1950 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1960 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1970 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1980 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1990 1 2 3 4 5 6 7 8 9 2000 1 2 3 4 5 6 7 8 9 2010 1 2 3 4 5 6 7 8 9 2020 1 2 3
 
2/73: Résultat précédent Résultat suivant

Atkins, Ed (Londres/Grande-Bretagne, 1982)


Happy Birthday !!!, 2014
Vidéo
Installation vidéo HD, noir et blanc, son 5.1
Durée : 6'32'' (en boucle)
Acquis en 2015

[n° inv 2015-032]

Collection des Fonds d'art contemporain de la Ville et du Canton de Genève (FCAC et FMAC)



>> Autres oeuvres
>> BibliographieAA : Le lien ouvre la bibliographie en fin de page.
>> Imprimer

 

Ed Atkins est un artiste multiforme, écrivain, dessinateur, vidéaste, dont l'œuvre repose sur la question des modes de représentations de notre réalité contemporaine, principalement à travers l'utilisation d'images digitales. Dans son travail, la détermination affective et psychologique de l'individu se définit par l'entremise d'avatars, de personnages de façade, et par la superficialité d'images simples de synthèse, images de déséquilibre, gauches, souvent malaisées qui visent néanmoins à coller au plus près d'une réalité physique, de manière immersive. A cette illusion virtuelle, l'artiste associe, dans "Happy Birthday !!!", un montage sonore particulièrement élaboré, composé de couches diverses superposées (chanson pop, monologues, bafouillages, bruitages, bruits de fond…), qui colle au plus près du flux de la pensée, comme à la recherche d'une réminiscence ; cette bande-son donne une physicalité au trouble du spectateur et accentue cette sensation de friction qu'il rencontre face à l'image. En outre, la référence directe à un dessin de Pierre Klossowski ("Suprême vision de frère Damien", 1987) permet ici à Atkins de confronter le travail de l'esprit (la littérature, l'art graphique) à un monde contemporain éventé, composé de codes binaires, d'imageries et de slogans sans caractère, évidés. C'est derrière une vitre sale et poussiéreuse qu'Atkins donne à voir sa mise en scène, c'est dans cette distance voilée que se définissent la mémoire et sa perte.

Stéphane Cecconi