L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

Ouverte en 2009, la Médiathèque du FMAC a pour objectif l’encouragement et la diffusion de l’art vidéo à Genève. Elle réunit le Fonds André Iten, l’une des plus riches et importantes collections vidéo de Suisse, ainsi que la collection vidéo du FMAC.

Site internet du Fonds municipal d’art contemporain

Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.

Site internet du Musée Ariana

Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque, son laboratoire de recherche et ses ateliers de restauration.

Site internet des Musées d'art et d'histoire

Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.

Site internet du Musée d'ethnographie

Le Musée d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.

Site internet du Musée d'histoire naturelle
Site internet du Musée d'histoire des sciences

Accueil Recherches & collections

Les chants des travailleurs de la mer

Dossier préparé par Madeleine Leclair et Eirini Manolaki

Marseille. Le Vieux Port et le Quai de la Fraternité. Photo A. Bertrand © Archives du MEG, ETHPH 412804Marseille. Le Vieux Port et le Quai de la Fraternité. Photo A. Bertrand © Archives du MEG, ETHPH 412804

Au début de cette année, les sea shanties ont conquis internet !

«The weary whaling grounds», par A.-L. Lloyd, Dave Swarbrick, Alf Edwards, Martin Carthy.
Chants de marins, anthologie des chansons de mer, volume 4 : Ballades, complaintes et shanties des matelots anglais. Disque 1, plage A6. S.c.o.p. du Chasse-Marée, 1983. SCM 005.
Diffusé avec l’aimable autorisation de l’association Chasse-marée.
Play

Mais quelle est leur origine ? S’agit-il de chansons entonnées uniquement à bord d’un navire ? Ou plus simplement de chants interprétés par les marins ?

«The bonny ship the "Diamond"», par A.-L. Lloyd (voix), Dave Swarbrick (violon), Alf Edwards (concertina) et Martin Carthy (mandoline).
Chants de marins, anthologie des chansons de mer, volume 4 : Ballades, complaintes et shanties des matelots anglais. Disque 1, plage A1. S.c.o.p. du Chasse-Marée, 1983. SCM 005.
Diffusé avec l’aimable autorisation de l’association Chasse-marée.
Play
Constructeurs de bateaux à BahreïnConstructeurs de bateaux à Bahreïn. Photos : P. Mattar, fin des années 1970 © Archives MEG
Constructeurs de bateaux à Bahreïn

En écoutant les nombreux enregistrements conservés dans les Archives internationales de musique populaire (AIMP) du MEG, on constate que les travailleurs de la mer ne sont pas uniquement des matelots. Charpentiers, calfats, pêcheurs et familles des marins restées à terre sont aussi des gens dont la vie est profondément liée à la mer, un univers majestueux, mystérieux, parfois effrayant et insondable, propice à l’imagination et à la créativité.

À bord d’un navire, les chants de travail sont nombreux. Car les tâches à exécuter en mer sont dures. Elles exigent de la force et un bon «accordage» pour rythmer les gestes des travailleurs.

Photo : A. Bertrand, 1879 © Archives MEG, ETHPH 412167Photo : A. Bertrand, 1879 © Archives MEG, ETHPH 412167

«Ceux qui ont nommé les bancs», par Michel Colleu (voix et accordéon diatonique). Terre-Neuve.
Chants de marins, anthologie des chansons de mer, volume 1 : Chants de marins traditionnels des cotes de France. Disque 2, plage B1. S.c.o.p. du Chasse-Marée, 1983. SCM 005.
Diffusé avec l’aimable autorisation de l’association Chasse-marée.
Play
«Tom's gone to Hilo» (chant à hisser), par Bob Davenport
Chants de marins, anthologie des chansons de mer, volume 4 : Ballades, complaintes et shanties des matelots anglais. Disque 1, plage A4. S.c.o.p. du Chasse-Marée, 1983. SCM 005.
Diffusé avec l’aimable autorisation de l’association Chasse-marée.
Play

En Amérique du Nord et en Angleterre, l’expression sea shanties sert à désigner, en général, tous les chants de travail à bord d’un navire : chants à ramer, chants à déhaler, chants à hisser les voiles, chants à lever l’ancre, chants à virer, etc.

