L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.

Site internet des Conservatoire et Jardin botaniques

Ouverte en 2009, la Médiathèque du FMAC a pour objectif l’encouragement et la diffusion de l’art vidéo à Genève. Elle réunit le Fonds André Iten, l’une des plus riches et importantes collections vidéo de Suisse, ainsi que la collection vidéo du FMAC.

Site internet du Fonds municipal d’art contemporain

Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.

Site internet du Musée Ariana

Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque, son laboratoire de recherche et ses ateliers de restauration.

Site internet des Musées d'art et d'histoire

Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.

Site internet du Musée d'ethnographie

Le Musée d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.

Site internet du Musée d'histoire naturelle
Site internet du Musée d'histoire des sciences

MEG


Le magazine du MEG   [PDF 11 Mo]

Départements

Afrique

Les collections africaines du MEG représentent géographiquement la presque totalité du grand continent.

A travers les cultures qu’elles définissent, elles témoignent de la vie quotidienne, des corps de métier, des croyances et pratiques magico-religieuses, des arts du pouvoir, de la guerre et de la chasse, de la singularité des parures.

044283

Sculpture rituelle féminine nkisi, biteki
Beembe. République du Congo
Donation : Émile Chambon, 1981
Circa 1900. Bois, corne, matières composites. H 14 cm.
Inv. ETHAF 044283

L’ensemble des 17'000 pièces qui les composent s’est ordonné autour des collections genevoises du Musée archéologique et du Musée des Missions, disparus au tournant du XXe siècle.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, des missionnaires protestants tels H. A. Junod, F. Coillard, J. Vernet ou E. Casalis, et des explorateurs comme le fameux Capitaine A. Bertrand ont entrepris une véritable ethnographie du Zambèze et de l’Afrique australe, monographies à l’appui. C’est grâce aux dépôts de leurs collectes que le MEG bénéficie aujourd’hui de véritables « panoramas matériels » des cultures Thonga, Basotho, Lozi (Ba Rotsi) entre autres.

Dans les années 1930, d’autres missionnaires férus d’ethnographie augmentent encore les collections africaines du fruit de leurs recherches : Fernand Grébert, en pays Fang, ou Henry Rusillon à Madagascar. Les quelque 200 pièces confiées au Musée par Rusillon ont été récemment rejointes par le fonds de l’ethnologue Jacques Faublée, constitué des 7213 clichés pris à Madagascar de 1938 à 1941.

Par les ensembles considérables qu’ils ont cédés au Musée, d’autres anthropologues célèbres comme Hans Himmelheber (Côte d’Ivoire, Liberia, RDC) ou Conradin Perner (Soudan) ont contribué à l’enrichissement des collections, mais aussi l’artiste peintre Emile Chambon qui, par son importante donation en 1981, pérennise sa passion pour les « arts nègres ».

Rappelons enfin que les collections d’Afrique du Nord doivent beaucoup à l’engouement d’Eugène Pittard, premier directeur de notre institution, pour la Tunisie et le Maroc, puis à l’attachement de celle qui lui succéda, Marguerite Lobsiger-Dellenbach, au peuple Touareg.