1950 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1960 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1970 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1980 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1990 1 2 3 4 5 6 7 8 9 2000 1 2 3 4 5 6 7 8 9 2010 1 2 3 4 5 6 7 8 9 2020 1 2 3
 
2/8: Résultat précédent Résultat suivant

Chezzi, Antonio (Aradeo/Italie, 1949)


Perpetuum mobile (Spirale), 1979
Sculpture dans l'espace public, décoration d'une fontaine
Acier inox
Dimensions: 440 x 150 x 150 cm (hors tout)



Localisation : Angle rue Jean-Antoine Gautier et rue des Pâquis

[n° inv 1979-005]

Collection du Fonds d'art contemporain de la Ville de Genève (FMAC)



>> Photos / Carte
>> StreetView ! 
>> Autres oeuvres
>> BibliographieAA : Le lien ouvre la bibliographie en fin de page.
>> Imprimer

Crédits photographiques : Christophe Quoëx
 

Né dans la province de Lecce, Antonio Chezzi (aujourd'hui Ghezzi) entreprend à l'âge de douze ans un apprentissage en serrurerie, au cours duquel il commence à façonner le fer et les métaux, des matériaux qui le fascinent notamment pour leur malléabilité. Cependant, insatisfait par son métier et sa pratique, envers laquelle il éprouve un sentiment d'incomplétude, il quitte les Pouilles et émigre tout d'abord en Allemagne, puis en Suisse pour se fixer à Genève en 1969. Son travail dans une petite entreprise de ventilation et la confiance de son nouveau patron lui permettent alors de bénéficier de l'atelier de montage durant son temps libre, dans lequel il réalisera ses premières sculptures.
Artiste autodidacte, il perçoit son travail de sculpteur comme un véritable dialogue avec le fer, une matière déconsidérée, ordinaire, voire vulgaire, à qui il désire donner force et vie. Détachée de toute théorie, la pratique de Chezzi est instinctive, elle vise à une forme d'authenticité et de sincérité dans le faire.
Cette spirale en acier inoxydable répond à l'intention de l'artiste de créer un volume optique en mouvement perpétuel ; placé dans un bassin, le mobile subit, dans son mouvement rotatif, la réflexion de l'eau, entraînant un jeu de lumière constant et variable. Ces éclats lumineux, aspirés vers le ciel tel "le mouvement d'un météorite" (A.Chezzi), ajoutent légèreté et souplesse à la forme torsadée et donnent à la lourdeur de l'acier une fluidité aérienne insoupçonnée.
Stéphane Cecconi