1950 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1960 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1970 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1980 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1990 1 2 3 4 5 6 7 8 9 2000 1 2 3 4 5 6 7 8 9 2010 1 2 3 4 5 6 7 8 9 2020 1 2 3
 
6/60: Résultat précédent Résultat suivant

Boisseau, Sylvie (Paris/France, 1970)
Westermeyer, Frank (Essen/Allemagne, 1971)


Der freie Mensch mit KI, 2018 – 2019
Vidéo
Vidéo 4K, couleur, stéréo, version allemande, sous-titrée en français
Durée : 7'34'' (présenté sur écran) (en boucle); Durée : 7'43'' (présenté en projection)
Acquis en 2020

[n° inv 2020-086]

Collection du Fonds d'art contemporain de la Ville de Genève (FMAC)



>> Autres oeuvres
>> BibliographieAA : Le lien ouvre la bibliographie en fin de page.
>> Imprimer

 

Depuis plusieurs années, le couple d'artistes Sylvie Boisseau & Frank Westermeyer met en scène f, personnage incarné par Westermeyer, pour explorer les imbrications du temps, de l'espace et du lieu dans les représentations, et plus spécifiquement leurs fonctions dans la formation de l'identité. Der Freie Mensch – mit KI, réalisée avec le soutien du Fonds cantonal d'art contemporain de Genève, fait suite à Der Freie Mensch. Réalisée dix-huit ans plus tôt, cette vidéo présentait f répondant à diverses questions posées par une seconde personne. L'échange entre deux êtres laisse place maintenant à une discussion entre f et une voix féminine, intelligence artificielle que l'on imagine siéger dans quelque appareil technologique. Toutes les demandes sont satisfaites ou sont susceptibles de l'être. L'homme s'économise la réflexion, les doutes ou les peurs, l'algorithme lui donnant la clé d'interrogations tant rationnelles, sociales que personnelles. Mais si la connaissance est absolue, que reste-t-il à l'esprit humain ? Qu'advient-il de la personnalité de l'homme libre ? Ces pensées, habilement évoquées par Boisseau & Westermeyer, ne sont pas sans rappeler celles d'un autre siècle, les Lumières, plus précisément les propos du philosophe Jean-Jacques Rousseau, qui avançait : « L'Homme est né libre, et partout il est dans les fers. » La société et le savoir ont le pouvoir de libérer aussi bien que d'asservir, et le tout numérique n'y changera certainement rien.
Melissa Rérat