«Aloué la falaloué» (chant à déhaler), mené par Christian Desnos
Chants de marins, anthologie des chansons de mer, volume 1 : Chants de marins traditionnels des cotes de France Disque 2, plage A8. S.c.o.p. du Chasse-Marée, 1983. SCM 005.
Diffusé avec l’aimable autorisation de l’association Chasse-marée.
Play
Suite des chants à hisser (chanteurs inconnus). Terre-Neuve.
Chants de marins, anthologie des chansons de mer, volume 1 : Chants de marins traditionnels des cotes de France. Disque 2, plage B2. S.c.o.p. du Chasse-Marée, 1983. SCM 005.
Diffusé avec l’aimable autorisation de l’association Chasse-marée.
Play
Bateau à voiles, détroit de Messine (Italie). Photo : J. Faublée, 1938 © Archives MEG, ETHPH 400001Bateau à voiles, détroit de Messine (Italie). Photo : J. Faublée, 1938 © Archives MEG, ETHPH 400001

Les navires au long cours transportent des marchandises d’un continent à l’autre.

Il n’est donc pas étonnant d’entendre dans les sea shanties un mélange de traits musicaux issus d’une multitude de cultures.

Stan Hugill, considéré comme le dernier Working Shanty-man à avoir travaillé sur des navires à voile, recense quelques sources : chants et ballades traditionnels anglais ; airs d’opéra, de music-hall, de musique classique et de musique militaire ; folksongs des Irlandais de Liverpool et de New York ; musique afro-américiane ; chants des trappeurs, des bûcherons, des draveurs d’Amérique du Nord ; musique orientale, etc.

«The Greenland whale fishery», par les Watersons.
Chants de marins, anthologie des chansons de mer, volume 4 : Ballades, complaintes et shanties des matelots anglais. Disque 1, plage A2. S.c.o.p. du Chasse-Marée, 1983. SCM 005.
Diffusé avec l’aimable autorisation de l’association Chasse-marée.
Play
«Talcahuano girls», par A.-L. Lloyd (voix), Dave Swarbrick (violon), Alf Edwards (concertina) et Martin Carthy (mandoline).
Chants de marins, anthologie des chansons de mer, volume 4 : Ballades, complaintes et shanties des matelots anglais. Disque 1, plage A5. S.c.o.p. du Chasse-Marée, 1983. SCM 005.
Diffusé avec l’aimable autorisation de l’association Chasse-marée.
Play

La structure générale des chants de travail comprend un solo court suivi par un refrain répétitif. Certaines caractéristiques semblent cependant être plus particulièrement liées aux chants des travailleurs de la mer. Par exemple, dans la tradition maritime française, les chants à ramer ont un rythme extrêmement lent, et les solos des chants à déhaler sont habituellement improvisés. Dans les pays du Golfe, les chants pour lever l’ancre (hadwat) font entendre la répétition de mots et d'onomatopées, tandis que pour lever les voiles les marins entonnent une suite de chants dont le tempo s’accélère progressivement.

«Ya madinat ar rassul» (Medina, ville du prophète). Chant de marin par le groupe Al Mayuf.
Koweït, Al Mayuf Diwanayah, 18.11.1978. Fonds Paul Mattar, bande magnétique BD789 : 6.
Play
Yamli (chant de marins), par le groupe Al Mayuf.
Koweït, Al Masuf Diwanayah, 16 ou 18.11.1978. Fonds Paul Mattar, bande magnétique BD791 : 2.
Play

Photo : A. Bertrand, 1880-1881 © Archives MEG, ETHPH 411508Photo : A. Bertrand, 1880-1881 © Archives MEG, ETHPH 411508

Les marins ne chantent pas qu’en travaillant. Leur répertoire comprend aussi des ballades, des danses, des chants de détente.

À bord, les histoires et les dangers de la navigation offrent de multiples sources d’inspirations. Plusieurs chansons décrivent la vie des baleiniers ou celle à bord des voiliers. Souvent, les difficultés vécues par les matelots sont décrites avec un certain sens de l’humour. Les combats navals, les tragédies en mer et d’autres évènements historiques constituent des thèmes fréquemment abordés dans les chants. En France, certains thèmes sont récurrents : les trois marins de Groix, la Danaé, Jean-François de Nantes ou encore la petite galiote. Les chants d’adieux des matelots, les chants d’amour, les histoires d’enlèvement de jeunes filles font aussi partie du répertoire des marins.

«Jean-François de Nantes» (chant à hisser), mené par Christian Desnos
Chants de marins, anthologie des chansons de mer, volume 1 : Chants de marins traditionnels des cotes de France. Disque 1, plage A7. S.c.o.p. du Chasse-Marée, 1983. SCM 005.
Diffusé avec l’aimable autorisation de l’association Chasse-marée.
Play
«La fille des sables». Au violon : John Wright (chanteuse non identifiée).
Chants de marins, anthologie des chansons de mer, volume 3 : Chants de bord des baleiniers et long-courriers. Disque 2, plage B1. S.c.o.p. du Chasse-Marée, 1983. SCM 005.
Diffusé avec l’aimable autorisation de l’association Chasse-marée.
Play

En dehors des marins, d’autres navigateurs ont aussi leur tradition musicale. En France, à Nantes, les chansons des bateliers reflètent les échanges culturels entre l’intérieur du pays et le monde maritime. A partir de 1850 un répertoire se développe aussi dans le milieu de la plaisance.

