les deux Herbiers de Candolle
En 1921, l'Herbier de Candolle comportait 1503 volumineux paquets
distribués en deux séries: 1.- L'Herbier du Prodromus, collection close
illustrant une publication arrêtée, à laquelle se rattachent les documents relatifs

Page 4
aux familles traitées dans les Suites au Prodromus (Monographiae
Phanerogamarum). Cette disposition "ne varietur" de l'herbier du
Prodromus a été strictement respectée jusqu'à nos jours et cette collection
particulière est aujourd'hui conservée à part au Conservatoire botanique de la
Ville de Genève. Elle n'est pas prêtée. Son sigle abréviatif international est G-
DC. 2.- L'"autre herbier", ou "second herbier de Candolle", collection
renfermant les documents arrivés après la publication des fragments successifs
du Prodromus et des Monographiae Phanerogamarum, ou se rapportant à
des familles non traitées dans ces publications. Sans vouloir donner ici une
liste complète des collecteurs représentés dans l'herbier de Candolle, puisque
c'est le sujet même de catalogue de collecteurs, mentionnons, parmi les
acquisitions importantes, celles de l'herbier de L'Héritier de Brutelle (1746-
1800), acheté en 1801, les doubles de plantes de Lamarck (1744-1829),
coauteur de la 3e édition de la "Flore française" avec A. P. de Candolle,
l'herbier des De la Roche père (1743-1813) et fils (1782-1814), ce dernier
auteur d'une monographie du genre Eryngium, renfermant des plantes
récoltées au Jardin botanique de Leyde à l'époque de van Royen, l'herbier de
Puerari (1766-1845), fait à Copenhague et renfermant de nombreuses
déterminations de Vahl. Ce second herbier a été incorporé, de 1924 à 1930,
aux éléments semblables des deux autres grandes collections botaniques
genevoises de l'époque (Delessert, Burnat) pour former la très remarquable
"Collection générale" des Conservatoire et Jardin botaniques de la Ville de
Genève. Sigle abréviatif international: G. Il découle de l'explication ci-dessus
que, selon le groupe taxonomique auquel elles appartiennent et selon la date
de leur arrivée à l'Herbier de Candolle, les plantes des collections de Candolle
sont soit dans l'Herbier du Prodromus (G-DC), soit dans la Collection
générale du Conservatoire botanique de Genève (G). Si une plante est arrivée
à l'Herbier de Candolle avant la date de la fermeture de la famille à laquelle
elle appartient, elle se trouve dans l'herbier du Prodromus; si elle est arrivée
après la date de la fermeture, elle se trouve dans la Collection générale.

Page 5
© Conservatoire & Jardin botaniques
de la Ville de Genève