1950 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1960 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1970 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1980 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1990 1 2 3 4 5 6 7 8 9 2000 1 2 3 4 5 6 7 8 9 2010 1 2 3 4 5 6 7 8 9 2020 1 2 3
 
1/8: Résultat précédent Résultat suivant

Bill, Max (Winterthur/Suisse, 1908 - Berlin/Allemagne, 1994)


Colonne avec des sections triangulaires à octogonale, 1966
Sculpture dans l'espace public
Granit
Dimensions: 420 x 60 x 60 cm (hors tout); diam.: 60 cm; haut.: 420 cm; poids: 4000 kg

Acquis en 1972

Localisation : Place du Bourg-de-Four, 1204 Genève , depuis 1980

[n° inv 1972-009]

Collection du Fonds d'art contemporain de la Ville de Genève (FMAC)



>> Photos / Carte
>> StreetView ! 
>> Autres oeuvres
>> BibliographieAA : Le lien ouvre la bibliographie en fin de page.
>> Imprimer

Crédits photographiques : Christophe Quoëx
 

Après avoir suivi des études en orfèvrerie à la Kunstgewerbeschule de Zurich durant lesquelles il entend une conférence de Le Corbusier, Max Bill se tourne vers l'architecture au Bauhaus de Dessau. De retour à Zurich dès 1929, il exerce cette profession à côté de celles de designer et typographe, pour y ajouter peintre, sculpteur et théoricien. Il développe notamment sa théorie de l'art concret (un terme emprunté à Theo van Doesburg) qu'il définit comme une « pure expression de mesures et de lois harmonieuses. ». Cet art se base initialement sur des principes systématiques, puis sur les mathématiques, pour aboutir à un art rationnel dont l'exécution technique est rigoureuse, polie, et adaptée aux matériaux choisis. Il s'agit pour l'artiste de maîtriser et de matérialiser le processus de création.
La sculpture en granit « Colonne avec des sections triangulaires à octogonale » suit les principes de l'art concret. A partir d'une base triangulaire ancrée sur un socle carré, une spirale à facettes se déploie verticalement, arrêtée dans son mouvement par un élément cylindrique. Actuellement située sur la Place du Bourg-de-Four, la sculpture avait été exposée en 1972 sur les marches du Musée Rath à l'occasion d'une rétrospective de l'artiste créant ainsi un dialogue avec les colonnes dressées à l'entrée du musée. Elle est acquise par la Ville pour être installée au bord du lac, redéplacée par la suite afin de remédier à un manque de lisibilité, et fixée dans un troisième temps à son emplacement actuel. Ce dernier a été choisi avec l'artiste lui-même, qui est intéressé par la fréquentation piétonne qu'offre la vieille ville.
MEK