Dans tous les pays du monde où les gens vivent du travail de la mer, la pêche est un thème central dans les chants des marins, et les pêcheurs ont souvent des chants qui leurs sont spécifiques.

Khatfa (chant de marins), par le groupe Al Amiri
Koweït, Radio Kuwait, 15.01.1979. Fonds Paul Mattar, bande magnétique BD805 : 2
Play

Sur les plages d’Oman ou du Koweït, ou à bord des bateaux, les pêcheurs s’asseyent en cercle autour de joueurs de tambours, rythmant aussi leur chant par des battements de mains.

Haddadi (chant de détente des marins), par le groupe Al Amīri
Koweït, Radio Kuwait, 15.01.1979. Fonds Paul Mattar, bande magnétique BD803 : 4
Play
«Hilayo» (chant de détente mkholfi des marins), par le groupe Al Amīri
Koweït, Radio Kuwait, 15.01.1979. Fonds Paul Mattar, bande magnétique BD804 : 3
Play

Le renouveau des chants de marins

En 1927, le capitaine français Armand Hayet publia les Chansons de bord, un recueil de quatorze chants de marins, révélant ainsi au public la poésie populaire des matelots français. Très vite, ces chants furent repris à terre, dans les cafés et bistrots. Interprétés en dehors de leur contexte d’origine, les chants de marins commencèrent peu à peu à se transformer. Après des décennies d’oubli, ils redevinrent populaires à partir des années 1980 grâce à quelques passionné-es de culture maritime, qui entreprirent des collectes systématiques de chansons et recueillirent le témoignage des vieux matelots.

«Le navire de Bayonne», par Jean Ribouillault
Chants de marins, anthologie des chansons de mer, volume 1 : Chants de marins traditionnels des cotes de France. Disque 1, plage A4. S.c.o.p. du Chasse-Marée, 1983. SCM 005.
Diffusé avec l’aimable autorisation de l’association Chasse-marée.
Play
«Matelote», par John Wright (violon), Claude Ribouillault (violon), Arnaud Maisonneuve (banjo) et Bernard Subert (veuze).
Chants de marins, anthologie des chansons de mer, volume 3 : Chants de bord des baleiniers et long-courriers. Disque 1, plage A3. S.c.o.p. du Chasse-Marée, 1983. SCM 005.
Diffusé avec l’aimable autorisation de l’association Chasse-marée.
Play

Aux États-Unis, la collecte de chants maritimes a démarré beaucoup plus tôt. En 1870, R.C. Adams a publié l’ouvrage On board the Rocket qui présentait quatorze shanties. En 1917, le capitaine J. Robinson publia dans la revue The Bellman un article sur les origines et l’exécution des chants de travail. Entre 1920 et 1960, les folkloristes américains ont réalisé un travail remarquable. Muni de son magnétophone avec lequel il organisa des campagnes d’enregistrements, W.M. Doerflinger publia en 1951 Shantymen Shantyboys, ouvrage qui représente la plus remarquable publication américaine consacrée aux chants de marins. Ce recueil, ainsi que celui de Stan Hugill, ont contribué à la diffusion de ces musiques, reprises par les folksingers. En 1978, le premier festival de chants de marins eut lieu à Seattle, suivi par le festival de San Francisco une année plus tard.

«Off to sea once more», par A.-L. Lloyd (voix) et Alf Edwards (concertina).
Chants de marins, anthologie des chansons de mer, volume 4 : Ballades, complaintes et shanties des matelots anglais. Disque 1, plage A8. S.c.o.p. du Chasse-Marée, 1983. SCM 005.
Diffusé avec l’aimable autorisation de l’association Chasse-marée.
Play

Grâce aux amateurs de la vie maritime, plusieurs associations, expositions et éditions de disques voient le jour. Si l’époque de grands voiliers est maintenant révolue, la mer reste un élément marquant pour ceux et celles qui vivent en relation étroite avec cet environnement.

Chant de rameur par Yannis ou Ioannis Giannitsaris ou Yannitsaris.
Grèce, Égine. Enregistrement par Despina Mazaraki, 1956. Fonds Samuel Baud-Bovy, bande magnétique BD736 : 18.
Play